portorrico

  • Chair et âme / Carne y alma

    Imprimer

    Aujourd'hui je vous propose une sélection personnelle d'extraits de divers poèmes de Julia de Burgos.
    Hoy os propongo une selección personal de extractos de diversos poemas de Julia de Burgos.



    Le mystère est-il bleu?
    Penchée en moi même je contemple ma délivrance,
    qui me ramène à la vie dans ton éclat...

    (Du poème “ Il n'y a pas d'abandon”)



    ¿Es azul el misterio?

    Asomada en mi misma contemplo mi rescate,
    que me vuelve a la vida en tu destello...

    ( Del poema: No hay abandono)

     

    Soy ola de abandono,
    derribada, tendida,
    sobre un inmenso azul de sueños y de alas.
     
    Je suis vague d'abandon,
    abattue, tendue,
    sur un immense bleu de rêves et d'ailes.
     
    DONDE COMIENZAS TÚ (extracto)

    OÙ TU COMMENCES(extrait) J. de Burgos

     

     

    Chanson nue (extrait) J. de Burgos

     

    Réveillée des caresses,
    sur mon corps je sens encore ton étreinte.
    Frémissante et légère j'avance toujours dans ton image.
    Si profond et instinctif fut mon simple appel!
     
     
    Canción desnuda (extracto)
     
    Despierta de caricias,
    aún siento por mi cuerpo corriéndome tu abrazo.
    Estremecido y tenue sigo andando en tu imagen.
    ¡Fue tan hondo de instintos mi sencillo reclamo...
     
     

     

    Minuit (extrait) J. de Burgos
     
    Un tremblement indécis de tropique
    pénètre notre alcôve. Entretemps,
    ta vie et la mienne se sont embrassées...
    et nos âmes vont s'approchant!
     
     
    Comme je sens que je suis dans ta chair
    tel un épi à l'ombre de l'astre!
    Comme je sens que j'atteins ton âme
    et que là-bas tu m'attends!
     
    Se sont unis, mon amour, se sont unis
    nos rires plus blancs que le blanc,
    et, ô miracle! dans la lumière d'une larme
    se sont embrassés tes pleurs et mes pleurs...
     
     
    Azul de noche. Carlos E. Hergueta
     

     

    Medianoche
     
    Un temblor indeciso de trópico
    nos penetra la alcoba. ¡Entre tanto,
    se han besado tu vida y mi vida...
    y las almas se van acercando!

    ¡Cómo siento que estoy en tu carne
    cual espiga a la sombra del astro!
    ¡Cómo siento que llego a tu alma
    y que allá tú me estás esperando!

    Se han unido, mi amor, se han unido
    nuestras risas más blancas que el blanco,
    y ¡oh milagro! en la luz de una lágrima
    se han besado tu llanto y mi llanto...
     

     

    (Toutes les traductions : Colette)