Communiquer / Comunicar

Imprimer
Photo Colette, Nord de Mallorca
 

 

 
Le mur
il ne sait rien de la mer

La mer
elle ne sait rien du mur

Entre eux
le va-et-vient du vent
 
La pared
no sabe nada del mar

El mar
no sabe nada de la pared

Entre ellos
el vaivén del viento

(Trad, Colette) 
 
extrait de Komboloï, Werner Lambersy
 
(Billet en partie repris d'un précédent, il y a des lunes..)

Commentaires

  • C'est comme un koan.
    La photo est magnifique, fascinante.
    C'est tout-à-fait "espaces, instants"

    Bon dimanche Colette. Ici frais mais soleil et les oiseaux se croient au printemps,

  • Hola Colette,

    Vous faites dans l’extrême sobriété, la litote disséquée rose à l’os, énigmatique et paradoxale. L’année commence en mode diesel, pépère...Haïku culcul ou Koan concon, c’est affaire de goût comme on chante dans « Die Fledermaus ». Profonde philosophie qui émerge de l’improbable rencontre du mur et de la mer, leur faudrait un tsunami comme passeur. D’ailleurs qu’auraient-ils à se dire ce mur statique et votre mer toujours mouvante et renouvelée ? La carpe et le lapin, la lune et le soleil qu’elle fait poireauter auraient davantage à se raconter..

    https://www.youtube.com/watch?v=RShIJvrjD80

    Après cela, comment voulez-vous rester sérieux ?

    Hasta pronto, Amiga.

  • @ Homme Libre, merci beaucoup! ici les mimosas et amandiers commencent à fleurir, un peu plus tôt que d'ordinaire, et oui, les oiseaux chantent, en choeur avec nos coqs;-)
    Passez une bonne semaine!

    @Gislebert, j'ai découvert il y a peu ce poète belge, né dans ma ville natale, Anvers. Sa poésie est sobre (ici réduite au minimum), avec une composante philosophique. J'ai bien aimé ce que j'ai lu de lui.
    Sur l'auteur, Lamberski: https://www.etonnants-voyageurs.com/spip.php?article9165

    Magnifique Charles Trenet, la bonne humeur assurée!
    Joyeuse semaine, y gracias!

Les commentaires sont fermés.