rochers

  • Regarder où on marche et partout

    Imprimer

     Aujourd'hui une balade, dans le sud de l'île, un endroit sans plage de sable, donc sans hôtels et peu de monde. En fait nous y étions seuls à 9h30 du matin jeudi dernier. Entre S'Estanyol et Sa Rapita. 

     

    Juste en face, on aperçoit dans la brume l'île de Cabrera qui est une réserve naturelle.

     

     

    Sur la droite, voilà la côte

     

     

    À nos pieds, du sel et...


    ... une belle plante de fenouil marin en fleur, là, sur un rocher loin de l'eau. Vivre de l'air...

     

     

     

    Marcher sur ces rochers inégaux n'est facile, ni rapide. N'ayant plus 40 ans, sauter agilement d’une pierre à l'autre est hasardeux, hé hé. Lenteur donc.

    Après un moment nous nous sommes dirigés vers un "Forn" ( mot catalan pour désigner une boulangerie...un four donc) où, à l'ombre, nous avons dévoré un généreux pa amb oli (pain avec de l'huile et de la tomate) au jambon pour deux. 

     

    Voilà, un jour d'été, loin de notre campagne. Même s'il y a des touristes sur l'île, certains endroits, superbes, sont quasi déserts. Nous y retournerons, c'est sûr.

     

  • Pataude! / ¡Patosa!

    Imprimer

    Une calita au coucher du soleil, à Banyalbufar; pas de sable mais des rochers où l'on titube, glisse, s'accroche et tombe. Derrière moi j'entends "quelle pataude!" jusqu'à ce qu'il lui arrive la même chose...Ah,tout semble si facile vu du rivage, là...dans la vie aussi.

    Una calita a la puesta del sol, en Banyalbufar; no hay arena sino rocas donde uno se tambalea, resbala, se  agarra y cae. Detrás oigo "¡Qué patosa!" hasta que le pasó lo mismo...Ha,todo parece tan fácil desde la orilla, allí...en la vida también.


    Chute qui a valu la peine car j'ai pu admirer à l'aise ces anémones de mer qui, quand la marée est basse, se recroquevillent et forment ces jolies tomates.




    Esa caída valió la pena ya que pude admirar cómodamente esas anémonas marinas que se encojen a marea baja y forman esos bonitos tomates.