• Cees Nooteboom poète / poeta

    Imprimer
    Cees Nooteboom est à mes yeux une sorte d'homme universel. Ce Hollandais écrivain, voyageur, essayiste, hispaniste est aussi, je viens de le découvrir, poète.
    Comme vont les choses... très intéressée par un billet d'une amie sur une étude faite par cet écrivain de tableaux de Jérôme Bosch, je l'ai commandé et suis absolument passionnée (je vous en parlerai quand je l'aurai terminé).
    Dans les premières pages, C. Nooteboom cite quelques vers de lui-même. Tiens, tiens...! Je trouve des poèmes de lui, traduits en espagnol, avec l'original en néerlandais. Qui peut m'aider à réaliser une bonne traduction en français (sa poésie est peu traduite dans cette langue, c'est curieux)? Une amie belge, Adrienne s'y est gentiment collée, dank u well!
     
     
     
     
    Cees Nootebomm es a mis ojos una especie de hombre universal. Ese holandés escritor, viajero, ensayista, hispanista es también, lo acabo de descubrir, poeta.
    Como van las cosas...muy interesada por una entrada en el blog de una amiga lectora acerca de un estudio realizado por C. Nooteboom sobre cuadros de El Bosco, lo encargué y me apasiona.(Os hablaré de él en cuanto lo haya terminado).
    En las primeras páginas cita unos versos suyos...así lo descubrí. Encontré unos poemas traducidos al español con la versión original en holandés. ¿Quién me puede ayudar para su traducción al francés? Otra amiga-blog, Adrienne, me echó una mano. Dank u well!
     

    ASS

     

    Poëzie kan nooit over mij gaan, 
    noch ik over poëzie. 
    Ik ben alleen, het gedicht is alleen, 
    en de rest is van wormen. 
    Ik stond aan de straten waar de woorden wonen, 
    boeken, brieven, berichten, 
    en wachtte.
    Ik heb altijd gewacht.

    De woorden, in lichte of duistere vormen, 
    veranderden mij in een duister of lichter iemand. 
    Gedichten passeerden mij 
    en herkenden zichzelf als een ding. 
    Ik kon het zien en me zien.

     

    Nooit komt er een einde aan deze verslaving. 
    Eskaders gedichten zijn op zoek naar hun dichters. 
    Ze dwalen zonder commando door het grote 
    district van de woorden 
    en verwachten het aas van hun volmaakte, 
    gesloten, gedichte, gemaakte 
    en onaantastbare

    vorm.

     

     
     
     
     
    Asticot
     

    Le poème ne peut jamais parler de moi
    Ni
    moi de la poésie.
    Je suis seul, le poème est seul,
    et le reste est aux asticots.
    Je me trouvais dans les rues où habitent les mots,
    les livres, les lettres, les annonces,
    et j'attendais.
    J'ai toujours attendu.

    Les mots, de forme légère ou sombre,
    me changeaient en quelqu'un de plus sombre ou de plus léger.
    Les poèmes passaient devant moi
    et se reconnaissaient comme une chose.
    Je pouvais le voir et me voir.

    Jamais cette servitude ne prend fin.
    Des escadrons de poèmes sont à la recherche de leurs poètes.
    Ils errent sans commandement par le grand
    territoire des mots
    et attendent la charogne de leur forme
    parfaite, rimée, fabriquée
    et intouchable.

    Trad: Adrienne-Colette

    Cebo

    La poesía nunca puede hablar de mí,
    ni yo de la poesía.
    Yo estoy solo, el poema está solo,
    y el resto es de los gusanos.
    Me detuve en las calles donde viven las palabras,
    libros, cartas, informes,
    y esperé.


    Siempre supe esperar.
    Las palabras, con sus formas claras u oscuras,
    me volvieron más oscuro o más claro.
    Los poemas me alcanzaron
    y se reconocieron como objetos.
    Yo pude verlo y verme.


    No tiene fin esta adicción.
    Escuadrones de poemas están buscando sus poetas.
    Vagan sin mando por el amplio
    territorio de las palabras
    y aguardan el cebo de su perfecta,
    hermética, condensada, acabada
    e irreductible
    forma.


    Traducción de Fernando García de la Banda

     

     

  • Sautes d'humeur / Cambios de humor

    Imprimer

     

    La chaleur, la forte chaleur rend souvent les gens irritables, je le constate tous les étés. Et v'lan on klaxonne, on claque une porte, on invective...
     

    aristore,beethoven,billet,chaleur,cioran,colèreMerci Grindesel!

    Fascination et peur : deux sentiments que j’éprouve en présence de la colère d’autrui. La transformation physique subite d’une personne est souvent impressionnante. « Rouge de colère » Mais aussi, dans certains cas, les sourcils, cheveux se dressent, la bouche se distord, les bras volent en tous sens….une vraie sainte colère non contenue.
    C’est effrayant et drôle à la fois.
     
     
    El calor, el calor fuerte a menudo vuelve irritable a la gente, lo constato cada verano. Y pito, golpeo la puerta, injurio...
     
    Fascinación y miedo: dos sentimientos que siento frente a la cólera ajena. La transformación física y súbita de una persona es, muchas veces, sobrecogedora. “Rojo de cólera”. Pero también, en algunos casos, las cejas, los pelos se levantan, la boca se distorsiona, los brazos vuelan en todas direcciones….una verdadera santa cólera no contenida.
    Asusta y da risa a la vez.
     
    La colère Charles Le Brun 1670
     
    La colère peut aussi être canalisée. Je pense à Beethoven qui, selon Cioran, « a vicié la musique : il y a introduit les sautes d’humeur, il y a laissé entrer la colère ». Réécouter certaines de ses symphonies avec cette idée en tête donne, je trouve, un sens nouveau à certains mouvements forts. Et à voir ses portraits je l’imagine si bien en colère!
     
     
    La cólera puede también ser canalizada. Pienso en Beethoven que, según Cioran, “ha viciado la música: ha introducido saltos de humor, ha dejado entrar la cólera”. Volver a escuchar algunas sinfonías con esto en la mente da, encuentro yo, un sentido nuevo a ciertos movimientos fuertes. Y, al ver sus retratos, me lo imagino muy bien así, iracundo.
     
     
     
    Tout comme la révolte la colère est bonne en soi… mais parfois malvenue. J’ai trouvé un court texte d’Aristote qui en parle :
     
    "Tout le monde peut se mettre en colère
    c'est facile,
    mais de se mettre en colère
    avec la bonne personne
    au bon degré
    au bon moment
    pour la bonne cause
    de la bonne manière
    ça, ce n'est pas facile"
     
    Aristote (384-322)
    (reprise d'une partie d'un texte publié il y a des lunes, sur un autre blog)
     
    Al igual que la rebelión, la cólera es buena en si…aunque a veces inoportuna. He encontrado un texto corto de Aristóteles que habla de ello:
     
    Todo el mundo puede montar en cólera
    es fácil,
    pero montar en cólera
    con la persona que toca
    en el momento que toca
    por el buen motivo
    de la manera que toca
    eso, no es fácil.”
    Lien permanent Catégories : billet, culture 10 commentaires
  • Manger le marron / Comerse el marrón

    Imprimer

    Voici le quatrième billet fait d'expressions espagnoles traduites littéralement en français...sur le même ton que les précédents que vous pouvez lire iciici et ici.
     
    Ce fut une sale affaire.
    Toujours à l'affût d'un bon, ou d'un mauvais coup, les deux amis emmenaient souvent le chat à l'eau (llevar el gato al agua).
    Mais cette fois Juan en était sorti grenouille (salir rana), Manolo était le plus habile des deux, et c'était encore lui, Juan, qui avait payé le canard (pagar el pato).
    La señora Catalina était pourtant gentille et plus d'une fois elle avait rapproché son épaule pour les sortir du pétrin (arrimar el hombro). Mais ce jour-là ils étaient à deux bougies (estar a dos velas) et avaient décidé de lui chiper son vélomoteur pour le revendre.
    Ponerse las botas
     
    -Toc, toc, hola señora, on peut entrer?
    - Hola les jeunes, je viens de préparer un bon gâteau aux amandes, vous en voulez? Les deux comparses qui étaient des vive la Vierge (Ser un viva la Virgen) sans vergogne, acceptèrent. Délicieux le gâteau, ils se mirent les bottes (ponerse las botas).
    En quittant la señora, qu'ils remercièrent, ils filèrent vers son garage, mirent en marche le vélomoteur ...mais à ce moment elle apparut, furieuse.
    Ni une ni deux, Manolo sauta sur la selle et disparut.
    Et ce fut Juan qui mangea le marron (comerse el marrón).
     
     
    Vous avez deviné le sens de ces expressions imagées? Je vous aide un peu?
     
    Llevar el gato al agua: l'emporter, être vainqueur
    Salir rana: échouer, rater
    Pagar el pato: payer les pots cassés
    Arrimar le hombre: donner un coup de main
    Estar a dos velas: être fauché (ici)
    Ser un viva la Virgen: être un bon vivant...! et/ou insouciant
    Ponerse las botas: s'en mettre plein la panse, ou les poches!
    Comerse el marrón: trinquer, écoper.
  • Une main amicale / Una mano amiga

    Imprimer

    Du seuil d’un rêve on m'appela…
    C’était la bonne voix, la voix aimée.
    — Dis-moi: viendras-tu avec moi visiter l’âme?…

    À mon cœur parvint une caresse.
    Avec toi, toujours… Et dans mon rêve j’avançai
    par une galerie longue et nue,
    sentant m’effleurer la robe pure,
    doucement palpiter la main amicale.
    (Trad: Colette)
    Antonio Machado

    Desde el umbral de un sueño me llamaron...
    Era la buena voz, la voz querida.
    -Dime: ¿vendrás conmigo a ver el alma?...
    Llego a mi corazón una caricia.
    -Contigo siempre...Y avancé en mi sueño
    por una larga, escueta galería
    sintiendo el roce de la veste pura
    y el palpitar suave de la mano amiga.
     
    Antonio Machado
     
     
     
     
    Luís Enrique Gómez (Cuba)

     

     
  • Footballeurs / Fubolistas

    Imprimer

    Stade Vatican

    Les joueurs de football
    retournent dans leurs loges
    pas à pas, la tête basse,
    frémissants et sanglotants
    à travers les vieilles ruines d'Occident vénérées
    et la racaille de poètes si sûrs d'eux-mêmes,
    de leveurs de poids, diplômés des gymnases,
    des rois de l'amour, de l'argent et de la santé,
    qui méchamment se moquent
    du footballeur sensible,
    législateur de la planète.

    Carlos Germán Belli de la Torre (Lima, Perou, 15 septembre 1927)
    (Trad:Colette)

    Nicolas de Staël

     Nicolas de Staël : "« Merveilleux. Entre ciel et terre, sur l’herbe rouge ou bleue, une tonne de muscles voltige en plein oubli de soi avec toute la présence que cela requiert en toute invraisemblance », confie-t-il à René Char.""

     
     

     
    Estadio Vaticano

    Los jugadores de fútbol
    a sus camarines vuelven
    paso a paso cabizbajos,
    trémulos y sollozando
    por entre las viejas ruinas de Occidente veneradas
    y la chusma de poetas tan seguros de sí mismos,
    levantadores de pesas, diplomados en gimnasios,
    soberanos del amor, del dinero y la salud,
    que ferozmente se burlan
    del sensible futbolista,
    legislador del planeta.



    Carlos Germán Belli de la Torre (Lima, Perú, 15 de septiembre de 1927)

    *Des articles / artículos:
    Les écrivains et le foot: http://www.lorientlitteraire.com/article_details.php?cid=29&nid=3169
    Football, langue et littérature: https://blogs.mediapart.fr/edition/socrates-football-club/article/200614/football-langue-et-litterature

    El fenómeno del futbol en algunos textos literarios: https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=3851637
    Textos de futbol: https://textosdefutbol.wordpress.com/