extraits

  • Vite! ¡Rápido!

    Imprimer

     

    Serge Pey, né à Toulouse en 1950 de parents espagnols ayant fui le régime de Franco.
    Nacido en Toulouse en 1950 de padres españoles, refugiados del régimen franquista.
     
    Le trésor de la Guerre d’Espagne
     
     
    Extraits de : Le linge et l’étendoir.
     
     
    (Pour bien comprendre ces extraits il vous faut savoir que le linge était un signal pour les anti-franquistes cachés dans la montagne.)
     
    Les voisins pensaient que ma mère était folle. Comment comprendre qu’elle étendait parfois le linge sur l’étendoir ou dans le champ, à même l’herbe, ou encore sur les branches des arbres ? Comment concevoir qu’elle le posait souvent à l’ombre ou en plein vent, maintenu par de gros cailloux, comme les points de ponctuation d’une phrase secrète?” 
     
    _____________________________
     
    “—Vite, enlève ta chemise et va l’étendre sur l’étendoir, ramène le linge qui reste. Vite… Dépêche-toi…
    Je compris sa précipitation quand je vis, depuis notre jardin qui surplombait la route, une longue file de camions bleus de la gendarmerie.
    Ainsi ma chemise faisait partie, elle aussi, d’une longue phrase. Elle était une lettre, peut-être un mot. J’étais fier. J’étais devenu une conjugaison, presque un verbe. J’existais dans le langage secret de ma mère, comme un mot important qu’elle n’avait encore jamais employé, puisque c’était la première fois qu’elle voulait laisser ma chemise seule sur l’étendoir. “

    NB: Pour lire le magnifique chapitre entier “Le linge et l’étendoir”, c’est ici.
    Et pour l'écouter...
     
     
     
     
    Dos extractos de La ropa y el tendedero
     
    (Para entender estas lineas, hay que saber que la ropa era una señal de la madre para los anti-franquistas escondidos en la montaña)
     
     
    Los vecinos pensaban que mi madre estaba loca. ¿Cómo entender que extendía la ropa a veces en el tendedero o en el campo, sobre la hierba, o en las ramas de los árboles? ¿Cómo concebir que a menudo la ponía en la sombra o al viento abierto, sostenido por unas piedras gordas, como los signos de puntuación de una frase secreta?”
     
    _____________________________
     
    -Rápido, quitate la camisa y ve a tenderla en el tendedero, trae la ropa que queda. Rápido...Date prisa.
    Entendí su precipitación cuando vi, desde nuestro jardín que sobresalía de la carretera, un fila larga de camiones azules de la guardia civil.
    Así mi camisa formaba parte, ella también, de una frase larga. Era una letra, tal vez una palabra. Estaba orgulloso. Me había convertido en una conjugación, casi un verbo. Yo existía en el lenguaje secreto de mi madre, como una palabra que, todavía, nunca había usado, ya que era la primera vez que quería dejar mi camisa sola en el tendedero.”
    (Trad: Colette)
  • Le vent qui court / El viento que corre

    Imprimer
    Un colis bien fermé et rempli de poèmes, trois recueils de poésie; c'est ce que le facteur m'a apporté en début de semaine. Rien ne pouvait me faire plus plaisir L., un tout grand merci.

     

    Un paquete bien cerrado y lleno de poemas, tres libros de poesía; eso es lo que el cartero me ha traído al principio de la semana. Nada podía alegrarme más. L., muchísimas gracias.
     
    KOMBOLOÏ est le titre de l'un d'eux.
     
    Komboloï? Chez les Grecs, ce sont de petits chapelets que l'on égrène, non par nécessité religieuse, mais plutôt comme “passe-nerfs”, comme pour regagner une sérénité, un équilibre, un ordre sur le point de basculer. (…) Lambersy réunit ici les rites et rythmes de ses trois origines: La Grèce, l'Inde et la langue française” peut-on lire en quatrième de couverture.

     L'auteur, Werner Lambersy, est né en 1942 à Anvers et vit à Paris. 

     
    KOMBOLOÏ es el titulo de uno de ellos.
     
    En la contraportada se puede leer: “¿Komboloï? En Grecia son esos pequeños rosarios que desgranan, no por necesidad religiosa, sino como un “calma nervios” como para recobrar una serenidad, un equilibrio, un orden a punto de bascular. (…) Lambersy reúne aquí los ritos y los ritmos de sus tres orígenes: Grecia, India y la lengua francesa”
     
    El autor, Werner Lambersy nació en Amberes en 1942 y vive en Paris.

     

    Ce recueil est donc une suite de poèmes à lire et méditer comme les grains d'un chapelet.

     Asi pues este libro es una sucesión de poemas para leer y meditar como las cuentas de un rosario.

     

     

     

    Vieux mur
     
    il ne parle plus qu'à la terre
     
    et tout bas

     

     
    Pared vieja
     
    Tan solo hablas a la tierra
     
    y en voz baja

     

     

     

    C'est un arbre à miroirs

     

    pour faire chanter
     
    l'oiseau qui viendrait seul
     

      

    Es un árbol de espejos
     
    para hacer cantar

     

    al pájaro si viniera solo
     

     

    La pluie est nue

      

    elle aime
    s'offrir aux passants

     

    La lluvia esta desnuda
     
    le gusta
     
    ofrecerse a los viandantes
     

     

    La seconde partie s'intitule Chànd-Màlà (En Inde« fleurs découpées dans la moelle du roseau, et servant d'offrande”)

     

    Oui des dieux marchent
     
    à nos côtés

     

    qui ne connaissent
     
    que les déserts
     
    de l'âme

     

    des dieux qui se disent
     
    entre eux
     
    ce que nous sommes
     
    et nos peu de pouvoirs

     

    mais ils ne savent rien
     
    de notre ivresse
     
    de chanter

     

    de cette foi
     
    qui ne demande aux mots
     
    qu'un temple vide
     
    et qui résonne bien

     

     

     

    Kamulkia, templo budista

     

     

     

     

     

     

     

    Sí dioses caminan

     

    a nuestro lado
     

     

    que tan solo conocen

     

    los desiertos

     

    del alma

     

     

     

    dioses que se cuentan

     

    entre ellos

     

    lo que somos

     

    y nuestros escasos poderes

     

     
    pero nada saben

     

    de nuestra embriaguez

     

    al cantar

     

     

     

    de esa fe

     

    que solo pide a las palabras

     

     

     

    un templo vacío

     

    con buena resonancia

     

     

     

    Le vent
     
    qui court
     
     
    n'arrive pas
     
     
     
    on l'a vu trébucher
     
    sur un brin d'herbe

      

    sur un caillou
     
    sur pas grand chose

     

    le vent qui pousse
     
     aux portes
     
     
    jamais
     
    n'entre tout à fait

     

     

     

    El viento
     
    que corre

     

    no llega

     

    se le ha visto tropezar
     
    con una brizna de hierba
     

     

    con un canto
     
    con poca cosa

     

     
    el viento que empuja
     
    las puertas

     

    nunca
     
    del todo entra

     

     

     

     

    Traductions: M.A.H y Colette

     

     

     

    Titre: Komboloï suivi de Chànd-Màlà, edition Le Dé Bleu (1985)

     

    Extraits P 28, 32, 38, 90, 94.

     

     

     

    Ce petit recueil est une merveille, je vous le recommande vivement.