La vie en vert

Imprimer


Voici une non-recette car vous n’y trouverez pas de proportions. Il est peu probable aussi que vous ayez autour de vous les ingrédients qui poussent, sauvages, sur notre terrain.
Mais peut-être cela vous inspirera-t-il?
 
Ma famille les appellent “Croquettes de sorcière” car à cette époque de l’année je pars avec un panier et récolte des plantes sauvages.
La vie en vert…
 
Poireaux

 
Bettes ou blettes
 
Voici déjà de tendres bettes, de petits poireaux...et puis ces feuilles que je crois être de la chicorée (à gauche sur la photo ci-dessous). Je sais qu’elles sont comestibles car j’en mets depuis des années et nous sommes vivants:-)
 
                                                            
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bien laver toutes les plantes, puis dans une grande poêle (ou casserole), huile et une tête entière de gousses d’ail émincées et des petits piments piquants. À feu lent, poco a poco, on ajoute les poireaux coupés en filles rondelles et finalement les bettes. Saler et laisser cuire un bon moment, les plantes sauvages sont coriaces.
 
        
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Quand l’eau des légumes a disparu, ajouter un peu de farine (celle que vous voulez), la faire cuire quelques minutes en remuant, puis un peu de lait. Il ne s’agit pas faire une béchamel (si souvent on nous sert des croquettes où on distingue à peine le jambon, crevettes ou épinards) mais de lier légèrement les éléments entre eux.
Finalement j’ajoute du fromage râpé.
 

 
Voilà, c’est prêt. On laisse le tout à refroidir, couvert, dans la glacière une nuit.
 
Le lendemain, ça vous le savez, vous formez des croquettes, les passez dans de l’œuf battu et de la chapelure. Les frire, of course.
Bon appétit.

Commentaires

  • Hola Colette,

    Un petit air de printemps, le bonheur est dans le pré hoy, sur la table ensuite. De sorcière ou pas, avec les mini-poireaux et pousses tendres, vos beignets de légumes titillent les papilles, entre parenthèses un excellent moyen de les faire avaler aux petits enfants qui n’en raffolent guère, et nous voilà tous à cultiver le jardin plus ou moins secret de nos amours potagères. Le chouette programme.

    En furetant-fuguant sur la toile, j’ai dégoté pour votre marché un ouvrage épatant d’une de vos compatriotes, de l’Université de Louvain s’il vous plaît, qui analyse toute une série d’expressions légumières, un vrai florilège, la plupart avec une connotation érotique, argotique ou sexuelle, bien sûr – autrement cela ne serait pas intéressant, vous connaissez mon côté facétieux -, le tout distillé avec un sérieux académique assaisonné d’une dose d’humour en loucedé, dont les Belges ont le secret, ce n’est pas Senõr John qui va me contredire… Depuis les Commentaires du Grand Jules, chacun sait que ce sont bien les meilleurs, pour sûr …

    Toutes les expressions ne sont pas accessibles, le bouquin est payant claro, mais vous ferez sûrement votre miel de quelques unes, il n’est jamais trop tard pour apprendre, celle qui met en scène « le flageolet à la portière » par exemple. Nos ancêtres, gens proche de la terre, avaient le goût des comparaisons légumières tapées au coin du bon sens et étaient moins coincés que nos bonobos des villes…

    https://books.google.ch/books?id=5WvgEJ3gmG4C&pg=PA144&lpg=PA144&dq=amours+potag%C3%A8res&source=bl&ots=sjLHYW4ye6&sig=ACfU3U2rkmqVX14IhyB_f_rJtqAtQ7ppCQ&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjPtMnD5YfnAhVH4qQKHXzMCHw4ChDoATACegQIBxAB#v=onepage&q=amours%20potag%C3%A8res&f=false

    Enfin pour ne pas détonner, mais en restant parfaitement convenable – c’est une femme qui l’a écrite – cette gentille ballade légumière, qui célèbre l’amour procréatif. L’en faut pour tous les goûts n’est-ce pas…

    Potager lubrique
    par Evemarie

    La doucette a sucé Le poireau de quarante ans,
    Les haricots mangetout
    Ont bouffé le cul rose des radis
    La grosse blonde maraîchère
    Se tape le nain.
    Le potiron chevauche la ciboulette échevelée.
    Ça orgasme à tout va...
    Neuf mois après ... Chut... Un garçon si, si, sort d'un chou cabus
    Une fille dort dans un cœur de rose.

    Pas mignon tout cela ?

    Buena semana.

  • @ Gislebert, Des expressions délicieuses comme "monter une pomme de terre"! Je vais surveiller de près mon potager, les coquins!
    Merci pour les sourires et les infos. Pour la poésie aussi qui peut parler de tout, je me souviens d'odes à la tomate ou à la pomme de terre de Neruda.

    J'aime les expressions liées à la terre, proches de la nature, avec tout ce qu'elles ont de facétieux...:-))

    Bonne fin de dimanche, à bientôt

Les commentaires sont fermés.