• Champagner sa vie / Burbujear su vida

    Imprimer
    Dans ce paquet-poèmesil y avait également un livret-recueil de mini textes,

     superbes.
     
    Intitulé Miniatures Sidérales et écrits par Mona Latif-Ghattas
     

     

    En voici un aperçu...

     

    En ese paquete-poemas también había un librito de mini textos, preciosos.

     

    Titulado Miniatures Sidérales y escritos por Mona Latif-Ghattas

     

    Os traduje unos pocos....
     

     

      Trois gouttes de sueur

    Diamants de ses douleurs
     
    celées


      Tres gotas de sudor

    Diamantes de sus dolores

        ocultados

     



    Dans le pli tendre de ses yeux
     
      Tout l'amour perdu de sa vie


    En el tierno pliegue de sus ojos

       Todo el amor perdido de su vida


    rosée-rocío

     


    Elle lui transmet cet art de vivre

        qui champagne sa vie

             De rosée

     


    Ella le transmite ese arte de vivir

        que burbujea su vida

             De rocío


    Photo Fifi, grand merci!   http://aufilafil.blogspot.fr/2014/01/tchin-tchin.html

     

     

       

                               Par sa lumière sidérale

                          Elle soulève les mots qui escarpent les jours

                                    Elle gravit l'injustice

     



                                      Con su luz sideral

                              Ella subleva las palabras que dificultan los días

                                        Escala la injusticia

     

     

     

    Trad: Colette

     

    Source: Poèmes et tableaux
    En coll. avec
    Teymour Toutounji
    Éditions du Noroît
    Avril 2010

     

     

     

     

  • Le vent qui court / El viento que corre

    Imprimer
    Un colis bien fermé et rempli de poèmes, trois recueils de poésie; c'est ce que le facteur m'a apporté en début de semaine. Rien ne pouvait me faire plus plaisir L., un tout grand merci.

     

    Un paquete bien cerrado y lleno de poemas, tres libros de poesía; eso es lo que el cartero me ha traído al principio de la semana. Nada podía alegrarme más. L., muchísimas gracias.
     
    KOMBOLOÏ est le titre de l'un d'eux.
     
    Komboloï? Chez les Grecs, ce sont de petits chapelets que l'on égrène, non par nécessité religieuse, mais plutôt comme “passe-nerfs”, comme pour regagner une sérénité, un équilibre, un ordre sur le point de basculer. (…) Lambersy réunit ici les rites et rythmes de ses trois origines: La Grèce, l'Inde et la langue française” peut-on lire en quatrième de couverture.

     L'auteur, Werner Lambersy, est né en 1942 à Anvers et vit à Paris. 

     
    KOMBOLOÏ es el titulo de uno de ellos.
     
    En la contraportada se puede leer: “¿Komboloï? En Grecia son esos pequeños rosarios que desgranan, no por necesidad religiosa, sino como un “calma nervios” como para recobrar una serenidad, un equilibrio, un orden a punto de bascular. (…) Lambersy reúne aquí los ritos y los ritmos de sus tres orígenes: Grecia, India y la lengua francesa”
     
    El autor, Werner Lambersy nació en Amberes en 1942 y vive en Paris.

     

    Ce recueil est donc une suite de poèmes à lire et méditer comme les grains d'un chapelet.

     Asi pues este libro es una sucesión de poemas para leer y meditar como las cuentas de un rosario.

     

     

     

    Vieux mur
     
    il ne parle plus qu'à la terre
     
    et tout bas

     

     
    Pared vieja
     
    Tan solo hablas a la tierra
     
    y en voz baja

     

     

     

    C'est un arbre à miroirs

     

    pour faire chanter
     
    l'oiseau qui viendrait seul
     

      

    Es un árbol de espejos
     
    para hacer cantar

     

    al pájaro si viniera solo
     

     

    La pluie est nue

      

    elle aime
    s'offrir aux passants

     

    La lluvia esta desnuda
     
    le gusta
     
    ofrecerse a los viandantes
     

     

    La seconde partie s'intitule Chànd-Màlà (En Inde« fleurs découpées dans la moelle du roseau, et servant d'offrande”)

     

    Oui des dieux marchent
     
    à nos côtés

     

    qui ne connaissent
     
    que les déserts
     
    de l'âme

     

    des dieux qui se disent
     
    entre eux
     
    ce que nous sommes
     
    et nos peu de pouvoirs

     

    mais ils ne savent rien
     
    de notre ivresse
     
    de chanter

     

    de cette foi
     
    qui ne demande aux mots
     
    qu'un temple vide
     
    et qui résonne bien

     

     

     

    Kamulkia, templo budista

     

     

     

     

     

     

     

    Sí dioses caminan

     

    a nuestro lado
     

     

    que tan solo conocen

     

    los desiertos

     

    del alma

     

     

     

    dioses que se cuentan

     

    entre ellos

     

    lo que somos

     

    y nuestros escasos poderes

     

     
    pero nada saben

     

    de nuestra embriaguez

     

    al cantar

     

     

     

    de esa fe

     

    que solo pide a las palabras

     

     

     

    un templo vacío

     

    con buena resonancia

     

     

     

    Le vent
     
    qui court
     
     
    n'arrive pas
     
     
     
    on l'a vu trébucher
     
    sur un brin d'herbe

      

    sur un caillou
     
    sur pas grand chose

     

    le vent qui pousse
     
     aux portes
     
     
    jamais
     
    n'entre tout à fait

     

     

     

    El viento
     
    que corre

     

    no llega

     

    se le ha visto tropezar
     
    con una brizna de hierba
     

     

    con un canto
     
    con poca cosa

     

     
    el viento que empuja
     
    las puertas

     

    nunca
     
    del todo entra

     

     

     

     

    Traductions: M.A.H y Colette

     

     

     

    Titre: Komboloï suivi de Chànd-Màlà, edition Le Dé Bleu (1985)

     

    Extraits P 28, 32, 38, 90, 94.

     

     

     

    Ce petit recueil est une merveille, je vous le recommande vivement.

     

     

     

  • Dehors et dedans / Fuera y dentro

    Imprimer

    Toujours la canicule, alors voici un poème féministe et amusant d'une  

    contemporaine de Gioconda Belli, Ana María Rodas.
     

    Le poème en espagnol et sa belle traduction je les ai trouvés ici

     

     

     



                                   Miss Hulk

     

     

     

    Je suis une femme incroyable
     
                      quand je m’énerve
     
                      je grandis

                      je deviens vert

                             je déchire tout

    en dedans.
     
                               Bill Bixby
     
                               fait tout cela
    mais 
     
    lui
     
    c’est
     
    un homme
     
    il le fait
     
                     en dehors. 
     


                                 Ms. Hulk

     

    Soy una mujer increíble

                      cuando me enojo

                       crezco

                     me pongo verde

                     desgarro todo

    adentro.

                           Bill Bixby                  

                                  hace todo eso

    pero

     él

    es
     
    hombre
     
    lo hace

               a fuera.



    Nota: Bill Bixby, si vous l'ignoriez est l'acteur qui joue Hulk / el el actor 

    que representa a Hulk

  • Cimenter les rêves / Cimentar los sueños

    Imprimer

    Paresse et chaleur, ou / et vice versa...je n'ai pas écrit, comme annoncé, de détails sur la vie et la personnalité de Gioconda Belli. Mais je vous ai traduit ce court texte.

     

     

    Tendresse des peuples  Gioconda Belli

     

     Je te disais que la solidarité

     est la tendresse des peuples.

     Je te le disais après le triomphe,

     après avoir passé les temps durs des batailles
     
    et des pleurs;
     
    maintenant tandis que je repense aux choses qui se sont passées là-bas
     
    quand tout n'était que rêve et rêve, éveillés et endormis,
     
    sans jamais nous lasser de cimenter le rêve
     
    jusqu'à ce qu'il cesse d'en être un et que nous avons vu les
     
    drapeaux rougenoirs
     
    - en vrai - flottant sur les maisons, les cabanes, les chaumières,
     
    les arbres du chemin et nous avons pensé à tout ce que nous 

     avons dû vivre

     et c'était comme un grand casse-tête de rages et de feu

    et sang et espoirs...


    (Trad: Colette)

     

     

    Consuelo (détail) Antonio Soler

     

     

     

    Consuelo (réconfort) Antonio Soler (link)

     

     

     

     

     

    Ternura de los pueblos   Gioconda Belli

     

     Yo te decía que la solidaridad 

     es la ternura de los pueblos.

     Te lo decía después del triunfo,

     después de que pasamos los tiempos duros de batallas

     y llantos;

     ahora mientras recuerdo cosas que pasaron allá afuera,

     cuando todo era soñar y soñar, despiertos y dormidos, 

     sin cansarnos nunca de ponerle argamasa al sueño

     hasta que dejó de serlo, hasta que vimos las banderas rojinegras

       de verdad— ondeando sobre las casas, las casitas, las chozas,

     los árboles del camino y pensamos en todo lo que nos tocó vivir

     y era como un gran rompecabezas de rabias y fuego

     y sangre y esperanza.. .