fontaine

  • Recherche logis et.../ Se solicita hogar y...

    Imprimer

     

     
    Avis Jaime Augusto Shelley (Ciudad de México, 1937) 
     
    Recherche patio
    avec pots rouges
    et vapeur de dalle fraîchement arrosée.
     
    Hauts arbres
    avec oiseaux sylvestres
    qui prennent leur bain habituel
    et leur petit déjeuner
    dans une fontaine simple
    qui peu à peu verdît son paisible trait.
     
    Un logis aux grilles ouvertes
    est demandé.
    (Trad:Colette)
     

    Aviso Jaime Augusto Shelley (Ciudad de México, 1937)

    Se solicita un patio
    con macetas rojas
    y vaho de ladrillo recién regado.
    Árboles de altura
    con pájaros silvestres
    que hagan su ritual de baño
    y desayuno
    en una fuente de labra sencilla
    que enmohezca a ritmo su apacible trazo.
    Un hogar se solicita.
    De cancel abierto.
  • Un verre d'eau glacée / Un vaso de agua helada

    Imprimer

    Un poème d'Odilon-Jean PÉRIER, poète belge 1901-1928.
    Une fontaine à Bruxelles; sur la vasque ces mots gravés: « je t'offre un verre d'eau glacée n'y touche pas distraitement il est le prix d'une pensée sans ornement ». (source et photo ici)

    Un poema de Odilon-Jean PÉRIER, poeta belga 1901-1928.

    Una fuente en Bruselas; en la pila esa palabras grabadas: "Un vaso de agua helada te regalo no lo toques distraído del pensamiento es el fruto sin adornos".

     

     

    Le citadin

     

     

    Je t´offre un verre d´eau glacée
    N´y touche pas distraitement
    Il est le fruit d´une pensée
    Sans ornement

    Tous les plaisirs de l´amitié
    Combien cette eau me désaltère
    Je t´en propose une moitié
    La plus légère

    Regarde, je suis pur et vide
    Comme le verre où tu as bu
    Il ne fait pas d´être limpide
    Une vertu

    Plus d´eau mais la lumière sage
    Donne à mon présent tout son prix
    Tel un poète aux dieux s´engage
    Et reste pris

     

     

     

    Et Julos Beaucarne qui l'a mis en musique, et chanté. Amitiés.

     

     

     

     

    El ciudadano

     

     

     

    Un vaso de agua helada te regalo

     

    No lo toques distraído

     

    Del pensamiento es el fruto

     

    Sin adornos

     

     

     

    Todos los placeres de la amistad

     

    Cuánto me desaltera esa agua

     

    Te propongo la mitad

     

    La más ligera

     

     

     

    Mira, soy puro y vacío

     

    Como el vaso en que bebiste

     

    No hace de su claridad

     

    Una virtud

     

     

     

    No hay agua mas la luz sabia

     

    es la que a mi regalo da el precio

     

    Tal un poeta comprometido con los dioses

     

    Y atrapado

     

     

    (Trad: Colette & MAH, gracias!)