´poésie

  • Les trois chants de l'âme / Los tres cantos del alma

    Imprimer

    Vous connaissez mon admiration pour les traducteurs mais aussi pour les éditeurs qui publient de la poésie, et plus encore si ce sont des traductions de poétesses sud-américaines peu connues.

    L’édition Cap de l’Étang m’a gracieusement envoyé cette fois, traduits par Monique-Marie Ihry, “Les trois chants” de Teresa Wilms Montt.

     

                                        Teresa Will Montt 1893-1921 Chili

     

     


    Vous pouvez lire sur le blog de la traductrice une présentation de la poétesse, qui n’avait jamais été traduite en français, et du recueil.
    http://aujardindesmots.unblog.fr/les-trois-chants-los-tres-cantos-de-teresa-wilms-montt-1893-1921-traduit-en-francais-par-monique-marie-ihry/


    Avec leur permission je vous livre quelques extraits de ce “chant lyrique” “marqué par les expériences de l’âme avec en toile de fond la nature “ (quatrième de couverture).
                              



    Des chants très poétiques qui m’ont surprise au départ: tout le recueil est une adresse à son âme, étonnant. Mais bien vite le beau rythme et la poésie m’ont séduite. 

     

    Un court recueil, vraiment très beau, 3 chants, et une longue et intéressante introduction de Monique-Marie Ihry.

    Extrait de “Le matin “


       “Chante mon âme, chante et bois une gorgée du nectar de la matinée;  chante, mon âme, tant que le ciel bleu et la campagne seront pour toi une bacchanale dont la beauté sera capable de t’enivrer !

       Chante, mon âme, chante avant que la nuit prenne fin et que le loup sauvage hurle dans la montagne”

    Extracto de “”La mañana”

       ¡Canta, alma mía, canta y bébete de un sorbo el néctar de la mañana; canta, canta alma mía, mientras el cielo azul y la campiña sean para ti una bacanal con cuya belleza puedas embriagarte!

       Canta, alma mía, canta antes que cierre la noche y aullé el lobo salvaje en la montaña!


    Extrait de “Crépuscule”

    J’ai choisi un passage vers la fin où, après avoir répété “Prie, prie mon âme”, la nature est la protagoniste.


       “Le soleil s’en va, une lointaine musique de vents et de cascades l’accompagne jusqu'à la montagne.
      “ Les insectes bruyants courent dans tous les sens, en se cachant entre les herbes et en évitant le dernier rayon de l’astre d’or.
       Le soleil s’en va. Les peines entourent le monde avec des visages affamés à la recherche de cœurs à dévorer.
      Le soleil s’en va et le sourire du moribond se grave dans la pierre indélébile de l’immortalité.
      Le soleil s’en va et mon âme tremble de terreur dans les ténèbres. “


    Extracto de “El crepúsculo”

       “Se va el sol, y una música alejada de vientos y de cascadas lo acompaña hasta la montaña.
       Los insectos rumorosos corren de un lado a otro, escondiéndose entre las malezas, evitando el último rayo del astro de oro.
       Se va el sol. Las penas rondan el mundo con caras hambrientas buscando corazones para devorar.
       Se va el sol, y la sonrisa del moribundo se está grabando en la indeleble piedra de la inmortalidad.
       Se va el sol y el alma mía tiembla de pavor en las tinieblas.“




    Extrait de “La nuit”


      “ Pleure, mon âme, pleure ! "(...)
       Pleure avec l’avalanche de neige qui purifie la plaine et rend l’homme meilleur !
       Pleure avec le paria et la femme répudiée dans son lit d’hôpital !
       Pleure, mon âme, pleure avec la mère à qui la brutalité de l’homme a arraché les enfants et l’a abandonnée seule au milieu de sa vie !
       Pleure, mon âme, avec ceux qui n’ont pas de réconfort, qui, comme les morts  ayant une âme, n’attendent rien ni personne !”

    Extracto de “La noche “


        "¡Llora, alma mía, llora!” (…)
       “¡Llora con el alud de nieve que purifica el llano y hace al hombre más bueno!
        ¡Llora con el paria, y con la mujer repudiada en su lecho de hospital!
        ¡Llora, alma mía, con la madre a quien la brutalidad del hombre arrancó sus hijos y la ha dejado sola en medio de la vida !
        ¡Llora, alma mía, con los que no tiene consuelo, que, como muertos con alma, no aguardan nada ni a nadie esperan!”

  • Fais du bruit! / ¡Haz ruido!

    Imprimer

    Voici un second poème d'Elvira Sastre.
    La simplicité est un choix, une décision qu'elle a prise après des études de philologie.
    Tant, trop de poèmes hermétiques, alambiqués, et donc loin de la compréhension de tous pense-t-elle. 


    Vasili Kandinsky, Bruit / Ruido



    BRUIT
     
    Si tu pars
    fais-le avec du bruit;
    casse les fenêtres,
    insulte mes souvenirs,
    jette par terre toutes et chacune
    de mes tentatives
    pour t’atteindre,
    transforme en cri les orgasmes,
    frappe avec rage la chaleur
    abandonnée, le calme disparu, l’amour
    qui ne résiste pas,
    détruis la maison
    qui ne sera plus un foyer.
    Fais-le comme tu voudras,
    mais avec du bruit.
    Ne me laisse pas seule avec mon silence.
    Trad: Colette
                        .....................................
     Vous penserez sans doute, comme moi, à Prévert,

    On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait quand il s'en va.”
    Et à la chanson de  Renaud Boucan d’enfer https://www.youtube.com/watch?v=kkAEErrHaJE


    Enrique Rogriguez Guzpana Sin ruido /Sans bruit
     
    RUIDO Elvira Sastre

    Si te marchas
    hazlo con ruido:
    rompe las ventanas,
    insulta a mis recuerdos,
    tira al suelo todos y cada uno
    de mis intentos
    de alcanzarte,
    convierte en grito a los orgasmos,
    golpea con rabia el calor
    abandonado, la calma fallecida, el amor
    que no resiste,
    destroza la casa
    que no volverá a ser hogar.
    Hazlo como quieras,
    pero con ruido.
    No me dejes a solas con mi silencio.
     
     
  • Lo nuestro es pasar (Notre destin est de passer) A. Machado, fin

    Imprimer
    Entre la dictature de Primo de Rivera et celle de F. Franco, les huit ans de République furent une époque faste (pour certains!) mais bien courte, bien trop courte pour A. Machado.
    Si, dès l’arrivée du nouveau dictateur, il met sa plume et son énergie au service de la République, il connaît une des plus grandes souffrance de sa vie: son frère Manuel qu’il aime tant et avec lequel il a écrit, voyagé, prend le parti des nationalistes. Rupture définitive entre les deux frères.
     
    Cette guerre civile dura trois ans de ‘36 à ‘39 et les poèmes écrits par Machado à cette époque ont, vous l’imaginez bien, perdu cette symbiose avec la nature. On y parle de mort, de morts.
     

     

    https://www.slideshare.net/100005043120186/el-crimen-fue-en-granada-81190512  Machado Y Lorca
     
     
     
    Voici le premier, sur l’exécution de F.Garcia Lorca:

    Il y a eu crime dans Grenade

    A Federico Garcia Lorca
    I
    Le crime

    On l’avait vu, cheminant entre des fusils
    par une longue rue,
    apparaître dans la campagne froide,
    encore étoilée, la campagne du matin.
    Ils ont tué Frédéric
    à l’heure où surgissait la lumière.
    Le peloton des bourreaux
    n’osait le regarder en face.
    Ils ont tous fermé les yeux,
    ils ont prié : Dieu lui-même ne te sauverait pas !
    Il est tombé mort, Frédéric
    - sang au front et aux entrailles. –
    Il y a eu crime dans Grenade !
    Vous savez ? – pauvre Grenade ! – sa Grenade !...

    Traduit de l’espagnol par Jean Cassou 
     
     
     
     

    El crimen fue en Granada

    A Federico Garcia Lorca
     
    I
    El crimen

    Se le vio, caminando entre fusiles,
    por una calle larga,
    salir al campo frío,
    aún con estrellas, de la madrugada.
    Mataron a Federico
    cuando la luz asomaba.
    El pelotón de verdugos
    no osó mirarle la cara.
    Todos cerraron los ojos;
    rezaron: ¡ni Dios te salva!
    Muerto cayó Federico.
    -sangre en la frente y plomo en las entrañas-.
    ...Que fue en Granada el crimen
    sabed -¡pobre Granada!-, en su Granada...

     
    Et puis ces vers qui m’ont toujours tant émue, bouleversée:
     
    Petit Espagnol qui viens au monde.
    Que Dieu te garde.
    Une des deux Espagne
    Va te geler le coeur”
     
    Españolito que vienes
    al mundo te guarde Dios.
    una de las dos Españas
    ha de helarte el corazón.”
     
    Juan Manuel Serrat a tant chanté les poèmes de Machado:
     
    Ici, Serrat, jeune:
     
    Puis il y eût la fuite, Valencia, Barcelona enfin, il est déjà en mauvaise santé. Le 2 février 1939, en compagnie de sa mère et d’un de ses frères, ils entreprennent à pied, dans le froid, le voyage épuisant vers la France. Et ils arrivent à Colliure où ils logent dans une auberge. Il y mourra une vingtaine de jours plus tard, sa mère ne lui survivra que quelques jours.
     
     
     
    « Machado dort à Collioure 
    Trois pas suffirent hors d'Espagne
    Que le ciel pour lui se fit lourd 
    Il s'assit dans cette campagne 
    Et ferma les yeux pur toujours” Aragon.
    (lire le poème entier:
     
    Jean Ferrat l’a chanté:
     
     
     
    Voilà, vie et mort, comme écrivait le poète: “Lo nuestro es pasar” (Notre destin est de passer)
     
    Sur sa tombe, ces vers:
     
     
    « Et quand viendra le jour du dernier voyage,

    quand partira la nef qui jamais ne revient,

    vous me verrez à bord, et mon maigre bagage,

    quasiment nu, comme les enfants de la mer ».
     
     
    PS: Je n'ai pas traduit ces billets sur A.Machado en espagnol parce que les natifs le connaissent fort bien, du moins ils devraient:-)
  • Le tour du monde / La vuelta al mundo

    Imprimer

    Aujourd’hui simplement un poème de Pierre Reverdy, un poète un peu oublié hélas.

     

    HEURE


    Un œil se ferme à l’horizon
                         L’autre se lève
    Combien de temps faut-il pour parcourir la nuit
    Le bruit et la lumière
    Étoiles et grelots
                Quelqu’un sur la montagne a jeté son manteau
                         Et derrière
                                           L’eau
                Le soleil éteint qui tombe
    Et le chant plus gai d’un oiseau
                Le tour du monde
                                  Tout se dresse autour du rideau
                           Les voix qui montent vont plus haut
                           ou les marches plus basses
                                  Celui qui redescend
                                  Marche la tête basse
    L’ombre s’allonge
                                  Le ciel s’éclaire
    On écoute les bruits tomber tout près du mur
                                         Contre la terre
     

     

     
     
    Hora
     
    Un ojo se cierra en el horizonte
                  El otro se levanta
    Cuánto tiempo hace falta para recorrer la noche
    El ruido y la luz
    Estrellas y cascabeles
             Alguien en la montaña ha tirado su abrigo
                         Y detrás
                                El agua
             El sol apagado que cae
    Y el canto más alegre de un pájaro
              La vuelta al mundo
                             Todo se alza alrededor de la cortina
                     Las voces que suben van más alto
                     o los escalones más bajos
                           El que vuelve a bajar
                           Anda cabizbajo
    Se alarga la sombra
                           Se ilumina el cielo
    Se escuchan los ruidos caer muy cerca del muro
                            Contra la tierra
    (Trad:Colo)