01/09/2018

Un génereux solitaire / Un generoso solitario

Inutile de vous dire que dans ma Flandre natale le caroubier était pour moi inexistant ou alors un arbre de romans, de Pagnol peut-être. C'est en arrivant ici, il y a une quarantaine d'années,  que j'ai peu à peu découvert la générosité et la beauté de cet arbre, sa forme et les multiples usages de ses fruits, des gousses brunes et sucrées dont les graines de poids égal, 0,2 grammes, ont servi de mesure pour les pierres précieuses et les perles, le carat. Sur ce site diverses informations intéressantes.


La farine de caroube a la couleur et le goût du cacao pur, ne contient pas de gluten. On peut le mélanger à d'autres farines pour en faire du pain, à du riz dans des gâteaux...Ses gousses servent principalement d'aliment pour le bétail mais aussi dans les produits pharmaceutiques et dans la parfumerie, ainsi, ai-je lu, que dans les crèmes glacées..

Mais je vous emmène en balade dans l'arrière pays de mon île sur la piste de cet arbre, de son ombre. Il était 19h. Nous avions deux buts précis: voir ce qu'il était advenu d'un vieux tronc couché et ramener des caroubes pour nos lapins.
 
 
Foto Colette, Caroubier près de Calvia
 

No vale la pena deciros que en mi Flandes natal el algarrobo no existía. Y si existía era un árbol de novelas, quizás de Pagnol. Fue al llegar aquí, hace unos cuarenta años, cuando, poco a poco, descubrí la generosidad y la belleza de este árbol, su forma y los múltiples usos de sus frutos, unas vainas marrones y azucaradas cuyos granos de idéntico peso, 0,2gramos, sirvieron de medida para las piedras preciosas y las perlas: el quilate.
 
La harina de algarrobas tiene el color y el gusto del cacao puro y no contiene gluten. Se puede mezclar a otras harinas para hacer pan, al arroz en los pasteles…Se usa principalmente como alimento para animales pero también en perfumería, productos farmacéuticos y, leí, helados.
 
Os llevo de paseo al interior de mi isla en busca de este árbol y su sombra. Eran las 19h y teníamos dos fines precisos: ver qué había ocurrido con un viejo tronco acostado y traer algarrobas para nuestros conejos.


Foto Colette, Mallorca 2018


 

Un sac de caroubes vite rempli.

 

 


 
 
Et voilà le vieux tronc couché.
Non seulement il ne s'est pas désintégré mais, deux ans plus tard, il semble avoir repris vigueur.
 

 

Le Caroubier


Sur le chemin du retour un bel exemplaire, mi-couché, bien vert.

03/07/2010

Sourires à l'ombre /Sonrisas en la sombra

Dernier dimanche de juin. Avant la grosse ruée touristique, excursion au sud-est de l’île dans le but de trouver une Cala (crique ou baie, selon la taille) sauvage. Certaines ne sont accessibles qu’en bateau, je n’en ai pas, alors j’en repère une, minuscule, sur la carte : Cala Nou, un chemin semble y mener, parfait.

Último domingo de junio. Antes de la gran invasión turística, excursión al sureste de la isla con la meta ce encontrar una Cala salvaje. Algunas sólo se pueden alcanzar en barco, y como no tengo ninguno, he localizado una, minúscula, en el mapa: Cala Nou, parece que un camino lleva allí, perfecto.

20-5-2010 002.jpgDes routes de plus en plus étroites, de belles propriétés cossues et des abris sommaires défilent et, deci delà, ces barrières-sommiers, modèles de récupération écologique qui me font sourire et exaspèrent certains, vestiges de l’Espagne tiers-mondiste disent-ils.

L’entrée de la Cala, vue de haut, à l’ombre d’un pin, mérite l’effort de sauts de chèvre par 32º. Mais, dommage, la petite plage est « civilisée ». Bar, parasols et chaises longues, tickets...

Carreteras cada vez más estrechas,  bonitas fincas argentadas y casuchas simples desfilan y, por aquí allá, esas barreras-somieres, modelos de recuperación ecológica que me dan risa y exasperan algunos, vestigios de la España tercermundista dicen.

La entrada de la Cala, vista desde arriba, a la sombra de un pino, merece el esfuerzo de saltos de cabra bajo 32º. Pero, qué lástima, la playita está “civilizada”. Bar, parasoles y hamacas, ticket...

Cliquer sur les photos pour les agrandir

  fin juin 013.jpg             fin juin 020.jpg

                                         fin juin 016.jpg

                   

 

 

fin juin 025.jpgRetour par le gros village de Felanitx où se tient le marché dominical.  Il est 12h et, malgré la chaleur, il y a du monde. Comme toujours les habitués des pays chauds marchent à l’ombre…

Vuelta por el gran pueblo de Felanitx donde tiene lugar el mercado dominical. Son las 12 y, a pesar del calor, hay mucha gente. Cómo de siempre los acostumbrados a los países cálidos andan por la sombra…

 

On entend parler majorquin et espagnol bien sûr, mais aussi arabe (beaucoup de travailleurs maghrébins dans l’agriculture) et allemand. Touristes-visiteurs appréciés ceux qui s’intéressent, sont à la recherche de produits locaux et font des efforts pour communiquer. 

J’ai assisté à la scène suivante: le client probablement allemand, le vendeur, africain et son jeune assistant maghrébin. La conversation est animée, le vendeur connaît quelques mots d’allemand, l’acheteur trois mots d’espagnol et le jeune garçon qui pense faire avancer les négociations avec des « oui, oui, monsieur » en français. Délicieux !

 

fin juin 026.jpg             fin juin 024.jpg

Se oye hablar  mallorquín y  español, claro, pero también  árabe (muchos trabajadores magrebíes en la agricultura) y  alemán. Son turistas-visitantes apreciados aquellos que se interesan, buscan los productos locales y hacen esfuerzos para comunicar.

Asistí a la escena siguiente: el cliente probablemente alemán, el vendedor africano y su joven asistente magrebí. La conversación es animada, el vendedor conoce algunas palabras de alemán, el comprador tres palabras de español y el joven chico que piensa agilizar las negociaciones con unos “oui monsieur” franceses. ¡Delicioso!