Artiste du quotidien, Cuba / Artista de lo cotidiano, Cuba (24/04/2021)

                                           El Héroe, Le Héros. Pedro Pablo Oliva
 

 

Pedro Pablo Oliva, son nom ne vous dit sans doute rien. C'est le peintre cubain actuel le plus connu.

Modeste, il déclare :” J’ai toujours essayé de lier ma vie à la création. Je crois en la

vie quotidienne,celle des conflits, celle des contradictions ; (...). J’ai essayé d’être

chroniqueur de mon temps, quelque chose comme une sorte de presse picturale

ou de bulletin de nouvelles en plastique.”

Vous l’avez compris, il peint, sculpte la vie quotidienne, une imagerie qui passe chez lui par le tamis de l’enfance.

En plus de ses œuvres, il a réalisé pendant de nombreuses années un rôle pédagogique, comme tuteur de nombreuses générations de jeunes artistes.

Nommé artiste émérite par l’Institut supérieur d’art à la Havane, il a reçu de nombreux prix et remporté une large reconnaissance parmi ses contemporains et les honneurs de plus haut niveau.

Si je vous raconte tout cela, c’est que par la suite...



             Bronze: 2009." Jeune fille condamnée à vivre avec une pierre sur la tête"


Ajoutons qu’il a été le premier artiste de l’île à exposer à New York et que son travail est entré dans le circuit des ventes aux enchères importantes telles que Christie’s et Sotheby’s.

 

"Tout ce qui se passe me force à utiliser différentes formes, thèmes et images.

Mais au-delà des événements politiques ou sociaux, j’ai essayé de regarder

l’homme, sa dimension psychologique,avec ses forces et ses faiblesses.

J’aime me mouvoir entre le dessin, la peinture et la sculpture avec un œil sur la

situation spécifique de mon pays, mais aussi sur les conflits humains qui sont

universels. Je pense que la vérité est plus proche de l’homme de tous les jours.

Si  mon état spirituel est le chaos ou le contexte est le chaos, le chaos est l’œuvre

; si la situation est confuse, le travail est confus."

Source: https://vrallart.com/artist/pedro-pablo_oliva/#!

 

 

Voilà pour l’homme et son œuvre. Tout va bien jusqu’au mois de mai 2011. Après certaines déclarations faites et publiées avec son accord sur un blog et ailleurs, le voilà traité de “dissident”, de traître à la patrie “, enfin, accusé par le régime en place.

 

Vous pouvez lire dans “Le Monde “ cet article complet à ce sujet :

https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/05/24/le-pe...

 

 

El misterioso equilibrio del poder


Depuis il travaille toujours, seul. Son atelier pédagogique est fermé.

Ses œuvres sont variées, les matériaux aussi, et vraiment nombreuses, en voici 

quelques-unes.

 

                                   De la série "El gran abuelo"



El gran apagón 


 

                                      El gran beso de la mina, hommage à Gustave Klimt

14:23 | Tags : pedro pablo olica, cuba, artiste | Lien permanent | Commentaires (23)