photo

  • Des yeux / Ojos

    Imprimer

     

     

     

    Foto I. Pampín. Muchas gracias.
     
    Je le vois, l'observe qui guette, souvent très longtemps, le moment où l'insecte, la lumière, le fond seront parfaits pour la photo. Ça semble si facile une photo...
     
    Peut-être est-elle assez poétique pour ne pas ajouter un poème, mais...
     
    les yeux parlent …

    les yeux
    parlent ou juste
    des yeux qui s’ouvrent
    chassent le surplus
    des yeux
    pas des mots
    des yeux
    pas des promesses
    je travaille avec mes yeux
    à construire
    à réparer
    à reconstruire
    une chose semblable à un regard humain
    à un poème d’homme
    à un chant lointain de la forêt.

    Trad: Colette

     

    De " Approximations " Alejandra Pizarnik. 



    Los ojos (Alejandra Pizarnik)

    los ojos
    hablan o justo
    ojos que se abren
    arrojan lo sobrante
    ojos
    no palabras
    ojos
    no promesas
    trabajo con mis ojos
    en construir
    en reparar
    en reconstruir
    algo parecido a una mirada humana
    a un poema del hombre
    a un canto lejano del bosque

  • Simplement lever les yeux / Simplemente alzar la vista

    Imprimer



    "Seul le ciel sait pourquoi nous l'aimons tant".


    Virginia Woolf

     

    Puigpunyent/ Mallorca 10 septembre 2015 Foto Colette

     

    "Sólo el cielo sabe por qué lo amamos tanto".


  • Siesta

    Imprimer

    Borges, le grand; des tas de spécialistes ont traduit ses poèmes et je n'aurais jamais osé me lancer si je n'avais lu celui-ci qui est assez abordable et si imagé.

    La traduction du vers marqué par une étoile ne me satisfait pas vraiment mais je n'arrive pas à faire mieux en respectant le poème de JL Borges.

    Borges, el grande; un montón de especialistas han traducido sus poemas y nunca me hubiera atrevido al no haber leído este, bastante ameno y tan lleno de imágenes.

     

     

    Jorge Luis Borges

    SIESTA     SIESTE

    Des foules de soleil
        bloquent la maison
    et le temps intimidé stagne
    derrière les volets
        verts comme des cannaies
    Laissant tout de côté
        retrouvons notre corps
      pareil à une vaine annotation  *
    jusqu’à ce que les cloches débordantes
            versent le soir
    et s'agenouille le ciel humilié
    et nous nous vêtons de paysages prévus
     
     (trad. timide, Colette)
     
    Fenêtre au caractère ombrageux (Ph. JEA/DR). Du blog Mosaïques 2
     
    Muchedumbres de sol
        bloquean la casa
    y el tiempo acobardado se remansa
    detrás de las persianas
        verdes como cañaverales
    Margenándolo todo
          hallamos nuestro cuerpo
       como una misma acotación inútil
    hasta que las campanas rebosantes
                vierten la tarde
    y se arrodilla el humillado cielo
    y nos vestimos de previstos paisajes