Semi-pause à l'ombre

Imprimer
Paille, un joli mot, doux à prononcer, qu'emploient sans doute peu les habitants des villes.
 
Paille c'est sécheresse, chaleur, poussière, et une douce couleur jaune-ocre.
 
Paille c'est aussi un chapeau, puis celle que vous voyez dans l'œil de l'autre, et celle du feu de la passion qui ne dure pas longtemps.
 

Paille, le mot vous suggère une image ? Une expression ?

 

 

 

 


 Foto I. Pampín, junio 2021 Insecto.  Mil gracias, tu foto es preciosa y  tan elegante!

 

 

Rythme fort ralenti, chaleur, potager, famille, l'été quoi !

Lien permanent Catégories : billet 24 commentaires

Commentaires

  • Paille, bâille, faille, maille, taille, saillie, taillis, souris dans la paille n'est pas à Paris.

    ;-)...

  • L’est ici la souris

  • :-D !

    Vive l'été.

  • Voici un exemple parfait qui me touche au fond. Et qui remet en question la démarche de ceux qui pratiquent la photo comme un art.
    Ce cliché me remplit. Il me dit tout. Et me réconforte.

  • @Pierre, merci beaucoup pour ces mots, je les transmettrai au photographe (non professionnel) qui est de ma famille. Il a fait une série fleurs-herbes et insectes que je trouve superbe.
    Avez-vous vu le petit perce-oreille logé dans le fond de l'épi ?
    Bon week-end.

  • Le perce-oreille est un clin d'oeil. Il s'intègre si bien qu'il ridiculise nos malheurs.

  • Bien vu !

  • Je suis d'autant plus touché que je ne cesse d'intervenir sur le blog photographique de Nicolas Chauvet pour remettre en question la démarche artistique. Ce cliché est pour moi la parfaite confirmation que le seul art qui vaille vient du coeur. Lorsqu'il est ouvert il voit. L'effort est rédhibitoire. L'intention suspecte.

  • Holà amiga Colette,

    La paille est souvent citée dans nombre d’expressions, vous en avez relevé quelques-unes, on la rencontre parfois en poésie à l’orée du bois. Ainsi, Verlaine dont un des poèmes de « Sagesse » reprend en titre le premier vers :

    « L’espoir luit comme un brin de paille » où notre poète frais converti à la foi catholique fait une allusion à la crèche de Noël, mais une Nativité où le petit Jésus s’appellerait Arthur… Abrégeons pour ne pas peiner le RP Davier que j’estime fort au demeurant, il a gardé l’âme rimbaldienne peu sérieuse de ses 17 ans.

    Le plus souvent pourtant, la paille est de sortie dans les expressions populaires : celle dans l’œil du voisin, celle sur laquelle nous réduisent les belles croqueuses de diamants, celle que l’on tire pour échapper à une corvée (ou l’inverse) et cætera. Il en est une que vous n’avez pas citée et que vous ignorez peut-être : avoir la paille au cul. Vous connaissez mon côté irrévérencieux, j’aurais manqué à ma réputation de ne pas la mentionner…

    Cette expression a plusieurs sens : d’abord être congédié pas très glorieusement : « Ils sont partis la paille au cul ces Bourbons cafards » chantait-on en 1830. Tout ça pour remettre le couvert avec les Orléans dix-huit ans après… Cela signifie aussi être libéré de ses obligations militaires en sortant directement de taule, des arrêts de rigueur, avec les compliments de l’adjudant-chef (des restes de la paille des cachots collés au postérieur…), rien de glorieux non plus.

    Plus étrange, c’est aussi une formule de bons vœux pour l’année nouvelle en usage dans la langue pataouète, que j’ai entendue en Algérie dans la bouche de vieux Pieds-Noirs, qui, sans davantage de fortune qu’avant, étaient restés après l’Indépendance, sous la forme d’une sorte de tercet bon enfant :

    Bonne année,
    Bonne santé,
    La paille au cul pour toute l'année.

    Celle-là, suis sûr que même Calendula, notre érudite maison, ne la connaît pas…
    L’étiologie si j’ose, je l’ai trouvée par hasard sous la forme d’un conte, où il est question d’un âne volant. La toile est décidément riche d’enseignements. Question authenticité, je ne garantis rien, mais vous dormirez cette nuit plus instruite encore, si c’est possible, en ayant appris qui a inventé le turboréacteur…

    Il faudrait Roland Bacri, feu le petit poète, le Roro de Bab El Oued du Canard enchaîné, avec sa faconde pour nous la conter. Il n’y a pas de bonheur parfait.

    https://www.neababeloued.fr/blog/tag/LA%20PAILLE%20AU%20CUL%20POUR%20TOUTE%20L%20ANN%C3%89E

    Buena semana.

  • 稻草狗和纸老虎 (chiens de paille et tigres de papie) expression partagée par Laozi et Mao Zedong.

  • "Gislebert, j'ai adoré et bien ri , merci pour pour ce vent venu des tréfonds du âne ;.))
    Bonsoir et...paille au cul alors.

    Rabbit, je sais que cela faisait partie d'un rite chinois mais pas beaucoup plus. Les brûlait-on? Qui alors, je me demande, du chien ou du tigre brûlait en premier...bref, je vais devoir m’informer, merci.

  • Ne vous donnez pas la peine de chercher, c'est la Chine qui vient à vous... https://www.persee.fr/doc/oroc_0754-5010_1985_num_6_6_919

  • @Rabbit, fort intéressant de lire comment ces chiens de paille ont été employés et ont évolué selon les besoins et/ou idéologies. Un grand merci et bon dimanche.

  • Cette photo m'a immédiatement fait penser au Japon et au côté dépouillé d'un jardin avec des bonzaï ou un arrangement d'ikebana minimaliste.
    Contrairement à ce que Gislebert suggère, je ne suis pas du tout érudite et mes connaissances de l'art japonais sont très basiques. Il se peut que mon association d'idée soit très superficielle.
    Il se dégage un calme infini de ce dépouillement. Ce perce-oreille semble être en état de méditation, c'est comme s'il avait trouvé un lieu propice pour s'isoler du monde ( je suis en pleine projection ;-)))

    Quant à la paille ... Voilà effectivement un matériau qui ne fait plus partie de notre quotidien mais qui est très présent dans les expressions et aussi dans une sorte de folklore oral.
    Après le Japon, j'ai pensé aux " Trois petits cochons" ! Le loup qui souffle et détruit la fragile maison du premier petit cochon, qui ne connaissant donc pas la technique du pisé.

    En passant en revue les différentes expressions et symboles proposés par Colette et les commentateurs, on dirait que la paille est généralement associée à du négatif, alors qu'elle a été si utile !
    Mais elle pique, elle s'enflamme facilement et parfois de façon non-intentionnelle, c'est quand-même un déchet et fait partie du tas de fumier.

    Et voilà que par la grâce du photographe persévérant et habile, cette humble paille est élevée au grade de lampion élégant et écrin pour insecte.
    Merci pour ce petit moment zen ou peut-être taoïste ?

  • C'est la même chose: le Chan (prononcer Zen) est le résultat d'un syncrétisme entre bouddhisme et taoïsme, né au Ve siècle en Chine et passé au Japon depuis le XIIIe.

  • @rabbit & co,

    Diriez-vous que cette photo est d'un esprit zen ?
    Ou digne d'un haïku ?
    A mes yeux d'Occidentale c'est le cas, mais je ne me fais pas confiance.

  • Tout peut être sujet à haïku, le tout étant de respecter les règles et de produire celui qui effacera tous les autres. J'en ai composé 130 et n'en ai conservé que 3.

  • @ Calendula, merci pour ces évocations japonaises et zen. Une grande simplicité et harmonie dans cette photo oui!

    Nous employons énormément de paille dans le potager, nous paillons la terre autour des plantes. Elle garde l’humidité et nourrit la terre.
    Positif donc

  • @ Rabbit, nous ferez-vous un jour l’honneur de nous en faire lire un?

  • @ Colette,

    Avez-vous des strawberries à pailler ?

    Jusqu'à votre billet, je n'avais pas réfléchi à ce mot anglais !

  • Plutôt que des honneurs, j'attends surtout une critique sincère pour en éliminer encore un, voire deux. Le haïku parfait est ineffable... Mais en voilà un dans le style de Bashō :

    Flocons sur le square,
    Font tomber les dernières feuilles.
    Plus de cris d’enfants.

  • @Rabbit,merci beaucoup !!
    Très loin d'être experte en ce domaine, je l'ai lu d'abord à voix haute puis relu pour moi.
    Le rythme est beau, les évocations visuelles et auditives sont fortes.
    Ne l'éliminez pas por favor.

  • Poème

    Courir sur les chaumes
    Après la moisson
    Vers le bleu du ciel

  • @ Jacques, joli, joli, merci.
    Les moissons sont finies ici
    mulots et milans sont aux aguets.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel