potager

  • Succès et revers

    Imprimer
    Certaines questions amènent le sourire, -Vous n’avez pas besoin d’un coq pour 
    avoir des œufs? Ou alors,- ils s’appellent comment vos lapins? Ou encore, l'air horrifié – vous mangez vos animaux?
     
     



    Ça va faire 6 ans que le projet familial est lancé et que nous travaillons dur mais avec enthousiasme afin de nous nourrir tous les 6 et d'offrir nos produits aux amis, voisins....
    La terre (2000m2) était terre morte, peu à peu le compost et l’humus lui ont rendu vie. Retour des insectes (ça c’est bon pour les plantes, mais nous énerve et pique!). Si nous n’employons aucun produit chimique, c’est pour ne pas, c’est évident, nous empoisonner, mais nous n’employons pas le mot bio si à la mode.
    Alors cette année le confinement a été un moment privilégié pour innover, varier les cultures, garder la forme….
     
     
    Ce n’est pas moi qui vous ferai croire que tout est rose ou facile. Nous avons des échecs, des attaques de pucerons dont les coccinelles n’arrivent pas à bout, des maladies diverses sur les plantes…et puis, comme tous les agriculteurs, nous sommes tributaires du temps. Cette année le mois de mai a été très pluvieux, humide, et à chaque fois que nous plantions des graines de haricots, à peine sortaient-ils de terre qu’escargots et limaces se goinfraient.
     
    Mais il y a aussi de belles récoltes. En fait, en deux mois et demi nous faisons des provisions (conserves) pour toute l’année. Les pommes de terre, les oignons et l’ail sont déjà stockés.
     
    En ce début juillet nous récoltons surtout des haricots mais aussi des courgettes, les premières aubergines, quelques tomates et des concombres.
     
     
    Peut-être tout ceci ne vous intéresse-t-il pas particulièrement, mais voilà, vous comprendrez ainsi pourquoi mon été sur le blog sera en pointillé...
     
    Voici quelques photos de promesses de saveurs…si tout va bien. Ojalá, et Inch Allah !
     
    Figues pour septembre

     

    concombre encore mini

     

    Pastèques

     

    melon

     

     

     

    Aubergines

     

    Poivrons

     

    Tomates cherry
    Passez un bel été!
  • Merci poétique /Gracias poético

    Imprimer

     

     

    lechugas isra.JPGDepuis septembre 2006 MAH trouve, chaque semaine, un poème, un billet avec cette note : « Tu veux bien regarder ma traduction … avec bienveillance ? »

    Lui, c’est mon complice linguistique, un solitaire espagnol plus très jeune maintenant qui, avec patience et sans complaisance aucune,- il prend son rôle très au sérieux et il a raison-, me conseille, suggère, barre, me renvoie la copie avec ces mots : « à retravailler ».

    Le « cultivons notre jardin » de Candide prend tout son sens avec lui  car il m’offre également des  laitues, haricots, oignons, tomates,….du superbe potager auquel il apporte autant de soins et de rigueur qu’à mes traductions.

     

    Pour le remercier, ce poème de Rafael Alberti.

     

    Desde septiembre 2006 MAH encuentra cada semana un poema o un texto con esta nota: « ¿Me miras la traducción…con buen ojo, por favor?”

    Él es mi cómplice lingüístico, un solitario español ya no muy joven que, con paciencia y sin ninguna complacencia,- se toma su papel muy en serio y tiene razón,- me aconseja, sugiere, tacha y me devuelve la copia con esas palabras:”hay que trabajarlo más”.

    La frase “cultivemos nuestro jardín” de Cándido toma con él todo su sentido ya que también me regala lechugas, judías, cebollas, tomates,…de su preciosa huerta a la cual aporta tanto cuidado y rigor como a mis traducciones.

     

    Para agradecérselo un poema de Rafael Alberti.

     

    La solitude II

     

    Elle viendra.

    Elle viendra.

    Elle l’a écrit.

    Ça fait déjà une semaine.

    Elle vient de très loin…

    De là du nord…En train…

    Près de deux mille kilomètres…

    Très loin….Mauvais trains…

    Et la chaleur…Et la poussière

    qui entre de partout…

    La maison est déjà prête : une blanche colombe

    de chaux pure…Luisants,

    plus brillants que l’or,

    la poêle, le poêlon, la casserole…Et  puis,

    le lit, grand, grand…avec un couvre-lit

    de couleur, avec des oiseaux…

    Mais tant de kilomètres sans personne….C’est ce qu’on m’a dit….

    Et la chaleur…Et la poussière…

    Elle aura soif…Ici, l’eau

    ne manque presque jamais…Elle va bien aimer ça…

    Peu de travail pour elle…Je

    ferai tout. Je suis encore fort…

    Elle ? Bon, on verra.

    C’est ma femme…je ne veux pas qu’elle se fatigue.

    « Apporte ces tomates…Regarde, celles-là

    si colorées… » Elle n’en a jamais vu de pareilles.

    Elle dira non. « Des laitues comme celles-là,

    si blanches ? Et les radis ? » Non plus !

    Allons, femme…Les poules t’attendent…

    Que veux-tu encore ? Le dessert

    il est là, il pend du prunier.

    Elle déploie son tablier et secoue une branche…

    « Il est déjà fort tard ». Je la prends par la taille…

    Elle sourit…Qu’elle est belle !

    Éteignons la lumière…

    Comme ça. Tant de kilomètres !

    Déjà mercredi…Elle viendra ce soir.(trad. Colette)

     

    La soledad II

    Vendrá.
    Vendrá.
    Lo ha escrito.
    Ya pasó una semana.
    Viene desde muy lejos…
    De allá del norte… En tren…
    Casi dos mil kilómetros…
    Muy lejos… Malos trenes…
    Y el calor… Y el polvo
    que entra por todas partes…
    La casa está ya lista: una paloma blanca
    de cal pura… Lucientes,
    más brillantes que el oro,
    la sartén, el perol, la cacerola… Y luego,
    la cama grande, grande… cubierta de una colcha
    de colores, con pájaros…
    Pero muchos kilómetros sin nadie… Eso me han
    dicho…
    Y el calor… Y el polvo…
    Tendrá sed… Aquí, el agua
    no falta casi nunca… Va a gustarle esto mucho…
    Poco trabajo para ella… Yo
    lo haré todo. Soy fuerte todavía…
    ¿Ella? Bueno. Veremos.
    Es mi mujer… no quiero que se canse.
    "Trae aquí esos tomates... Mira, aquéllos de allá,
    tan colorados…" Nunca los ha visto.
    Dirá que no… "¿Lechugas como éstas,
    tan blancas? ¿Y los rábanos? ¡Tampoco!
    Vamos, mujer… Te esperan las gallinas…
    ¿Qué más quieres? El postre
    ahí lo tienes colgado del ciruelo.
    Extiende el delantal y sacude una rama…"
    ya es muy tarde. Le tomo la cintura…
    Se sonríe… ¡Qué hermosa!
    Apagamos la luz…
    Así. ¡Cuántos kilómetros!
    Hoy es miércoles ya… Vendrá esta noche.

     

    IMG_3913.JPG