mallorca

  • Fascination

    Imprimer

     

    Miquel Barceló, une œuvre riche et variée Nous en avions déjà parlé ici.

    Examinons aujourd’hui un thème animalier de sa peinture.

     

    Lire la suite

  • Pieds nus / Descalzo

    Imprimer
    Ce poème m’a émue, m'a fait penser à ma très vieille amie, Margarita, qui est analphabète.
    Este poema me conmovió, me hizo pensar en mi amiga, muy mayor, Margarita, que es analfabeta.

    Antònia Vicens nació en Santanyí (Mallorca) en 1941. Es novelista y poeta.
    Née à Santanyí (Mallorca) en 1941, elle est romancière et poète.
    Sorolla, el viejo pescador

     
     
    Il avait toujours mal aux pieds
     
    Les pieds le faisaient toujours souffrir
    mon père.
    C’est en boitant qu’il parcourait tous les magasins de chaussure
    à la recherche de souliers confortables qui l’aideraient
    à supporter le poids de toutes les blessures
    déchirements et coupures
    que la mer lui avait faits.
    Il n’en trouva jamais. Il a dû s’en aller
    pieds nus avec sa montre et son couteau
    à couper le pain, à couper les larmes, dans la poche de la veste et
    la figure blanche comme l’écume des vagues
    tant de fois surfées.
     
    Toujours il me le disait:
    Je n’ai pas eu d’enfance.
     
    Il ne se l’ôtait pas de la tête:
    J’ai appris à écrire mon nom à la guerre
     
    Sifflaient les balles glissaient les étoiles
    de sang quand j’ai appris à écrire mon nom.
    Je ne voulais pas être un aide-maçon quelconque
     
    Et ma mère disait :
    C’est un bel homme. Dommage
    qu’il ne sache pas écrire. Toi
    tu dois aller à l’école Antonia.Tu
    ne dois pas être une ignorante comme ton père, ma fille.
     
    Et le bleu de ses yeux se répandait sur ses joues quand,
    diluvienne,
    elle pleurait son absence.
    (Traduction Colette) 
     
    Alexander Ignatius Roche, the old fisherman
     
    LOS PIES SIEMPRE LE DOLÍAN

    Los pies siempre le dolían
    a mi padre.
    Cojeando recorría todas las zapaterías
    buscando unos zapatos bastante cómodos que lo ayudaran
    a sobrellevar el peso de  todos los daños
    los desgarros y los cortes
    que el mar le había hecho.
    Nunca los encontró. Tuvo que marcharse
    descalzo con el reloj de pulsera y el cuchillo
    de rebanar pan de rebanar lágrimas en el bolsillo de la chaqueta y
    una cara blanca como la espuma de las olas
    que tantas veces montó.
     
    Me lo decía siempre:
    No tuve infancia.
     
    No se lo sacaba de la cabeza:
    Aprendí a escribir mi nombre en el frente.
     
    Chillaban balas se deslizaban estrellas
    de sangre cuando yo aprendía a escribir mi nombre.
    No quería ser un peón cualquiera.
     
    Y decía mi madre:
    Es un hombre apuesto. Lástima
    que no sepa escribir. Tú
    tienes que ir a la escuela Antònia. No
    tienes que ser un ignorante como tu padre hija.
     
    Y el azulete de los ojos se le esparcía por las mejillas cuando
    diluviana
    lloraba su ausencia.
     
    *

    Traducción de Carlos Vitale*

    L'original en catalan:

    ELS PEUS SEMPRE LI FEIEN MAL /// Els peus sempre li feien mal / al pare. / Ranquejant recorria totes les sabateries / cercant unes sabates prou còmodes que l’ajudessin / a dur el pes de tots els traus / els treps i els talls / que la mar li havia fet. / No les va trobar mai. Va haver d’anar-se’n / descalç amb el rellotge de polsera i el ganivet / de llescar pa de llescar llàgrimes dins la butxaca del gec i / una cara blanca com l’escuma de les ones / que tantes vegades va muntar. / M’ho deia sempre: / No vaig tenir infància. / No s’ho treia del cap: / Vaig aprendre a escriure el meu nom al front. / Giscaven bales lliscaven estrelles / de sang quan jo aprenia a escriure el meu nom. / No volia ser un peó qualsevol. / I deia la mare: / És un home plantós. Llàstima / que no sàpiga escriure. Tu / has d’anar a l’escola Antònia. No / has de ser una ignorant com ton pare filla. / I el blavet dels ulls se li escampava per les galtes quan / diluviana / plorava la seva absència.
     
     

     

     
     
  • En balade / De paseo

    Imprimer

    L’automne, touristes repartis, est le temps des balades. Il faisait gris et doux en ce dimanche de novembre.
     
    Quand on se trouve à Fornalutx, un des plus beaux villages de l’île, il est difficile de croire que la mer n’est qu’à 7km. À l’image de Soller, située à 4km de distance, ce petit village est entouré de montagnes et est construit sur un flanc du sommet le plus haut de l’île Le Puig Mayor (1445m).
     
    Il semble avoir été fondé durant la période arabe, «-utx » étant le suffixe mozarabe de « lieu ».
    Toujours est-il qu’il a été parfaitement conservé, toutes les maisons sont en pierre, les toits en tuiles ; le village est soigné et vert, sans être pour autant « léché ».
    Alors oui, il faut avoir de bonnes jambes pour y circuler, tout est en pentes et escaliers, le village est construit à plusieurs étages.
     
    Ce qui m’a le plus impressionnée en arrivant c’est le décor montagneux.
     

     

     

     

     

    Nous circulons, lentement...

     

     

     

     

    La place de l'église. Église gothique, avec des réformes baroques, de 1639
     
     
    Dans le village, le lavoir (le manque de lumière ce jour ne m’a pas permis d’en faire de belles photos mais j'en ai trouvé une sur cet intéressant site : https://viagallica.com/baleares/lang_es/ville_fornalutx.htm)
     
     
     
    Puis la Mairie dont le dessous des tuiles, comme dans pas mal de maisons du village, ont des dessins intéressants qui avaient pour but d’éloigner les différents maux des habitants de la maison.
    (les photos sont de la Maire, un peu haut pour moi!) http://www.ajfornalutx.net/municipi/teules/fotos.ct.html
     
     
    Autre particularité que l’on retrouve partout à Mallorca (j’ignore si cela existe ailleurs), ce sont les "couvre bas de portes" qui empêchent l’eau de pluie de passer .
     
     
    « Bon dia », « Bon dia », les habitants répondent gentiment, contents sans doute que les visiteurs parlent leur langue.
    Un village qui a reçu de nombreux prix, en autres pour sa parfaite intégration dans la nature. Nous y retournerons bientôt.
     
     
  • J.L. Borges y Mallorca

    Imprimer
    J.L. Borges avait 20 et 21 ans quand, avec sa famille, il passa plusieurs mois à Mallorca. Séjours où il participa à un cercle littéraire, fit de nombreuses rencontres, se promena près de Valldemossa, fréquenta des maisons closes, passa des heures à la plage, bref, vécut la vie d’un jeune homme, émerveillé, de l’époque.
    J.L Borges tenía 20 y 21 años cuando, con su familia, hizo dos estancias de varios meses en Mallorca. Estancias en las cuales formó parte de un circulo literario, se encontró con mucha gente, se paseó por Valldemossa, visitó casas de citas, paseó horas por la playa, en fin, vivió la vida de un muchacho, maravillado, de la época.
     
    JL Borges 21 años (foto Wiki)
     
    Je vous traduis la première phrase d’un poème en prose, écrit par lui, et qui s’intitule “Mallorca”
    Majorque est un endroit semblable au bonheur, apte pour y être heureux, apte au scénario du bonheur, et moi - comme tant d’insulaires et d’étrangers- je n’ai presque jamais possédé la veine du bonheur qu’il faut porter en soi pour se sentir un spectateur digne (et non honteux) de tant de clarté de beauté.(...)*
     
    Poema en prosa escrito por él:
    Mallorca es un lugar parecido a la felicidad, apto para en él ser
    dichoso, apto para escenario de dicha, y yo -como tantos isleños y forasteros- 
    no he poseído casi nunca el caudal de felicidad que uno
    debe llevar adentro para sentirse espectador digno (y no avergonzado)
    de tanta claridad de belleza.(...)*

    Le monument qui l’avait le plus impressionné, on le comprend , est la cathédrale de Palma à qui il a dédié de court poème de jeunesse.
    El monumento que mas le impresionó, es comprensible, es la catedral de Palma a la cual dedicó este corto poema de juventud.
     

     

     
    Les vagues à genoux
    Les muscles du vent
    Les tours verticales comme des monolithes
    La cathédrale suspendue d’une étoile
    La cathédrale qui est une immense meule
    Avec des épis de prières
    Loin
    Loin
    Les mâts esquissaient des horizons
    Et sur les plages innocentes
    Les vagues neuves chantent les matines
    La cathédrale est un avion de pierre
    Qui lutte pour rompre mille amarres
    Qui l’emprisonnent
    La cathédrale sonore comme un applaudissement
    Ou comme un baiser
     
    (Trad: Colette)

     


     

     

    Las olas de rodillas
    Los músculos del viento
    Las torres verticales como goitos
    La catedral colgada de un lucero
    La catedral que es una inmensa parva
    Con espigas de rezos
    Lejos
    Lejos
    Los mástiles hilvanaban horizontes
    Y en las playas ingenuas
    Las olas nuevas cantan los maitines
    La catedral es un avión de piedra
    Que puja por romper las mil amarras
    Que lo encarcelan
    La catedral sonora como un aplauso
    O como un beso
     
    *
    JORGE LUIS BORGES
    (El Dia, Palma de Mallorca, 21-XI-1926.)
     
  • Un génereux solitaire / Un generoso solitario

    Imprimer
    Inutile de vous dire que dans ma Flandre natale le caroubier était pour moi inexistant ou alors un arbre de romans, de Pagnol peut-être. C'est en arrivant ici, il y a une quarantaine d'années,  que j'ai peu à peu découvert la générosité et la beauté de cet arbre, sa forme et les multiples usages de ses fruits, des gousses brunes et sucrées dont les graines de poids égal, 0,2 grammes, ont servi de mesure pour les pierres précieuses et les perles, le carat. Sur ce site diverses informations intéressantes.


    La farine de caroube a la couleur et le goût du cacao pur, ne contient pas de gluten. On peut le mélanger à d'autres farines pour en faire du pain, à du riz dans des gâteaux...Ses gousses servent principalement d'aliment pour le bétail mais aussi dans les produits pharmaceutiques et dans la parfumerie, ainsi, ai-je lu, que dans les crèmes glacées..

    Mais je vous emmène en balade dans l'arrière pays de mon île sur la piste de cet arbre, de son ombre. Il était 19h. Nous avions deux buts précis: voir ce qu'il était advenu d'un vieux tronc couché et ramener des caroubes pour nos lapins.
     
     
    Foto Colette, Caroubier près de Calvia
     

    No vale la pena deciros que en mi Flandes natal el algarrobo no existía. Y si existía era un árbol de novelas, quizás de Pagnol. Fue al llegar aquí, hace unos cuarenta años, cuando, poco a poco, descubrí la generosidad y la belleza de este árbol, su forma y los múltiples usos de sus frutos, unas vainas marrones y azucaradas cuyos granos de idéntico peso, 0,2gramos, sirvieron de medida para las piedras preciosas y las perlas: el quilate.
     
    La harina de algarrobas tiene el color y el gusto del cacao puro y no contiene gluten. Se puede mezclar a otras harinas para hacer pan, al arroz en los pasteles…Se usa principalmente como alimento para animales pero también en perfumería, productos farmacéuticos y, leí, helados.
     
    Os llevo de paseo al interior de mi isla en busca de este árbol y su sombra. Eran las 19h y teníamos dos fines precisos: ver qué había ocurrido con un viejo tronco acostado y traer algarrobas para nuestros conejos.


    Foto Colette, Mallorca 2018


     

    Un sac de caroubes vite rempli.

     

     


     
     
    Et voilà le vieux tronc couché.
    Non seulement il ne s'est pas désintégré mais, deux ans plus tard, il semble avoir repris vigueur.
     

     

    Le Caroubier


    Sur le chemin du retour un bel exemplaire, mi-couché, bien vert.

  • Chauds ou froids, frissons / Cálidos o fríos, escalofríos

    Imprimer

    Les premiers froids sont arrivés, soudain. Brrr. Il y a une semaine on déjeunait encore sur la terrasse...

    Derrière ma fenêtre fermée (Colette)    


     Deux courts poèmes du majorquin Antonio Rigo ( Palma de Mallorca 1957)

     

     

    Le silence de la montagne
    brisé par le son
    de l'herbe qui germe,
    le bruit de la ville
    écrasé par le silence
    de la feuille qui croît.
     
    (Trad: Colette)
     
     
    El silencio de la montaña
    roto por el sonido
    de la hierba que brota,
    el ruido de la ciudad
    aplastado por el silencio
    de la hoja que crece.
     
     
     
    En amour et
    en poésie
    l'important
    est de garder
    au chaud le
    frisson.
    (Trad: Colette)
     
     
    En el amor y
    la poesía
    lo importante
    es mantener
    caliente el
    escalofrío.
     
     
    Antonio Rigo
    Extrait /Extracto de:
    Albúm blanco
     
  • Des cailloux, des pierres et des rochers / Guijarros, piedras y rocas

    Imprimer

    La lumière pâlit le soir arrivant .

    On nous propose une promenade en montagne: "On ira vers 18h en voiture au sommet, il fera moins chaud et puis, nous dit-on, c'est tout plat". Parfait!
    La luz palidece al llegar la tarde. Nos proponen un paseo por la montaña:"Nos iremos sobre las 18h en coche hasta la cima, hará menos calor y además, nos dicen, es todo plano." ¡Perfecto!

     
     
     
     


    Le chemin de cailloux, entouré de rochers, montait lentement mais sûrement, il faisait encore fort chaud, 32º : ne jamais croire ceux qui...

    El camino de guijarros, rodeado de rocas, subía lentamente pero subía, todavía hacía mucho calor, 32º: no creer nunca los que...

     

     


    Un flanc de montagne où on cultivait jadis, - de la vigne peut-être, des oliviers à coup sûr -, tout en terrasse (marjades); construire là ces murets de pierre sèche a dû être un travail de titan.  La Sierra de Tramuntana en est recouverte, et ces murs datent de l'époque musulmane. Au jour d’aujourd’hui beaucoup sont abandonnés.

    La ladera del monte dónde se cultivaba antaño - viñas tal vez, olivos seguro,- hecha de terrazas (marjades); construir allí los muros de piedra seca debió ser un trabajo de titanes. Esas terrazas datan de la época musulmana y la Sierra de Tramuntana está recubierta de ellas. A día de hoy muchas están abandonadas.

     

     


    La brume empêche de voir très loin, mais l'effort est plus que récompensé.
    La calima impide ver muy lejos, pero el esfuerzo valió la pena.


    Ici on se trouve près d'Estellencs.  La végétation est rare: pins, chênes verts, oliviers, quelques arbousiers...et des pierres, cailloux et rochers.

    Aquí nos encontramos cerca de Estellencs. La vegetación es escasa: pinos, encinas, olivos, algún madroño...y piedras, guijarros y rocas.

     

     

     
    Très intriguées ma fille et moi par cette plante sans feuilles, omniprésente, nous avons demandé à un couple d'amis qui nous a éclairées: "c'est une liliacée !  Et probablement une ornithogale." De la famille des asperges sauvage. Merci!
     
    Muy intrigadas mi hija y yo por esta planta sin hojas, omnipresente, preguntamos a una pareja de amigos que nos aclaró la cosa: "es una liliácea! Y probablemente una ornitogalum." De la familia de los espárragos salvajes. ¡Gracias!



    Notre jeune compagnon, - je me demande encore pourquoi il se cachait, une photo en contre plongée? - et sa chienne.
    Nuestro joven compañero - todavía me pregunto por qué se escondía - y su perra.


    Peu à peu, et comme prévu, le soleil se cache derrière le Galatzó.
    Nous redescendons, ravis, bien plus vite! 
      Poco a poco, y como previsto, el sol se esconde tras el  Galatzó.
    Bajamos encantados, y mucho más de prisa!

  • Lumière pâle / Luz pálida

    Imprimer
    Une balade sur la plage en presqu'hiver. Les plis et replis du sable reçoivent la visite de vaguelettes presque insonores.
     
    Un paseo por la playa en casi-invierno. Los pliegues y repliegues de la arena reciben la visita de diminutas olas casi insonoras.





    Tout est calme, la lumière pâle permet de distinguer la moindre algue, le plus petit morceau de coquillage. 


    Todo está tranquilo, la luz pálida permite distinguir la mínima alga, el más pequeño trozo de concha. 

    Fascinée par les sillons si réguliers, je passe de longs moments à flâner.
     
    Facinada por los surcos tan regulares, paso un buen rato vagando. 
     
     
    Puis rencontre avec ces rochers, mi-enfouis, couverts de mousse. 
    Nids de crabes? Yeux de la plage?
     
    Luego me encuentro con esas rocas, semi sepultadas, cubiertas de musgo.
     ¿Nidos de cangrejos? ¿Ojos de la playa?
     
    Sur ces notes paisibles et agréables, je vous laisse jusqu'après Noël.
    Con estas notas apacibles y agradables, os dejo hasta después de Navidad.
     

  • Fiat lux

    Imprimer
    Foto Colette, Puigpunyent nov. 2016

     Dans toute chose il y a une faille. C'est ainsi qu'entre la lumière.

    En cada cosa hay un fallo. Así es como entra la luz.

     

    There is a crack in everything. That's how light gets in.
     


    Paroles chanson Anthem de Leonard Cohen

  • Tout en couleurs / En colores

    Imprimer

     

    Foto Colette


     

    Le dernier jour des fêtes de mon village, Puigpunyent, a lieu depuis des années une bataille d'eau. C'est follement amusant.
    La rareté de ce liquide précieux sur l'île (bon, pour les touristes il y a tout ce qu'il faut!), a transformé cette année l'eau en poudres de couleurs, une copie de la fête hindoue du printemps, Holi. Et ce fut tout aussi amusant pour les enfants...
     
    El último día de fiestas en mi pueblo, Puigpunyent, tiene lugar desde hace años una batalla de agua. Es divertidísimo.
    La escasez de ese precioso líquido en la isla (bueno, no les falta nada a los turistas) ha trasformado este año el agua en polvos de colores, una copia de la fiesta hindú de la primavera, Holi.
    Fue la mar de divertido para los niños...
     






     








    PLaza de Son Bru, Puigpunyent,  Holi, la fiesta de colores. Fotos Colette
     


    ...les ados, les jeunes parents...
     ... los adolescentes, jóvenes padres...

     


    Fotos Colette

     

     


    ...les chiens. Tiens, ont-ils trouvé ça rigolo?
    ... y los perros. Anda, ¿a ellos les pareció divertido? 
     


     



     
    Puigpunyent, fiestas 2016

     

     

     

     

  • Récoltes / Cosechas

    Imprimer

     

     

     

     
     

     

     
    Oignons doux et géants, entre 800gr et 1kg!

     

     

     


    Noyée sous des kilos de tomates, poivrons, citrons et autres; la tête plongée dans les conserves et les bains Marie, j'avais pensé ne pas faire de billet cette semaine.
    Puis j'ai eu envie de vous montrer ce champ qui longe notre terrain.
    Bonne semaine!



    Sumergida bajo kilos de tomates, pimientos, limones y otros; la cabeza metida en las conservas y los baños María, había pensado no publicar nada esta semana.
    Luego me entraron las ganas de enseñaros este campo que linda con nuestro terreno.
    ¡Qué tengáis una buena semana!

     

     
     

     

     
  • Un jour de fête/ Un día de fiesta

    Imprimer


    (clic pour agrandir les photos, les visages sont volontairement un peu flous)
     
    La veille au soir le ciel montrait des bourrelets inquiétants, mais dimanche, jour de la foire écologique et artisanale de mon village, pas un nuage, et température agréable.
    La víspera por la noche el cielo mostraba unos michelines inquietantes, pero el domingo, día de la Feria ecológica y artesanal de mi pueblo, ni una nube y una temperatura agradable.


    Cetteannée je me suis vraiment amusée; ma bonne forme actuelle y est pour beaucoup, évidemment. Mais aussi les différents stands, les activités, les spectacles, le tout réalisé par les gens du lieu.
    Este año me lo pase en grande; mi buena forma actual tiene mucho que ver, claro. pero también los diferentes puestos, las actividades, los espectáculos, todo realizado por la gente local.
     

    Costume traditionnel encore porté pour les danses folkloriques


    Comme toujours dans ce village, les femmes sont les plus actives, participatives. Mais je ne m'attendais pas à  voir deux d'entre elles scier avec succès une "tranche" de tronc. Tout le monde les encourageait.
    Como siempre en este pueblo, las mujeres son más activas, participativas. Pero no me esperaba ver dos de ellas serrar, con éxito, una "loncha" de tronco. Todo el mundo les animaba.




    Admirative des effort et des excellents résultats du musicien Toni avec ses deux groupes de "Batucada". Ce terme vient de l'Afrique et de l'habitude de tout fêter avec des tambours joués à différents rythmes . D'abord un groupe d'enfants, quelle patience me suis-je dit - car ils n'ont commis aucune erreur. Mais il paraît qu'ils apprennent plus vite et facilement que les adultes de cet autre groupe, composé principalement de femmes (qui ont été très bons eux aussi). On se connait tous bien sûr.

    Admirativa de los esfuerzos y excelentes resultados del músico Toni con sus dos grupos de Batucada. Este término viene de África y de la costumbre de festejarlo todo con tambores tocados con distintos ritmos . Primero un grupo de niños, qué paciencia pensé ya que no cometieron ningún fallo.Pero al parecer aprenden mucho más de prisa y fácilmente que los adultos de este otro grupo compuesto principalmente de mujeres.(también fueron muy buenos). Nos conocemos todos, claro.

     

     

     
    Enfin, c'était vraiment émouvant, la chorale du troisième âge. On vit longtemps ici! Les plus jeunes ont plus de 75 ans et plusieurs ont dépassé les 90.
    Por fin, y era conmovedor, la coral de la tercera edad. ¡Se vive mucho tiempo aquí! Los más jóvenes tienen más de 75 años y varios han pasado de los 90.



     
    Une joyeuse journée donc!
    ¡Un día alegre pues!

  • Norah Borges

    Imprimer


     

    De trois ans plus jeune que son frère Jorge Luis Borges, son vrai nom est Leonor Fanny Borges Acevedo (1901-1998) et c'est ce même frère qui la surnomma Norah.
     
    Tres años más joven que su hermano Jorge Luis Borges, en realidad se llamaba Leonor Fanny Borges Acevedo (1901-1998) y fue el mismo quien le llamó Norah.
     
    Afin de comprendre son œuvre, son art, il faut savoir qu'elle a été élevée dans la bonne société Argentine où, comme le disait son frère, “dans ma famille la religion est l'affaire des femmes” et où les codes d'éducation sont fort strictes. Elle va naviguer entre cette obligation d'être une femme rangée, douce, pieuse...et des moments de liberté si créatifs.
     
    Con el fin de entender su obra, su arte, hay que saber que fue educada en la buena sociedad argentina donde, como decía su hermano, “en mi familia la religión es un asunto de mujeres” y donde los códigos de educación eran muy estrictos. Navegará así entre la obligación de ser una mujer formal, dulce, piadosa...y momentos de libertad muy creativos.
    L'autre point important, c'est qu'elle a eu, jeune, la chance de beaucoup voyager et de pouvoir profiter des rencontres et relations de Jorge Luis. La littérature et l'art vont exister de pair.
     
    Otro punto importante es que pudo, joven, viajar mucho y poder aprovechar los encuentros y relaciones de Jorge Luis. La literatura y el arte existirán al mismo tiempo.
    Son premier voyage fut pour la Suisse où sa famille se rendit pour soigner les yeux de son père. Elle était adolescente. Une aubaine pour elle car elle y suivit des cours artistiques et y rencontra des graveurs allemands avant-gardistes et y apprendra la xylographie qui fera son succès dans l'illustration de nombreux livres ultraïstes*, dont certains de son frère.
     
    Illustration Norah Borges
     
     
    Su primer viaje fue a Suiza donde su familia se trasladó para tratar los ojos de su padre. Aún era una adolescente. Allí siguió cursos de arte, encontró grabadores alemanes vanguardistas y aprendió la xilografía que será la base de su éxito en las ilustraciones de numerosos libros ultraísta*, algunos de su hermano.
     
    Après la Suisse, la famille se rendit en Espagne et, pour une raison inconnue, à Majorque. Et c'est ici que nous allons nous attarder car cette époque est pour moi la plus intéressante de sa création, de son caractère libre et avant-gardiste, avant de se marier et de retomber dans un style plus conventionnel. Dommage!
     
    Después de Suiza su familia se trasladó a España y, por una razón desconocida, a Mallorca. Fue esta época la que parece más interesante de su creación, de su carácter libre, antes de casarse y recaer en un estilo, desgraciadamente, más convencional.
     
     
    Une balade en canoë
     
    Majorque fut pour elle la découverte de la campagne, mais contrairement à tous les artistes qui ont vécu ici, ce ne fut pas le paysage qui l’impressionna mais les gens, les paysans à qui elle conféra noblesse et humilité. Cette gravure de la “payesa” est devenue comme une icône. 
     
    Mallorca fue, para ella, el descubrimiento del campo, pero contrariamente a la mayor parte de los artistas que han vivido aquí, lo que la impresiono no fue el paisaje sino las gentes, los campesinos a quien ella les otorgó nobleza y humildad. El grabado “la payesa” es como un icono.
     
    Payesas,
     
    En suivant cette voie, Norah arriva à une rénovation artistique basée sur des formes de plus en plus simplifiées et schématiques qui lui valurent tant de succès.(*).
    Siguiendo esta vía, Norah llega a una renovación artística basada en formas cada vez mas simplificadas y esquemáticas que la procuraron gran éxito.(*)
     
    La catedral de Palma
     
    Nous en restrons ici pour aujourd'hui, un autre jour je vous parlerai de l'ultraïsme, mouvement mené en grande partie par JLBorges et qui eut de l'importance en Argentine et en Espagne au XXºs.
     
    Lo dejaremos aquí por hoy. Otro día hablaremos del ultraísmo, movimiento dirigido en gran parte
    por JL Borges y que tuvo importancia en Argentina y en España en el siglo XX.
     

     

    Paysage de Majorque

     

  • Une peintre d'ici / Una pintora de aquí

    Imprimer

    Une découverte qui m'a enchantée....la peinture de Pilar Montaner

    Un descubrimiento que me ha encantado: la pintura de Pilar Montaner


    Les milliers de visiteurs qui se rendent à Valldemossa chaque année, attirés par la beauté du paysage mais surtout par l'énorme tam-tam fait autour du court séjour que firent Chopin et Georges Sand à la Chartreuse , ignorent souvent que le Palais du Roi Sancho qui y est accolé fut fin 19º-début 20º un bouillonnant centre culturel et artistique grâce à la fortune et au mécénat de l'avocat et intellectuel Juan Sureda Bimet, et de son épouse, la peintre Pilar Montaner.

    Cada año los miles de visitantes que van a Valldemossa atraídos por la belleza del paisaje pero sobre todo por el enorme tam-tam hecho alrededor de la corta estancia en la Cartuja de Chopin y Georges Sand, ignoran, con frecuencia, que el Palacio del Rey Sancho, pegado a la misma, fue al final del siglo XIX, principios del XX un palpitante centro cultural y artístico gracias a la fortuna y al mecenazgo del abogado e intelectual Juan Sureda Bimet y de su esposa, la pintora Pilar Muntaner.
    Ninas collint ginesta

    Elvira en el jardín de Valldemossa

    Née le 13 avril 1876 dans une famille majorquine aisée Pilar perd jeune sa mère et son père l'envoie dans un internat à Madrid. Elle y apprend les premières notions de dessin et peinture.
    Mais c'est en 1896 que sa vie bascule quand elle se marie avec Juan Sureda: il vient d'hériter d'une des plus grosses fortunes de l'île et possède, de par sa famille, le Palais du Roi Sancho. 
     
    Nacida el 13 de abril de 1876 en una familia acomodada pierde, siendo joven, a su madre y es enviada, por su padre, a un internado en Madrid donde aprende los principios del dibujo y la pintura.
    Pero su vida bascula en 1896 cuando se casa con Juan Sureda que acaba de heredar una de las mayores fortunas de la isla y posee el Palacio del Rey Sancho.
    Esperant els novis (attendant les fiancés)


    Encouragée par son mari, Pilar passe par différents studios de peinture, d'abord dans le style romantique et paysagiste, puis, vers 1901, 1904 par celui du talentueux Sorolla. Elle peint alors des portraits, des scènes de la vie et ses tableaux prennent un air impressionniste.
    Animada por su marido, Pilar pasa, primero, por diversos estudios de pintura de estilo romántico y paisajístico, luego, hacia 1901-1904 por el del talentoso Sorolla. Pinta entonces retratos, escenas de la vida y sus cuadros toman un aire impresionista.
     
    Catedral de Palma
     


    Retrato de Unamuno 1916
    Madó Calafata, 1899


    Entre temps au Palais du Roi Sancho sont invités  de nombreux intellectuels, poètes, peintres tels que Rúben Darío, Unamuno, Azorín ou Santiago Rusiñol, John Singer Sargent, Joaquín Sorolla, Anglada Camarasa pour n'en nommer que quelques uns.
    Entre temps aussi elle peint énormément et a ...11 enfants! Elle voyage, expose, est l'égérie de ses invités qui lui dédient des poèmes, des écrits, des œuvres.
     
    Mientras tanto en el Palacio del Rey Sancho son invitados numerosos intelectuales, poetas, pintores. Entre ellos podemos nombrar Rúben Darío, Unamuno, Azorin, Santiago Rusiñol, John Singer Sargent, Joaquín Sorolla, Anglada Camarasa...
    Además pinta sin parar y tiene... ¡11 hijos! Viaja, expone y es la musa de sus invitados los cuales la dedican poemas, escritos, cuadros.


    Retrato de sa hija Elvira 1919
     
     
     
    Les meilleures choses ont une fin et à partir de 1915 la vie insouciante, faite de fêtes et de voyages commence à couler à pic. Folles dépenses et mauvaise gestion de l'héritage. Pilar en souffre d'autant plus que certains de ses enfants, dont sa fille aînée, ont les premiers symptômes de la tuberculose.
    Elle se lance alors dans une série de peintures, fortes et surréalistes, de vieux troncs d'olivier, tourmentés, douloureux.
    En 1927 ils perdent leur palais et à partir de ce moment elle arrêtera de peindre. Elle mourût en 1961.

    Las mejores cosas tienen un fin y a partir de 1915 la vida despreocupada hecha de fiestas y viajes toca a su fin debido a los enormes gastos y a la mala gestión de la herencia. Pilar sufre tanto más cuanto que algunos de sus hijos, entre otros su hija primogénita, tienen los primeros síntomas de la tuberculosis.
    Comienza entonces una serie de cuadros fuertes y surrealistas: viejos troncos de olivos, atormentados, dolorosos.
    En 1927 pierden el palacio y a partir de entonces cesa la pintura. Muere en 1961.


    Danza 1919





     
     
    Dolor Humano 1921  

    Obras encontradas principalmente aquí http://pilar-montaner.blogspot.com.es/2011/07/cataleg.html
     

  • Un fil de lumière doré / Un dorado hilo de luz

    Imprimer

     
     
    Aujourd'hui un poème du Majorquin Jaume Mesquida, né à Palma de Mallorca (1948) mais qui a toujours vécu à Manacor (patrie de Rafael Nadal aussi).  
     Il raconte bien l'immense amour des majorquins pour la nature, le vent, la mer, leur île.
    Dans le recueil dont j'ai déjà parlé, “Majorque, l'île aux poètes”, il se trouve en Catalan, mais aussi traduit en Espagnol et en Français.
     
    Je n'ai pas résisté à l'envie d'en faire une traduction très personnelle;-))
     

    Obole de silence I
     
    La nuit battit en retraite et laissa intacte la couleur
    rouge des cerises.
    L'ombre resta prisonnière dans la jarre de terre.
    Le vent cacha le murmure odorant de la forêt dans la flûte
    que soutenaient, alanguies, des mains blanches.

    Mille petits éclats de lune étaient restés accrochés aux branches odorantes
    du citronnier.
    Dans les branches de l'oranger, devant le porche de bois,
    se prirent les mille grains vermeils du soleil
    qui approcha timidement les lèvres au bord ébréché
    de la cruche, pour boire à satiété.
    Les yeux des maisons s'étaient ouverts et regardaient surpris
    l'azur si pur de ce jour ensoleillé.

    De bon matin les vieilles se sont installées devant la mer
    tissant un souvenir sur le métier rougi de leur sang,
    tandis que le jour, d'un fil de lumière doré, cousait un tablier
    d'écume à la brise des hautes falaises.
    Là le vent du sel soufflait dans leurs cheveux gris,
    longs et lisses
    et les petites fleurs jaunes insulaires de camomille
    réunies en bouquets sauvages et odorants
    par les poings âpres des rochers.

    Chacune trouvait très facilement son aiguille de douleur
    dans le pailler de la tristesse.


    (Trad Colette)


     
    Traducción al español por el mismo Jaume Mesquida.
    Clic sur les textes catalans et espagnols pour agrandir