À pas de sauterelle / A pasos de saltamonte

Imprimer

 

J’ai trouvé ce court poème de Rafael Alberti. Il m’a semblé parfait pour alléger l’ambiance...
Encontré este poema corto de Rafael Alberti. Me pareció perfecto para aligerar el ambiente...
 
 
Seule
 
 
 
Rafael Alberti (Marins à terre)
 
Celle qui fut hier mon aimée
marche seule parmi les lavandes.
 
Derrière elle, un papillon
et une sauterelle guerrière.
 
 
Trois sentiers:
Mon aimée, au milieu.
Le papillon, sur la gauche.
Et la sauterelle guerrière,
sautillante, sur la droite.
 
(Trad: Colette)
 

 

 
 
Sola
 
Rafael Alberti
Marinero en tierra
 
 
La que ayer fue mi querida
va sola entre los cantuesos.

Tras ella, una mariposa
y un saltamonte guerrero.

Tres veredas:
Mi querida, la del centro.
La mariposa, la izquierda.
Y el saltamonte guerrero,
saltando, por la derecha.
 

Commentaires

  • Jolie comptine, qui fait un brin (de lavande) penser à certaines, très brèves et tendres aussi, des « Histoires naturelles » de Jules Renard.

    Amusant et très tendance le glissement des genres de l’espagnol au français. La délicate mariposa devient un papillon, la sauterelle en armes, elle, un martial saltamonte guerrero…

    Au deuxième degré, peut-être pense-t-il, le poète, à son ex qui l'a quitté, papillonnant et sautant volage d’un soupirant à l’autre… Comme le chantait Trenet, il suffit pour ça d’un peu d’imagination.
    Tenez, l’occasion de le réécouter
    :
    https://www.youtube.com/watch?v=Z7H57p1HNbY

    Vos canards parlent-ils castillan ou majorquin ?

    Buena semana.

  • Voilà un petit texte à proposer en cours de langue étrangère à des débutants-moyens !

    Une image à décrire ?
    Une dictée dessinée ?
    Une traduction ?
    Une version avec d'autres animaux dont on a appris les noms ?

    C'est léger et en même temps, on devine un chagrin à l'arrière-fond.

    Merci pour cet intermède !

  • @Gislebert, "el" ou "la", c'est amusant, oui. On dit un criquet mais une sauterelle. Par contre libellule est féminin dans les deux langues, vole, vole la fine et belle.

    J'aime beaucoup cette chanson de Trenet, par contre il y a vraiment peu de canards ici, peux pas vous dire....

    Pour nous pas question de papillonner, réclusion totale, même pas de balades....on fuit les balances, héhé.

    Bonne semaine cher ami,

  • @ Calendula, quelles bonnes idées!
    On pourrait essayer avec d'autres animaux, oui, ce serait amusant-intéressant.

    Il est dur de trouver des poètes espagnols légers, Alberti fait exception, je me plais bien dans son monde.

    Merci de participer à ce souffle, cette respiration au milieu de tant de paroles, de chiffres..

    À bientôt j'espère.

  • Le printemps à Wuling

    Le vent a cessé ; jusqu'à la poussière l'air embaume ; les arbres ont déjà perdu toutes leurs fleurs.
    Le soleil décline à l'horizon ; je suis trop lasse pour lisser ma chevelure.
    Les choses sont là, immuables ; l'homme ne fait que passer ; ses entreprises ne sont qu'éphémère illusion.
    A peine prononcées, mes paroles sont noyées de larmes.
    On me dit que sur la Shuang un charmant printemps s'éternise.
    Aussi, je songe à y mener ma pauvre petite sauterelle (*).
    Mais je crains que ce frêle esquif
    Ne puisse embarquer un si lourd chagrin.

    Li Qingzhao (1081-après 1141), poétesse de l'époque des Song

    (*) 蚱蜢 = sauterelle (insecte) ou sorte de petit bateau

  • @ Merci Rabbit, le poème est aussi triste que beau.
    Bonne semaine.,

  • Calendula, elle ne peut pas s’empêcher de donner des devoirs à domicile et Colette applaudit des deux mains,,, Ah, ces enseignantes, plus fort qu’elles,.. Comme l’écrivait Grousset dans le Canard : : « Chassez le naturiste, il revient au bungalow ! »

  • @ Gislebert, je vous ferais remarquer que, les écoles étant fermées, nous participons à notre façon à développer la créativité de jeunes livrés à de nombreuses heures souvent creuses....

  • « Chassez le naturiste, il revient au bungalow ! »

    MDR MDRRR J'adoooorrrre! C'est du Gislebert LOL

    Rabbit! Debleu ! mais un peu d'humour! de gaité là! Mais quel âge avez-vous?

  • Très joli dessin (tableau) ? Des couleurs reposantes et d'une grande finesse!
    J'y suis très sensible!

  • Le coeur le plus sensible à la beauté des fleurs est toujours le premier blessé par les épines.

  • @Patoucha, merci , c'est l'illustration d'un conte pour enfants: La sauterelle s'en va en voyage.
    https://www.liberespacio.com/tienda/libros/infantil/saltamontes-va-de-viaje/

  • « Chassez le naturiste, il revient au bungalow ! »
    MDR MDRRR J'adoooorrrre! C'est du Gislebert LOL
    Ben non, et G le dit, c'est du Grousset. Cessez de jouer aux groupies, Patoucha.

  • Pour info Jean-Paul Grousset était journaliste au Canard Enchaîné (à la retraite je crois), spécialiste de cinéma et des calembours...celui cité par Gislebert est très drôle!
    Pour revenir au sujet du jour, et parler "animalier" j'aime beaucoup celui-ci aussi:
    Ne lâchons pas lamproie pour l'omble…

    Pas d'autres poèmes sur les sauterelles? Restons dans le sujet por favor.

  • Des comptines et des poèmes sur les sauterelles ? Celui de Jules Renard dont je vous ai causé, comme on dit chez moi, pour commencer :

    https://short-edition.com/fr/classique/jules-renard/la-sauterelle

    Et puis celui de Desnos,

    Saute, saute, sauterelle,
    car c'est aujourd'hui jeudi.
    Je sauterai, nous dit-elle,
    du lundi au samedi.
    Saute, saute, sauterelle,
    à travers tout le quartier.
    Sautez donc, Mademoiselle,
    puisque c'est votre métier

    Celle d’Apollinaire aussi :

    Voici la fine sauterelle,
    La nourriture de saint Jean.
    Puissent mes vers être comme elle,
    Le régal des meilleures gens.
    Sans compter les auteurs moins connus qui hantent le réseau…
    Les poètes se sont toujours intéressés aux grandes sauteuses.

    @Patoucha

    Géo a raison, cessez d’être ma groupie, c’est un exclusif très jaloux vous savez, il me poursuit d’un zèle acharné à chacun de mes commentaires. J’aimerais autant qu’il me lâche les baskets ou alors qu’il déclare sa flamme publiquement et fasse sa demande à mon papa dans les formes.

  • @ Gislebert, Jules Renard : c'est un récit vif, plein d'imagination, magnifique! Grandes sauteuses, eh oui! Merci pour tout.
    J'ignorais que la sauterelle avait autant de succès. Je n'en trouve pas beaucoup dans la poésie en espagnol.
    Muy bien. Notez qu'il y en a qui les mangent, paraît que c'est plein de protéines. C'est moins romantique et poétique mais certainement très utile dans certains pays.

    Sur ce bon appétit, c'est bientôt l’heure du souper.

Les commentaires sont fermés.