Le sablier / El reloj de arena

Imprimer

 Si la littérature s'est emparée du sablier pour signifier le temps qui passe et nous mène inexorablement vers la mort, cet objet, tombé en désuétude, avait jadis de multiples usages, vous le savez; navigation, cuisine, église (messe)...

 
Si la literatura ha convertido el reloj de arena en signo del tiempo que pasa y nos lleva irremediablemente a la muerte, ese objeto, hoy en desusso, tenía antaño múltiples usos; navegación, cocina, iglesia (misa)...
 
 
El reloj de arena (Le sablier) José Cirilo Henao, artista Colombiano
 

 

 
Le sablier
joue
à se remplir de lumière
à se vider d'ombre.
Nous le retournons
jouons à ne pas nous perdre
à ne pas nous vider de lumière
à ne pas nous remplir d'ombre.
 
(Trad: Colette)
 
 
Jorge H Cadavid (poète et essayiste Colombien (1962-   ))
 
 
El reloj de arena
juega
a llenarse de luz
a vaciarse de sombra.
Nosotros le damos vuelta
jugamos a no perdernos
no vaciarnos de luz
no llenarnos de sombra.

NB: Ce billet est plus ou moins une reprise d'il y a des années...

Commentaires

  • Poème miniature, tanagra de quelques vers, pour une fois bien traduits (*), avec cette métaphore de la lumière et de l’ombre, du plein et du vide reprise en inversion. Bon, on ne va pas convoquer le ban et l’arrière-ban de l’art poétique pour un commentaire composé de bachot, mais reconnaissons que c’est bien trouvé même si cela a dû lui prendre moins de temps à écrire que « La Légende des Siècles » en a demandé au Père Hugo.

    Sur le sablier et le temps qui passe, la fugacité et l’insignifiance de notre vie et cætera et cætera, foultitude de textes il y a, Lamartine et son Lac en tête de gondole. Vous en avez cité quelques domaines d’utilisation pratique et allégorique. On pourrait rajouter que c’est un symbole important aussi chez les sœurs et frères trois points, au même titre que l’équerre et le compas. Peut-être l’une d’entre elles ou l’un d’entre eux pourrait nous en dire davantage, ma culture en ce domaine se limitant à la compréhension des codes de « La Flûte enchantée », ce qui ne nous mène pas loin., mais qui pour moi suffit à mon bonheur. Primo la musica….ou plutôt primero la música...

    Buena semana.

    (*) Meuh non, mauvaise plaisanterie, évidemment, comment oserais-je critiquer vos traductions toujours admirables ?

  • "Peut-être l’une d’entre elles ou l’un d’entre eux " Il existerait donc des franches maçonnes ?
    La Franc-maçonnerie est plutôt progressiste et révolutionnaire (bourgeoise, la révolution...) mais à ce point-là ? Je l'ignorais...

  • @ Gislebert, les sabliers ont ceci de fascinant je trouve: le temps y semble toujours pareil, on les retourne et on a le même sable, le même temps de passage de l'ombre à la lumière. Un temps comme arrêté mais en mouvement.
    Merci pour votre appréciation sur les traductions, je pensais bien que ce poème vous plairait...un peu, beaucoup, bon, pas à la folie ;-))

    Bon dimanche.

  • @ Géo, en fait oui, il y a des loges mixtes et d'autres féminines. Depuis longtemps.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Femmes_en_franc-ma%C3%A7onnerie

    Bonne journée Géo.

  • @Géo

    Ne pas confondre les franc-maçonnes avec les Franches-Montagnes... De tour manière, vous le savez bien, c'est au pied du mur qu'on reconnaît le maçon...

  • La remarque de Gislebert me fait penser à ce qui s'est passé lors de l'émission "Les Beaux Parleurs" il y a une semaine. Cette émission a une rubrique "Perle de la semaine" : les auditeurs envoient leurs prises et les chroniqueurs présents désignent la meilleure. J'étais dans les gagnants il y a deux semaines avec le magnifique "coûte que coûte mais pas à n'importe quel prix" de Cesla Amarelle (qui mériterait largement un Champignac d'Or), mais une certaine Annick a mis 45 secondes pour l'envoyer au site de l'émission et a raflé la mise...
    Il y a une semaine donc, le trio de chroniqueurs a choisi l'affirmation d'un prof d'uni parisien sur les "faits divers" : " on ne parle plus des accidents de voiture à moins qu'il ne s'agisse d'un conducteur sans permis flashé à 200 km et qui avait 20g de sang dans l'alcool" "et qui avait 11 ans", rajoute l'animateur...
    Vu la finesse et le sens de l'humour de la majorité des Romands, (pour lesquels les deux Vincent sont des humoristes...), je ne m'étonne pas que certains aient vu une bourde dans "20g de sang dans l'alcool". Mais que cela ait été désigné comme "perle de la semaine" par Micheline Calmy-Rey, Michel Audétat et Slobodan Despot m'a plutôt surpris. D'autant qu'ils sont tout de même nettement plus jeunes que Gislebert...

  • MCR plus jeune que moi ? Z'avez tout faux humoriste Géo, elle est mon aînée... et puis, je vous l'ai déjà dit, vous êtes beaucoup trop accro à la radio romande, cela ne vous vaut rien.

  • @ Géo, comme vous pouvez l'imaginer, je n'ai aucune idée de ce dont vous parlez, mais ce que je sais, que tout le monde sait, c'est qu'inexorablement le temps file pour tous.
    On pourrait peut-être se cotiser et vous envoyer un mug, si cela peut vous consoler...

    L'autre message du poème est que nous .devons être vigilants sur la quantité de lumière et d'ombre en nous, et ne pas nous laisser envahir de trop d'ombres...

  • "je n'ai aucune idée de ce dont vous parlez," Ne vous faites aucun souci. vos lecteurs, eux, comprendront très bien...

  • "beaucoup trop accro à la radio romande" Oui, mais moi je vis ici. J'ai donc intérêt à savoir de quoi il retourne dans mon environnement. En Afrique de l'Ouest, j'écoutais RFI sur 9790, 11200, 15300 ou 17620. C'était il y a 25 ans, je me souviens encore des longueurs d'onde et ce n'est pas un hasard. Nous vivons dans cet environnement culturel et si vous ne vous préoccupez pas, c'est que vous êtes déjà mort...

  • Mort moi ? Culturellement ? Carrément ? J’aurais pensé dépassé, perclus, médusé, mais voilà que je me retrouve raide, glacé, pétrifié, minéralisé, fossilisé comme une ammonite, que des adjectifs qui doivent parler au géologue que vous êtes. Bientôt statufié peut-être ? Je compte sur vous pour organiser la collecte des fonds en vue de son érection (de la statue) lors de mon prochain trépas.

    Bien à vous et bonnes balades.

  • Colette: "...mais ce que je sais, ......On pourrait peut-être se cotiser et vous envoyer un mug, si cela peut vous consoler...

    MDR MDR Excellent!

  • "Je compte sur vous pour organiser la collecte des fonds en vue de son érection (de la statue) lors de mon prochain trépas."

    Là c'est l'apothéose! MDR MDRRRR du pur et unique Gislebert ! :)))))))

  • Petite, j'utilisais le sablier pour les oeufs à la coque :)

  • Comme les derniers commentaires n'ont aucune relation avec ni avec le poème ni avec la sculpture, et que je n'aime pas censurer, je vais les fermer.

Les commentaires sont fermés.