Il y a...

Imprimer


(Cette version n'est disponible que si vous cliquez sur le lien Yoube qui apparaît)

 


Mais voici une version au saxophone très intéressante.

 

 

 Aujourd'hui, il y a 100 ans, naissait Astor Piazzola, le maître du tango Argentin, vous le connaissez sûrement.

 

J'ai choisi ce titre, pas le plus connu,  "Ausencias" (Absences), car ce 11 mars est aussi la date où eut lieu en 2011 le terrible tremblement de terre au Japon avec les conséquences que nous avons peut-être un peu oubliées mais dont les Japonais souffrent encore, et pour longtemps.

 

 

Commentaires

  • La citation sur le tango, on peut se la jouer grave comme Borges :
    « Nous pouvons discuter le tango et nous le discutons, mais il renferme, comme tout ce qui est authentique, un secret ! »

    Ou ironique comme Sacha Guitry :
    « Le tango, je me demande pourquoi ça se danse debout ! »

    Ou un peu vacharde comme Clemenceau :
    « Dans le tango, on ne voit que des figures qui s’ennuient et des derrières qui s’amusent. »

    Piètre danseur et connaisseur approximatif, grand écraseur d’orteils devant l’Eternel par contre, quand j’entends tango, tout de suite me vient en tête la chanson de Guy Marchand, un Français, quelle hérésie, c’est vous dire le niveau !
    Et pourtant Carlos Gavito affirme que « ceux qui disent que vous ne pouvez pas danser le tango si vous n’êtes pas Argentin se trompent. Le Tango est une musique d’immigrants, il n’a pas de nationalité ! »

    Si c’est un authentique et historique danseur argentin qui le dit, pas de raisons de se gêner, allons-y sans remords :

    https://www.youtube.com/watch?v=scig1c8dU04

  • @Gislebert,

    N'auriez-vous pas aimé savoir danser le tango? moi, oui, et beaucoup. Ce sera pour dans une autres vie...
    Mais je ne suis pas Tango, tango, bien que la musique me colle à la peau:-))
    Et oublions le maussade Clemenceau qui n'y avait rien compris !

  • Je comprends bien, mais si l'on tient compte de la contribution d'Astor Piazzola au genre classique, au jazz et au mariage du roi Willem-Alexander, on ne peut restreindre l'art et l'artiste aux seuls fantasmes de Gislebert sur l'univers glauque des boîtes interlopes de Buenos Aires.

  • Rabbit, je vois que vous le connaissez, enfin sa musique, son immense talent (et travail), mais je suis souvent étonnée de découvrir qu'Astor Piazzola est inconnu (bon, pas en Espagne) de tant et tant. (je ne parle pas del amigo Gislebert, claro)

    On se demande parfois à quoi cela tient, n'est-ce pas ?"

  • Bah ! Vous savez Colette, la Suisse est une nation de boat people abandonnés à leur sort sur le fleuve Lethé. Tant qu'ils ne s'en rendent pas compte, ils gardent le sourire et c'est mieux comme ça...

  • @ Rabbit, je suis mal placée pour avoir une quelconque opinion sur les Suisses: je n'y connais quasi personne. Mais j'ai toujours pensé que le multiculturalisme est une richesse immense pour un pays; la culture s'y diversifie pour peu qu'on lui en laisse l'occasion.

  • La mélodie de la chanson de G. Marchand est celle de « Mosaïque », cf le lien.
    Donc pas si tarte que cela, la chansonnette, puisque d’un compositeur « classique »… hé hé

    https://www.rts.ch/archives/tv/varietes/mosaique/8632870-astor-piazzolla.html

  • Quelques précisions s’imposent :

    - Le tango est né non dans les salons feutrés de la bourgeoisie de Buenos-Aires, mais dans les barrios peuplés d’immigrants pauvres, peut-être bien dans les bouges un peu glauques…
    -
    - Mon propos n’était pas de traiter de Piazzolla, mais du tango en général, qui existait bien avant lui et qu’il a, paraît-il, « réinventé ». Disons plutôt modernisé en le mâtinant de jazz, cela d’accord. Par contre pour ce qui est de son apport au classique contemporain d’Amérique du Sud, euh… Villa-Lobos, Ginastera oui, pour ne citer que les plus connus. Son mélo « Maria de B.-A. » ? Alors faut mettre Gilbert Bécaud au même rang avec son « Opéra d’Aran »…

    - L’eau du Léthé, très utile pour oublier les remarques des condescendants… Pour moi, le Léthé, c’est surtout un magnifique poème de Baudelaire. On a les références qu’on peut chez les ploucs boat-people…

    https://www.youtube.com/watch?v=45YW0muuKjE

  • Géo a fait des émules sur la toile; point de vue sémantique s'entend...
    Oui, Colette, le multiculturalisme est une richesse pour autant qu'il n'est pas reçu comme un exotisme low cost. Pour s'en convaincre, il faut quitter sa zone de confort pour des régions où la notion de confort vous fait changer de paradigme.

  • Gislebert,

    Guy Marchand ne laisse pas un héritage exceptionnel dans la chanson française, mais cette chanson lui colle à la peau. En bien.

    La version dans Mosaïque est superbe.

Les commentaires sont fermés.