norge

  • Jamais contente / Nunca contenta

    Imprimer

     

     

    JAMAIS CONTENTE (1949) NORGE

     

    Dans le vent, la rose a soif,

    Dans la main, la rose a froid,Un rose de sable du temps.JPG

    Dans la nuit, la rose a faim,

    Dans le jour, la rose a peur.

    Sur le sein, la rose est bien.

    Sur le sein, la rose meurt.

     

    NUNCA CONTENTA

     

    En el viento, la rosa tiene sed,

    El la mano, la rosa tiene frío,

    De noche, la rosa tiene hambre,

    De día, la rosa tiene miedo.

    Sobre un pecho, la rosa está bien.

    Sobre un pecho, la rosa muere.

     

     

    Roses de sables, roses des vents...voici une rose-rumba au rythme endiablé:

     

     

     

     

     

     

     

    Et cette délicieuse recette de gelée de rose de Veb:

     

    GELEEROSE.jpg

     

    C'est avec plaisir que j’ajouterai à ce billet tout envoi relatif à la rose, grognonne ou pas....

    Con mucho gusto añadiré a esta nota cualquier envio realtivo a la rosa, gruñoña o no....

     

    MERCI HOMME LIBRE POUR CET AJOUT MUSICAL SI DOUX.


     

     

     

    À VOTRE SANTÉ ACRATOPÈGE!

     

    7857625-una-variedad-local-de-vino-rosado-de-la-isla-griega-de-santorini.jpg
    Lien permanent Catégories : littérature et poésie 7 commentaires
  • NORGE, deux poèmes

    Imprimer

    Géo Norge.jpgSur mes étagères
    Un recueil de poèmes intitulé
    REMUER CIEL ET TERRE
    de NORGE (Bruxelles 1898-1990)


    "De son vrai nom Georges Mogin il signa Géo Norge, puis, simplement Norge !
    Ce qui caractérise Norge, en sus de sa profonde humanité, c'est la variété de sa palette, l'étendue de son registre. Norge écrit souvent autrement que Norge ! Il s'exprime en longs vers sinueux et musicaux aussi bien qu'en poèmes drus, comme sculptés dans la langue. Norge aime jouer avec les mots auxquels, ce faisant, il révèle parfois leur propre profondeur sémantique.
    Jean Tordeur, qui a préfacé ses « Oeuvres poétiques » (Seghers 1978), le décrit comme « un iconoclaste tonique de pleine terre, de pleine santé, doué d'un inaltérable amour de l'humain (…) délibérément à l'écart, dans sa pensée et dans son écriture, des modes, des chapelles, des institutions, des gloses sémantiques ou structurelles - qu'il a en horreur - Norge tient que la poésie est faite pour plaire, pour charmer… »". source: ici

     

     

     

    Une chanson

    Une chanson bonne à mâcher
    Dure à la dent et douce au cœur.
    Ma sœur, il ne faut pas te fâcher,
    Ma sœur.

    Une chanson bonne à mâcher
    Quand il fait noir, quand il fait peur,
    Comme à la lèvre du vacher,
    La fleur.

    Une chanson bonne à mâcher,
    Qui aurait le goût du bonheur,
    Mon enfance et de tes ruchers
    L'odeur.

     

     

    Una canción

    Una canción buena para mascar
    Dura al diente y dulce al corazón.
    Hermana mía, no te enfades,

    Hermana.

    Una canción buena para mascar
    Cuando oscurece, cuando hay miedo,
    Como en labio del vaquero,
    La flor.

    Una canción buena para mascar
    Que tendría el gusto de la felicidad,
    Mi infancia y de tus colmenas
    El olor.

    (Trad. MAH y Colette)

     

     


    Dans la section du recueil "Remuer ciel et terre" intitulée FAMINES 1950, ce poème de NORGE

    LE TRÔNE

    J'ai si faim et j'ai si froid
    Disait,
    Disait ce peuple à son roi
    Mauvais.

    Ces cris ne le touchaient pas
    Beaucoup.
    Aux plus criards, il coupa
    Le cou.

    Cette histoire dura très
    Longtemps
    Et ce méchant roi vivait
    Content.

    Mais le Ciel ne semblait pas
    D'accord,
    Car un jour, Dieu le frappa
    De mort.

    Puis, Dieu se mit à sa place
    Au trône.
    Chants, cortèges, fleurs et châsses,
    Couronne!

    Pas de pain et pas de feu
    Pleurait,
    Pleurait ce peuple et son Dieu
    Riait.


    En la sección"HAMBRUNAS" 1950 del libro titulado Remover Cielo y Tierra de NORGE, este poema.

    EL TRONO

    Tengo tanto hambre y tanto frío
    Decía,
    Decía ese pueblo a su rey
    Malo

    Esos gritos no le afectaban
    Mucho
    A los más ruidosos les cortó
    El cuello.

    Esta historia duró mucho
    Tiempo
    Y ese rey maligno vivía
    Contento.

    Pero el cielo no parecía
    De acuerdo
    Puesto que un día Dios le golpeó
    De muerte.

    Luego Dios se puso en su sitio
    En el trono.
    Cánticos, cortejos, flores, sagrarios.
    ¡Corona!

    Ni pan ni fuego
    LLoraba
    Lloraba ese pueblo y su Dios
    Reía.
    (Trad. MH y Colette)