absence

  • Fais du bruit! / ¡Haz ruido!

    Imprimer

    Voici un second poème d'Elvira Sastre.
    La simplicité est un choix, une décision qu'elle a prise après des études de philologie.
    Tant, trop de poèmes hermétiques, alambiqués, et donc loin de la compréhension de tous pense-t-elle. 


    Vasili Kandinsky, Bruit / Ruido



    BRUIT
     
    Si tu pars
    fais-le avec du bruit;
    casse les fenêtres,
    insulte mes souvenirs,
    jette par terre toutes et chacune
    de mes tentatives
    pour t’atteindre,
    transforme en cri les orgasmes,
    frappe avec rage la chaleur
    abandonnée, le calme disparu, l’amour
    qui ne résiste pas,
    détruis la maison
    qui ne sera plus un foyer.
    Fais-le comme tu voudras,
    mais avec du bruit.
    Ne me laisse pas seule avec mon silence.
    Trad: Colette
                        .....................................
     Vous penserez sans doute, comme moi, à Prévert,

    On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait quand il s'en va.”
    Et à la chanson de  Renaud Boucan d’enfer https://www.youtube.com/watch?v=kkAEErrHaJE


    Enrique Rogriguez Guzpana Sin ruido /Sans bruit
     
    RUIDO Elvira Sastre

    Si te marchas
    hazlo con ruido:
    rompe las ventanas,
    insulta a mis recuerdos,
    tira al suelo todos y cada uno
    de mis intentos
    de alcanzarte,
    convierte en grito a los orgasmos,
    golpea con rabia el calor
    abandonado, la calma fallecida, el amor
    que no resiste,
    destroza la casa
    que no volverá a ser hogar.
    Hazlo como quieras,
    pero con ruido.
    No me dejes a solas con mi silencio.
     
     
  • Parfum d'un visage disparu / Perfume de un rostro desaparecido

    Imprimer
    Deux courts poèmes d’Alejandra Pizarnik, cette poétesse Argentine si vénérée là-bas, si peu connue de notre côté dont je vous avais longuement parlé ici
     
    Dos poemas cortos de Alejandra Pizarnik, esa poetisa Argentina tan venerada en su país de la cual os había hablado aquí.
     
     
    INFANCIA
     
    Hora en que la yerba crece
    en la memoria del caballo.
    El viento pronuncia discursos ingenuos
    en honor de las lilas,
    y alguien entra en la muerte
    con los ojos abiertos
    como Alicia en el país de lo ya visto.
     
    Enfance
     
    Heure où pousse l’herbe
    dans la mémoire du cheval.
    Le vent prononce des discours ingénus
    en honneur aux lilas,
    et quelqu’un entre dans la mort
    les yeux ouverts
    comme Alice dans le pays du déjà vu.
     
    (Trad:Colette)
     
      
     
     


     
    Sens de son absence
     
    si j’ose
    regarder et dire
    c’est pour son ombre
    si doucement unie
    à mon nom
    là au loin
    dans la pluie
    dans ma mémoire.
    Par son visage
    qui brûlant dans mon poème
    disperse joliment
    un parfum
    de visage aimé disparu
     
    (Trad:Colette)
     
    SENTIDO DE SU AUSENCIA
     
    si yo me atrevo
    a mirar y a decir
    es por su sombra
    unida tan suave
    a mi nombre
    allá lejos
    en la lluvia
    en mi memoria
    por su rostro
    que ardiendo en mi poema
    dispersa hermosamente
    un perfume
    a amado rostro desaparecido