théologie de libération

  • E. Cardenal, le combatif / E. Cardenal el combativo

    Imprimer

    Nous retrouvons Ernesto Cardenal en 1971. 




    Il publie “Théologie de la libération”, livre qui fut rapidement  traduit en une vingtaine de langues et qui présente une “ nouvelle spiritualité fondée sur la solidarité avec les pauvres et qui exhorte l’Église à participer au changement des institutions sociales et économiques dans le but d’instaurer la justice sociale.
    Ce courant emporte une large part de l’église d’Amérique latine dans son sillage, en suscitant de très vives réactions dans le monde catholique, car, accusé par le Vatican et la réaction religieuse officielle de « perversion de la chrétienté » et de « théologie des rues », mais également de « dérive idéologique marxiste dans le discours ».*
    De nombreux membres du clergé, dont E. Cardenal, se sont impliqués dans ces luttes politiques, ce qui a éveillé et augmenté la méfiance des pouvoirs de droite du Vatican.
    Vu le nombre de pauvres et d’opprimés l’adhésion à ces idées est grande.
    « La théologie de la Libération dit aux pauvres que la situation qu’ils vivent actuellement n’est pas voulue par Dieu », écrit Gustavo Gutiérrez. Elle repose sur la prise de conscience que les pauvres attendent une libération réelle et qu’il est vain de parler du Christ et du salut qu’il apporte si ce salut n'est pas immédiat. Le critère le plus précis de l’authenticité évangélique est donc la lutte contre la pauvreté.."*



    Je vous passe les détails du coup d’État, de son exil, mais en 1979 le dictateur Somoza est évincé après 18 ans de lutte sandiniste.
    Ceci représente bien sûr un immense espoir pour tous les peuples opprimés d’Amérique latine.
    Cardenal est nommé ministre de la culture.


    Et alors, en 1983, a lieu cette scène inouïe, vous vous en souvenez sans doute, où Jean-Paul ll, sur le tarmac de l’aéroport de Caracas où était agenouillé E. Cardenal, accable le prêtre de remontrances. On lui interdira l’exercice de son ministère sacerdotal.
    Le pape Francisco le réhabilitera.
    E. Cardenal restera combatif toute sa vie, défendant les plus pauvres, il sculpta et écrivit des poèmes jusqu’à son récent décès.


    * Source en français: http://www.leshommessansepaules.com/auteur-Ernesto_CARDENAL-714-1-1-0-1.htmlhttp://www.leshommessansepaules.com/auteur-Ernesto_CARDENAL-714-1-1-0-1.html


    Après un poème d’amour, et celui sur Marylin, en voilà un dans la ligne politico-religieuse, comme beaucoup de ses poèmes.

     
    E. Cardenal

    Ernesto cardenal escultura.jpg


    Psaume 25

    Rends-moi justice Seigneur
                car je suis innocent
    Parce que j’ai eu confiance en toi
                    et non dans les leaders


    Défends-moi au Conseil de Guerre
    défends-moi au Procès des faux témoins
                                et des fausses preuves
     
    Je ne m’assieds pas avec eux à leurs tables rondes
    ni ne trinque à leurs banquets
    Je n’appartiens pas à leurs organisations
    ni ne suis dans leurs partis
    ni n’ai d’actions dans leurs compagnies
    ils ne sont pas mes associés


         Je me laverai les mains parmi les innocents
          et je serai autour de ton autel Seigneur


    Ne me confonds pas avec les politiques sanguinaires
    qui n’ont dans leurs cartables que le crime
    et dont les comptes bancaires sont faits de pots-de-vin


    Ne me livre pas au Parti des hommes iniques
                                         Délivre-moi Seigneur!
    Et je bénirai le Seigneur dans notre communauté
                                           dans nos assemblées


    (Trad: Colette)
    Sculptures de E. Cardenal


    Psalmo 25



    Hazme justicia Señor
                                  porque soy inocente
    Porque he confiado en ti
                                  y no en los líderes

    Defiéndeme en el Consejo de Guerra
    defiéndeme en el Proceso de testigos falsos
                                                      y falsas pruebas

    No me siento con ellos en sus mesas redondas
    ni brindo en sus banquetes
    No pertenezco a sus organizaciones
    ni estoy en sus partidos
    ni tengo acciones en sus compañías
    ni son mis socios

              Lavaré mis manos entre los inocentes
              y estaré alrededor de tu altar Señor

    No me pierdas con los políticos sanguinarios
    en cuyos cartapacios no hay más que el crimen
    y cuyas cuentas bancarias están hechas de sobornos

    No me entregues al Partido de los hombres inicuos
                                                      ¡Libértame Señor!
    Y bendeciré en nuestra comunidad al Señor
                                                                en nuestras asambleas