J'escalade ton souvenir / Trepo por tu recuerdo

Imprimer

Joaquín Sabina, est un auteur, compositeur, poète contemporain, de 72 ans maintenant. Un rebelle talentueux extrêmement connu ici en Espagne.

Ses poèmes-chansons racontent des histoires de vies, certaines contiennent énormément de références à la vie sociale, politique, aux révoltes, à la vie à Madrid qui vous auraient peut-être échappées, alors j’en ai choisi un, vraiment très connu, plus universel.

 

 



Rue Mélancolie

Comme qui voyage à dos d’une jument sombre

Dans la ville je marche, ne me demandez pas vers où,

Je cherche peut-être une rencontre qui illuminera ma journée

Mais je ne trouve que des portes qui refusent ce qu’elles cachent.

 

Les cheminées déversent leur vomi de fumée

Sur un ciel de plus en plus lointain et haut,

Des murs ocres se répand le jus

D’un fruit de sang cultivé sur l’asphalte.

 

La campagne est déjà verte, ce doit être le printemps,

Un train sans fin croise mon regard

Le quartier où j’habite n’est pas vraiment une prairie

Paysage désolé d’antennes et de câbles.

 

J’habite au numéro 7, rue Mélancolie

Depuis longtemps je veux déménager dans le quartier de la joie

Mais chaque fois que j’essaye le tram est déjà parti,

Sur les escaliers je m’assieds et siffle ma mélodie.

 

Comme qui voyage à bord d’un bateau devenu fou

Qui vient de la nuit et va nulle part,

Ainsi mes pieds descendent la pente de l’oubli

Fatigués de tant marcher sans te trouver.

 

De retour chez moi, j’allume une cigarette,

Je range mes papiers, résous un mot croisé,

Me fâche avec les ombres qui peuplent les couloirs

J’embrasse l’absence que tu laisses dans mon lit.

 

J’escalade ton souvenir comme une plante grimpante

Qui ne trouve pas de fenêtre où s’accrocher. Je suis

Cette absurde épidémie dont souffrent les trottoirs

Si tu veux me trouver, tu sais où je suis.

 

J’habite au numéro 7, rue Mélancolie

Depuis longtemps je veux déménager dans le quartier de la joie

Mais chaque fois que j’essaye le tram est déjà parti,

Sur les escaliers je m’assieds et siffle ma mélodie.

(Trad: Colette)

 


 

 

Calle Melancolía

Joaquín Sabina

Como quien viaja a lomos de una yegua sombría
Por la ciudad camino, no preguntéis adónde
Busco acaso un encuentro que me ilumine el día
Y no hallo más que puertas que niegan lo que esconden.

 

Las chimeneas vierten su vómito de humo
A un cielo cada vez más lejano y más alto
Por las paredes ocres se desparrama el zumo
De una fruta de sangre crecida en el asfalto.

 

Ya el campo estará verde, debe ser primavera
Cruza por mi mirada un tren interminable
El barrio donde habito no es ninguna pradera
Desolado paisaje de antenas y de cables.

 

Vivo en el número siete, calle Melancolía
Quiero mudarme hace años al barrio de la alegría
Pero siempre que lo intento ha salido ya el tranvía
En la escalera me siento a silbar mi melodía.

 

Como quien viaja a bordo de un barco enloquecido
Que viene de la noche y va a ninguna parte
Así mis pies descienden la cuesta del olvido
Fatigados de tanto andar sin encontrarte.

 

Luego, de vuelta a casa enciendo un cigarrillo
Ordeno mis papeles, resuelvo un crucigrama
Me enfado con las sombras que pueblan los pasillos
Y me abrazo a la ausencia que dejas en mi cama.

 

Trepo por tu recuerdo como una enredadera
Que no encuentra ventanas donde agarrarse, soy
Esa absurda epidemia que sufren las aceras
Si quieres encontrarme ya sabes dónde estoy.

 

Vivo en el número siete, calle Melancolía
Quiero mudarme hace años al barrio de la alegría
Pero siempre que lo intento ha salido ya el tranvía
En la escalera me siento a silbar mi melodía

 

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel