Demain nous parlerons / Mañana hablaremos

Imprimer

 

Sans doute la visite d’un ami de toujours, un grand voyageur, plus vu depuis deux ans et demi, a-t-elle influencé le choix de ce poème.
José Hierro. Un poète espagnol que je connais peu et qui a éveillé ma curiosité. Un prochain billet sur lui donc.

La Rencontre

Poème de José Hierro dédié à Rafael Albertí. 1964.

 

Un jour je dirai : sois le bienvenu

à la maison. Voici ton feu.

Bois ton vin dans ton verre,

regarde le ciel, coupe le pain.

Comme tu as été long. Tu as cheminé

sous les constellations

du Sud, navigué sur les fleuves

aux sons multiples. Quel

long voyage. Je te trouve

fatigué. Ne me demande rien.

Donne à manger à tes chiens,

entends la chanson du peuplier.

Ne me pose aucune question,

ne me demande rien.

 

Si je parlais,

tu pleurerais. Si tu mettais

tes spectres face au miroir,

tu ne verrais sans doute

aucune image reflétée.

La vie lointaine est morte :

le temps l’a tuée. Toi seul

peux l’enterrer. Jettes-y

de la terre demain, quand

tu te seras reposé. Bienvenu

chez toi. Ne demande

rien. Demain nous parlerons.

 

(Trad: Colo inspirée par celle de Claude de Frayssinet)

 

                                         Autorretrato, gouache sobre papel, 2000 (Autoportrait)

 

 

 

EL ENCUENTRO
José Hierro (dedicado a Rafael Alberti. 1964)
Diré un día: bienvenido
a la casa. Ésta es tu lumbre.
Bebe en tu copa tu vino.
mira el cielo, parte el pan.
Cuánto has tardado. Anduviste
bajo las constelaciones
del Sur, navegaste ríos
de son diferente. Cuánto
duró tu viaje. Te noto
cansado. No me preguntes.
Da de comer a tus perros,
oye la canción del álamo.
No me preguntes por nada,
no me preguntes.
Si hablase,
llorarías. Si enfrentases
tus espectros al espejo,
seguro que no verías
imágenes reflejadas.
Lo vivo lejano ha muerto:
lo mató el tiempo. Tú sólo
puedes enterrarlo. Dale
tierra mañana, después
de descansar. Bienvenido
a tu casa. No preguntes
nada. Mañana hablaremos.


 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel