guatémala

  • À l'envers / Al revés

    Imprimer

    Nous partons au Guatemala, il y a des merveilles partout.

    Cette fois avec un poète, Humberto Ak’abal, d’origine Maya Quiché et qui pensait (il est décédé il y a peu) et écrivait dans cette langue, et traduisait lui-mème ses poèmes en espagnol.

    Très connu en Amérique centrale et latine, il a aussi été traduit en plusieurs langues dont le français. Un recueil de lui “Les traces du jour et de la nuit” si cela vous tente.

     

    Aujourd’hui deux poèmes, courts. Le premier plutôt philosophique, le second sur la nature.

     

    Camino al revés
    De vez en cuando
    camino al revés:
    es mi modo de recordar.

    Si caminara sólo hacia delante,
    te podría contar
    cómo es el olvido.



    Je marche à l’envers

    De temps en temps

    je marche à l’envers:

    c’est ma façon de me souvenir.

     

    Si je ne marchais qu’en avant

    je pourrais te dire

    comment est l’oubli.

    (Trad: Colette)

     

     

    Walk backwards (https://mygoodtimestories.com/2020/10/20/walk-backwards/)
     

     

     

    LA PLUIE

     

    Hier j'ai rencontré un nuage en pleurs.

    Il m'a raconté qu'il avait porté son eau

    à la ville
    et qu'il s'était perdu.

    Il a cherché des paysages
    mais la ville les avait tous avalés.

    Pieds nus, triste et seul,
    il est revenu.

    Il a plu à nouveau sur les champs ;
    charas et quiscale
    ont fait la fête.

    Et les crapauds ont chanté.

     

    (Trad:Colette)

     

     

    La Lluvia

     

    Ayer encontré una nube llorando.

     

    Me contó que había llevado su agua

    a la ciudad

    y se perdió.

     

     

    Buscó paisajes

    y la ciudad se los había tragado.

     

    Descalza, triste y sola

    regresó.

     

    Volvió a llover en el campo;

    xaras y sanates

    hicieron fiesta.

     

    Y cantaron los sapos.