Une lettre cachetée / Una carta sellada

Imprimer

D'abord il y a une enveloppe...
Primero hay un sobre....

 
 


...suivie d'un timbre,
...seguido de un sello,
                                                                   

 
 

À l'intérieur ce court poème pour vous souhaiter une bonne fin d'Année.
Y dentro este corto poema para desearos un buen fin de Año.

 

 

 
 NOCTURNE (extrait)
JR Jimenéz

«Que t’importe toute chose,

si nous pouvons brûler
chaque peine oh passion ! en chaque étoile,
si nous pouvons faire
de l’immense ciel noir
notre immense joie toute illuminée ? 
 
(Trad. Trouvée sans nom du traducteur sur le site http://emmila.canalblog.com)

Nocturno (Extracto)
JR Jimenéz
 
¡Qué te importa de todo,
si podemos quemar
cada pena ¡o, pasión! en cada estrella,
si podemos hacer
del negro cielo inmenso
nuestra inmensa alegría iluminada?
 
 

Commentaires

  • Hola Colette,

    ¿un sobre sellado y con una estampilla?

    « (…) Prendre à 75 ans du papier, de l'encre, une plume, une enveloppe et un timbre pour envoyer quelques mots à quelqu'un dont on est sûr - je trouve cela extrêmement beau. »
    Les femmes et l'amour - Guitry

    Le vieux Sacha avait raison (comme son père…), recevoir une enveloppe timbrée, cela devient aussi rare que de trouver des fidèles au culte dominical… Es usted afortunada, Señora. Avec un poème en plus, là c’est vraiment Noël. Les Correos font bien les choses.

    La toile, avec ses mails, les messages et tout le tremblement avarié et d’hiver des réseaux asociaux ont bousillé la correspondance traditionnelle, ouste expédiée dans la même charrette que l’orthographe, la syntaxe et les vieilles lunes de grand-papa….
    Oh, on ne va trop pleurnicher, jouer les mijaurées, nous en usons d’importance avec les blogs et les commentaires échangés (quand échanges il y a….). N’empêche, c’est toujours attendrissant de retrouver dans une boîte à biscuits, au fond d’un tiroir, un lot de lettres conservées de nos grands-parents, nouées avec un ruban ou ficelées à la diable, le papier jauni et la belle calligraphie des pleins et des déliés… Nous serions bien en peine d’en faire autant et nous n’allons rien laisser. Tant pis pour les historiens du quotidien.

    La philatélie dans ce grand chambardement va-t-elle devenir un art en perdition, un TOC pour vieux maniaques… Peut-être, déjà nos postes ont remplacé les belles vignettes par des carrés QR, vous savez les codes-barres que l’on trouve sur les marchandises. Pfff… Marcelo ému à la pensée de retrouver Albertine pourrait-il encore écrire (les tabatières, on n’en parle même pas !) :

    « Certes, il est plus raisonnable de sacrifier sa vie aux femmes qu'aux timbres-poste, aux vieilles tabatières, même aux tableaux et aux statues. Seulement, l'exemple des autres collections devrait nous avertir de changer, de n'avoir pas une seule femme, mais beaucoup (...) »

    Le Côté de Guermantes, tome II
    (Page 68 de mon vieux LP déglingué de 1968, reprise de l’édition Gallimard 1954)

    Mis mejores deseos para el nuevo año para usted y a su familia. Y para todos los visitantes de su blog.

  • @Gislebert, c'est avec plaisir que je vous envoie cette lettre à l'ancienne.

    Vous avez raison, recevoir une belle lettre, une jolie écriture, quelqu'un qui s'est donné de la peine en pensant à vous, est allé à la poste...c'est un vrai plaisir. J'ai moi aussi, datant d'avant Internet, c'est pas si longtemps finalement, une boîte avec des lettres que j'ai gardées.

    À la mort de ma mère nous avons trouvé (mon père était décédé bien avant) les lettres que mes parents s'étaient échangés fiancés. Je dois vous dire qu'après en avoir lu un paragraphe, mes sœurs et moi avons décidé de les brûler, trop intime...C'était le chapitre souvenirs.

    Je vous souhaite de belles fêtes en famille et/ou ailleurs:-)
    Amicalement,

Les commentaires sont fermés.