Norritures terrestres / Alimentos terrenales

Imprimer

Gabriela Mistral ne m’en voudra pas, vous non plus j’espère, si je postpose le billet sur elle.

Les travaux du potager m’accaparent, comme à chaque printemps. Oui, il est arrivé ici et il s’agit de ne pas rater le moment idéal pour certaines plantations.

Avant ça, il faut remettre en état le terrain qui n’en a fait qu’à sa tête pendant des mois.

 

Alors je vais vous montrer ce que nous mangeons en ce moment, ce qui est déjà fait et...ce qu’il reste à faire !!!

Zut, on ne peut pas voyager, mais je vous inviterais bien, histoire de bavarder en désherbant ou retournant la terre, plantant des patates…

J’ai pris ces photos le 16 février, sous un ciel gris.

 

 

 

Gabriela Mistral no me lo reprochará, vosotros tampoco espero, si pospongo la entrada sobre ella.

Los trabajos de la huerta me acaparan, al igual que a cada primavera. Sí, aquí ya ha llegado y se trata de no perder el momento ideal para algunas plantaciones.

Pero antes hay que cuidar de la tierra que hizo lo que quería durante meses.

Entonces os voy a enseñar lo que comemos en este momento, lo que ya está hecho...y lo que queda por hacer !!!

Si os apetece echarnos un mano...

Saqué esas fotos  el 15 de febrero, bajo un cielo gris.

 

Choux et laitues tout l'hiver, les fèves commencent à compléter nos assiettes


 

Nous avons planté des oignons, des poireaux et de l'ail frais

 


 

 


 


Bientôt au menu artichauts et fraises




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le terrain est en terrasses, il reste du boulot !

 

Ce blog, pour des "motifs potagers", est en pause pour un moment.

Commentaires

  • Que font ces tuyaux ? Arrosage au goutte-à-goutte ?

  • Exactement Rabbit, comme il n'y a pas trop d'eau ici, c'est important.

  • Méfiez-vous, señora Colette, des rongeurs et autres ravageurs qui risquent bien de vous bouffer vos fraises et vos carottes… Même si d’aucuns jouent les patelins en s’intéressant à votre système d’irrigation, en fait ils étudient le terrain pour peaufiner leur razzia...

    Buena semana con tu lumbago.

  • Ah cher Gislebert, ni lapins ni rongeurs ici, les ennemis sont les escargots et les merles...ils ont l'ai si inoffensifs pourtant !
    Pas de lumbagos non plus, du moins jamais eu ce genre de problèmes dorsaux, il y a du muscle là ;-))

    Passez un joyeux dimanche, je m'en vais planter les patates ce matin, il paraît que la lune est favorable.

  • Notre vieux médecin, frustré de ne plus pouvoir jouer au deus ex machina décidant de la vie et de la mort de nous autres pauvres quidams, souffre en plus de la concurrence en égomanie. D'où sa détestation des lapins...

  • Cessez ces incessants soupçons que je saurais supporter, sinistre lagomorphobe ! J'ai observé ce système au sud du Sahara et son succès sur l'ensablement en Chine est simplement stupéfiant.

  • Waouw, très pro les cultures !
    Nous avons opté pour des bacs à hauteur d'homme histoire de ménager nos lombaires meurtries. Les taupes ne pourront plus accéder à ce pactole car nous avons prévu une grille au fond. Juste un couple de merles avec qui on partage volontiers. Les corbeaux se régalent dans le bac de compost. Les escargots ? Ils n'ont pas le temps d'escalader le mur que nous les avons déjà décollés.
    C'est peut-être un des avantages de la crise sanitaire. On nous a tellement fait flipper que nous nous préparons à l'apocalypse.

  • Mais dites-nous Colette, vivez-vous en communauté pour entretenir un pareil potager ?
    Ou bien devez-vous bouffer des courgettes durant un mois tous les jours ?

  • Géo@

    Détrompez-vous, mon cher, depuis ma retraite, j’ai tenu à conserver encore un peu de mon pouvoir de nuisance, me suis converti au vaudou et j’ai justement une poupée à votre nom. Les soirs de pleine lune, j’y plante quelques aiguilles, mais rassurez-vous très superficiellement, presque de l’acupuncture… Au fait, comment se portent vos prothèses de hanche ?

    Rabbit@

    Lagomorphobe, moi ? Mais Lapin, ce ne sont que jokes, des plaisanteries de septuagénaire confiné, mes petits-enfants ont des mini-lapins de compagnie avec lesquels ils jouent (presque) comme avec des chats et que je caresse sans arrière-pensées culinaires…Pas comme doña Colette qui lorsqu’elle entend lapin songe immédiatement à sortir ses casseroles et l’apprêter au basilic, à la moutarde, aux pruneaux ou en terrine…
    En passant, bravo pour votre racinienne réponse allitérative, me serais cru dans Andromaque… Vrai qu’avec vos incisives à repousse continuelle, vous avez de la facilité avec les sifflantes…

  • Géo@

    Addendum :

    Égomanie, merci bien, cela vous va bien, vous que la moindre flatulence d’un journaliste de la TSR ramène immanquablement à digresser en la comparant avec celles beaucoup plus spectaculaires de vos potes éléphants, prétexte à nous esbaubir de votre expérience africaine…Géo of Africa.

    Et puis, permettez, égomane, ce n’est pas très sympa, cela se rattache en médecine à un trouble observé chez les malades bipolaires. Suis bien un peu maniaque comme tous les vieux cons de la plateforme, mais pas vraiment dépressif, je ris encore de moi.

    Bien le bonjour dans votre chablaisienne thébaïde.

  • @Pierre Jenni, oh vous cultivez vous aussi ! Des bacs à hauteur d'homme est l'idéal pour un potager pas trop grand ce qui, vous l'avez vu, n'est pas le cas ici.
    Nous cultivons 2000m2 et avons des poules et des lapins (oui, on y revient:-))
    Et non, je ne vis pas en communauté mais nous y travaillons en famille, 4 adultes qui habitent sur place et 2 autres qui viennent le week-end donner un coup demain.
    Alors, et pour reprendre vos courgettes par exemple, nous faisons des conserves tant en bocaux que surgelés, puis des plats cuisinés genre courgettes farcies ou ratatouilles que nous surgelons...le but est de nous alimenter tous les 6 pendant toute l'année avec nos produits. Ceci depuis 6 ans, ça marche bien, comme une petite entreprise.

    Bonne fin de journée.

  • Non, essayé pas pu. Mon passé au volant d'un taxi m'a bousillé le bas du dos. C'est ma soeur médecin généraliste, qui a une véritable passion pour cet exercice. Elle a construit trois bacs de huit mètres et elle approvisionne les cinq ménages de la famille.
    Félicitations pour votre entreprise modèle et merci pour ce billet qui devrait nous inspirer tous tant que nous sommes.

  • Bonjour, et merci de nous montrer votre jardin déjà bien généreux !

    Et Monsieur Rabbit qui s'intéresse à la tuyauterie ! Pour moi c'est sûr, il vient d'ailleurs.

  • C'est déjà bon pour les yeux, alors j'imagine ce que cela sera pour la bouche!
    :-)

    merci pour ce partage Colette, et bonne semaine.

  • Colette a compris que le champ du connaissable était trop vaste pour être confié à un seul esprit et que chacun doit s'appliquer à défricher son coin de terre. Raison pour laquelle nous sommes là aujourd'hui.

  • @Marianne, avec plaisir.
    @Hl, bonne semaine à vous aussi.
    @Rabbit, "Raison pour laquelle nous sommes là aujourd'hui.", ce dont je vous remercie !

    Je serais très intéressée par, si vous en avez sous la main, un article ou des infos sur l'usage de ces systèmes goutte à goutte pour faire reculer l'ensablement. Mais en vous cassez pas la tête non plus !
    Bonne après-midi.

  • J'ai vu une installation de goutte-à-goutte sur plusieurs hectares au Sénégal, pour irriguer une plantation de canne à sucre. Dans les provinces du nord-ouest de la Chine, ce système vient en soutien, là où il y a de l'eau, aux plantations de végétaux réalisées pour stabiliser les dunes de sable. Vu la surface des zones désertiques, comparée aux plans d'eau disponibles, la diffusion du système dans ce but précis est négligeable.

  • J’avais vu un reportage sur ces végétaux pour arrêter la progression des dunes mais je n’avais pas pensé à l’irrigation, merci beaucoup Rabbit

Les commentaires sont fermés.