• Le rire de l'ail / La risa del ajo

    Imprimer

    Nous terminons pour le moment ce petit tour de la poésie cubiste, avec Picasso.

    Alors là inutile d'y chercher midi à 14 heures à mon avis ;  ce sont des écrits pleins de fantaisie où se côtoient réel et imaginaire, concret et abstrait. Images, couleurs et sourires.

    J’ai traduit 2 poèmes, un “en prose” et puis un autre.

     

                                              Pablo Picasso 1939 Femme avec oiseau

     

    Pablo Picasso Mai / mayo de 1936

    ah si l’oiseau tisse des guirlandes avec les heures endormies dans le ventre de l’araignée de bronze pouvait se faire une friture d’étoiles dans le fond de l’air de la mer des numéros la colère déchaînée des chevreaux vêtus de plumes et chanter sur le fil du télégraphe rose de l’œil de l’œuf bleu de l’écharpe nouée au clou ardent planté exactement au milieu du front entre les cornes de la tête du toro quel silence

    (Trad: Colette)

    ah si el pájaro teje guirnaldas con las horas dormidas en el vientre de la araña de bronce pudiera hacerse una fritura de estrellas en el fondo del aire del mar de los números la cólera desatada de los chivos vestidos con plumas y cantar sobre el tendido del telégrafo rosa del ojo del huevo azul de la bufanda anudada al clavo ardiente plantado exactamente en medio de la frente entre los cuernos de la testa del toro qué silencio

     

                                               Picasso 1936 Nature morte / Bodegón

     

    Pablo Picasso Juin / junio de 1936

     

    il rit l’ail de sa couleur d’étoile feuille sèche

    il rit de son air moqueur de la rose le poignard que sa couleur lui inflige

    l’ail de l’étoile qui est feuille sèche

    rit de son air malin du bouquet de roses l’odeur d’étoile tombante

    qui est feuille morte

    l’ail de l’aile

    (Trad: Colette)

     

    se ríe el ajo de su color de estrella hoja seca

    se ríe con su aire burlón de la rosa el puñal que su color le clava

    el ajo de la estrella que es hoja seca

    se ríe con su aire astuto del piñal de rosas el olor de la estrella caediza

    que es hoja seca

    el ajo del ala

     

    Un autre billet sur le cubisme chez Jacques Davier : https://jacquesdavier.blog.tdg.ch/archive/2020/09/29/apollinaire-poete-cubiste-309441.html?c