Il pleut ? / ¿Llueve ? (07/11/2020)

Sans doute n’est-ce pas ce qu’on appelle “un grand poème” celui d’aujourd’hui, il manque de rythme. De la prose mise en poème.

Mais ce regard par la fenêtre, ces petites rencontres et ces mots quotidiens puis – inattendue -, cette vue sur la Villa Hadrien qui nous transporte là-bas,

Un peu comme nos vies ai-je pensé, surtout en ce moment, monotones puis tout à coup une amitié, un joli nuage, une phrase dite ou lue, un excellent café, un mail affectueux ou une belle musique et tout s’illumine.

 

À la fenêtre J.R. Wilcock

 

De gris variés se compose le vent.

Schubert croyait en l’amitié:

un homme regarde au balcon entre deux draps

et un autre lui sourit du patio

assis à la fenêtre

un tournevis à la main.

Il pleut?”, demande l’homme au balcon;

l’autre n’entend pas mais montre les nuages:

comment des voiles grises passent sur les toits

dans la pénombre d’un soir d’octobre,

mois de pluie, de lumières sales, de raisin.

Là, sous le mont, est Tívoli,

          la villa d’Este avec ses fontaines,

   la villa construite par Hadrien

sur les terres de sa femme,

                    et les différentes typographies romaines.

(Trad:Colette)

 

 

                             Villa Adriana Tivoli

 

 

En la ventana J. R Wilcock

De grises varios se compone el viento.
Schubert creía en la amistad:
un hombre se asoma al balcón entre dos sábanas
y otro le sonríe desde el patio
sentado en la ventana
con un destornillador en la mano.
"¿Llueve?", pregunta el hombre del balcón;
el otro no oye pero señala las nubes:
como velas grises pasan sobre los techos
en la penumbra de un atardecer de octubre,
mes de lluvias, de luces sucias, de uva.
    Allá, bajo aquel monte, está Tívoli,
    la Villa d'Este con sus fuentes,
    la villa construida por Adriano
    en las tierras de su mujer,
    y las diferentes tipografías romanas.

15:21 | Tags : argentina, en la ventana, j.r.wilcock, poème, tivoli, villa hadrien | Lien permanent | Commentaires (25)