balade

  • En balade / De paseo

    Imprimer

    L’automne, touristes repartis, est le temps des balades. Il faisait gris et doux en ce dimanche de novembre.
     
    Quand on se trouve à Fornalutx, un des plus beaux villages de l’île, il est difficile de croire que la mer n’est qu’à 7km. À l’image de Soller, située à 4km de distance, ce petit village est entouré de montagnes et est construit sur un flanc du sommet le plus haut de l’île Le Puig Mayor (1445m).
     
    Il semble avoir été fondé durant la période arabe, «-utx » étant le suffixe mozarabe de « lieu ».
    Toujours est-il qu’il a été parfaitement conservé, toutes les maisons sont en pierre, les toits en tuiles ; le village est soigné et vert, sans être pour autant « léché ».
    Alors oui, il faut avoir de bonnes jambes pour y circuler, tout est en pentes et escaliers, le village est construit à plusieurs étages.
     
    Ce qui m’a le plus impressionnée en arrivant c’est le décor montagneux.
     

     

     

     

     

    Nous circulons, lentement...

     

     

     

     

    La place de l'église. Église gothique, avec des réformes baroques, de 1639
     
     
    Dans le village, le lavoir (le manque de lumière ce jour ne m’a pas permis d’en faire de belles photos mais j'en ai trouvé une sur cet intéressant site : https://viagallica.com/baleares/lang_es/ville_fornalutx.htm)
     
     
     
    Puis la Mairie dont le dessous des tuiles, comme dans pas mal de maisons du village, ont des dessins intéressants qui avaient pour but d’éloigner les différents maux des habitants de la maison.
    (les photos sont de la Maire, un peu haut pour moi!) http://www.ajfornalutx.net/municipi/teules/fotos.ct.html
     
     
    Autre particularité que l’on retrouve partout à Mallorca (j’ignore si cela existe ailleurs), ce sont les "couvre bas de portes" qui empêchent l’eau de pluie de passer .
     
     
    « Bon dia », « Bon dia », les habitants répondent gentiment, contents sans doute que les visiteurs parlent leur langue.
    Un village qui a reçu de nombreux prix, en autres pour sa parfaite intégration dans la nature. Nous y retournerons bientôt.
     
     
  • De saison / De temporada

    Imprimer

    De belles promenades cette semaine, la lumière est superbe, la température parfaite pour gambader. Dès dimanche, d'après les spécialistes météo, ce sera cheminée-bouquins. Et sûrement des poèmes, on ne peut rien vous cacher.

    https://verdakoko.com/alimentos-de-temporada-en-mallorca-en-otono/


    Après la récolte des coings, ces gros fruits râpeux, confection de pâte de ce fruit. Pas trop sucrée mais citronnée ici. Un long travail réalisé par señor Colo. Des douceurs à offrir.                                     

                                                                 
                                                            

     

                                                                  

     


    Au passage devant un centre de plante, tout me rappelle que la Toussaint est proche. C'est joli, le jeune sud-américain qui termine de ranger les pots me regarde photographier son œuvre: "estoy contento que le guste".
     Aucune tombe à garnir, mes parents et beaux-parents ont été incinérés et leurs cendres répandues sous de grands arbres. C'est bien ainsi.

     



    De retour chez moi, et parce qu'un superbe soleil brille, je "vois" tout à coup que la vigne vierge a pris, en peu de jours, des couleurs de saison, qu'un incessant va et vient d' oiseaux s'alimente des petits fruits noirs.
    C'est fou le nombre de choses qu'on voit sans les regarder.




    Passez une bonne semaine.

  • Des cailloux, des pierres et des rochers / Guijarros, piedras y rocas

    Imprimer

    La lumière pâlit le soir arrivant .

    On nous propose une promenade en montagne: "On ira vers 18h en voiture au sommet, il fera moins chaud et puis, nous dit-on, c'est tout plat". Parfait!
    La luz palidece al llegar la tarde. Nos proponen un paseo por la montaña:"Nos iremos sobre las 18h en coche hasta la cima, hará menos calor y además, nos dicen, es todo plano." ¡Perfecto!

     
     
     
     


    Le chemin de cailloux, entouré de rochers, montait lentement mais sûrement, il faisait encore fort chaud, 32º : ne jamais croire ceux qui...

    El camino de guijarros, rodeado de rocas, subía lentamente pero subía, todavía hacía mucho calor, 32º: no creer nunca los que...

     

     


    Un flanc de montagne où on cultivait jadis, - de la vigne peut-être, des oliviers à coup sûr -, tout en terrasse (marjades); construire là ces murets de pierre sèche a dû être un travail de titan.  La Sierra de Tramuntana en est recouverte, et ces murs datent de l'époque musulmane. Au jour d’aujourd’hui beaucoup sont abandonnés.

    La ladera del monte dónde se cultivaba antaño - viñas tal vez, olivos seguro,- hecha de terrazas (marjades); construir allí los muros de piedra seca debió ser un trabajo de titanes. Esas terrazas datan de la época musulmana y la Sierra de Tramuntana está recubierta de ellas. A día de hoy muchas están abandonadas.

     

     


    La brume empêche de voir très loin, mais l'effort est plus que récompensé.
    La calima impide ver muy lejos, pero el esfuerzo valió la pena.


    Ici on se trouve près d'Estellencs.  La végétation est rare: pins, chênes verts, oliviers, quelques arbousiers...et des pierres, cailloux et rochers.

    Aquí nos encontramos cerca de Estellencs. La vegetación es escasa: pinos, encinas, olivos, algún madroño...y piedras, guijarros y rocas.

     

     

     
    Très intriguées ma fille et moi par cette plante sans feuilles, omniprésente, nous avons demandé à un couple d'amis qui nous a éclairées: "c'est une liliacée !  Et probablement une ornithogale." De la famille des asperges sauvage. Merci!
     
    Muy intrigadas mi hija y yo por esta planta sin hojas, omnipresente, preguntamos a una pareja de amigos que nos aclaró la cosa: "es una liliácea! Y probablemente una ornitogalum." De la familia de los espárragos salvajes. ¡Gracias!



    Notre jeune compagnon, - je me demande encore pourquoi il se cachait, une photo en contre plongée? - et sa chienne.
    Nuestro joven compañero - todavía me pregunto por qué se escondía - y su perra.


    Peu à peu, et comme prévu, le soleil se cache derrière le Galatzó.
    Nous redescendons, ravis, bien plus vite! 
      Poco a poco, y como previsto, el sol se esconde tras el  Galatzó.
    Bajamos encantados, y mucho más de prisa!

  • Bribes estivales / Fragmentos veraniegos

    Imprimer

     

    Foto Colette / Golondrinas - Hirondelles  Mallorca 2015

     

    Balade quotidienne à 7h du matin, avant que le soleil ne rende le plaisir vivre par trop chaleureux.
    Paseo cotidiano a las 7h de la mañana, antes que el sol convierta el placer de vivir demasiado caluroso.
     
    Trois femmes et un chien noir, groupe d'âges disparates. Nous rencontrons pas mal de gens qui profitent de la relative fraîcheur du matin. Marche lente dans la campagne, rien ou presque ne nous échappe. V, la plus âgée, s'arrête souvent pour parler des choses de la terre, de la vie dans le village de sa jeunesse. Son père était berger de moutons, elle raconte si bien la vie d'alors.
     
    Tres mujeres y un perro negro, grupo de edades variadas. Nos encontramos con bastante gente que aprovecha el relativo frescor de la mañana. Paseo lento por el campo, nada o casi nada se nos escapa. V, la mayor, se para a menudo para hablar de cosas de la tierra, de la vida en el pueblo de su juventud. Su padre era pastor de ovejas, cuenta tan bien la vida entonces.

     

    De nombreux lapins cette année, des hirondelles à foison, et l'autre jour ces cochons qui ont à peine daigné ouvrir un oeil à notre passage.
    Hay numerosos conejos este año, golondrinas en abundancia y, el otro día, esos cerdos que apenas se dignaron a abrir un ojo a nuestro paso.
     

     

    Sommeil de porcs / Sueño de cerdos Mallorca 2015 Foto Colette



    Cette semaine, à l'ombre, j'ai lu ce poème qui résume si bien nos petites peurs et nos grands courages.
    Esta semana, a la sombra, leí este poema que resume tan bien nuestros pequeños miedos y nuestras grandes valentías.

     

    Valiente / Courageux

     

    GRACIA IGLESIAS LODARES (Madrid 1977)

     

     

    Le daban miedo las pisadas
     
    las puertas entreabiertas
     
    las cortinas
     
    los pies de las esfinges
     
    la lengua de los gatos.

     

     Il avait peur des pas
     
    des portes entrouvertes
     
    des rideaux
     
    des pieds des sphinx
     
    de la langue des chats

     

    Le asustaban la risa de los viejos
     
    y las fotos de niños con corbata
     
    los osos de peluche
     
    las gaviotas de cine
     
    de los años sesenta.
     
     
    Il était effrayé par les rires des vieux
     
    et par les photos d'enfants en cravate
     
    par les ours en peluche
     
    par les mouettes au cinéma
     
    des années soixante

     

    Temía sobre todo
     
    ver llorar a su padre
     
    recorrer un pasillo
     
    cortarse con papel
     
    y morir cada noche.

      

    Il craignait surtout de
     
    voir pleurer son père
     
    de parcourir un couloir
     
    de se couper avec du papier
     
    et de mourir chaque nuit

     

    Pero era tan valiente
     
    que miraba a los ojos
     
    y derramaba el alma
     
    y decía te amo
     
    y era cierto.

     

     

    Mais il était si courageux
     
    qu'il regardait dans les yeux
     
    et qu'il épanchait son âme

    et disait je t'aime

    et c'était vrai.
     

     

    Trad: Colette

     

    Source / Fuente: http://trianarts.com/gracia-iglesias-valiente/
  • Au vent de Marseille / Al viento de Marsella

    Imprimer

    Une semaine de découvertes, tant humaines - si chaleureuses! -, qu'architecturales; accompagnés de dame nature, si belle entre Marseille et Lyon. Le mistral ne nous a pas quittés, le soleil non plus.

    Una semana de descubrimientos, tanto humanos, tan cálidos, como arquitectónicos; acompañados por una naturaleza tan bella entre Marsella y Lyon. El mistral no se separó de nosotros, tampoco el sol.

    C'est en suivant des lignes, passerelles, ponts, rues, fils de pêcheurs,  allées de fleurs que nous nous sommes baladés, souvent au hasard, plusieurs fois accompagnés d'excellents amis-guides. Un vrai plaisir.


    Fue siguiendo lineas, pasarelas, puentes, calles, hilos de pesacadores, sendas de flores como paseamos, a menudo al azar, varias veces acompañados de excelentes guías-amigos. ¡Un placer!

    Aujourd'hui Marseille et, bien sûr l'unique, l'innovateur Mucem; et  derrière La Major, la cathédrale.
    Hoy Marsella y, claro el único e innovador Mucem; detrás, La Major, la catedral.

    Superbe et impressionnante la passerelle qui mène du vieux quartier de la ville au musée.
    Magnífica e impresionante la pasarela que lleva desde el barrio antiguo al museo.


     

     

     





    La cour intérieure est ouverte à tous, on peut s'y installer confortablement, y contempler la mer et la rive opposée à travers ces dentelles qui recouvrent tout l'édifice. Magique.
    El patio interior está abierto a todos, uno se puede instalar confortablemente, contemplar el mar y el lado opuesto del puerto a través de este encaje que cubre todo el edificio. Mágico.




    Odeurs...Olores...

    Chemin de fleurs, samedi matin / Camino de flores, sábado por la mañana

    Retour de pêche...la taille des sardines ne m'a pas impressionnée! :-))
    Vuelta de la pesca...el tamaño de las sardinas no me impresionó :-))


    Dans le vieux quartier, le Panier, des ruelles en pente, des escaliers partout. Un peu essoufflée, en m'arrêtant j'ai vu ce tag.

    En el barrio antiguo, le Panier, las callecitas suben, escaleras por todas partes.
    Es bastante fuera de aliento me paré y vi ese tag.

     

     

     

     

     

     

     

  • Un matin d'automne presque banal / Una mañana de otoño casi banal

    Imprimer
    Tout semblait normal ce matin: ciel mi-nuageux, température douce, la vigne vierge rougissante. 
    Todo parecía normal esta mañana: cielo medio nublado, temperatura suave, la parra virgen enrojeciendo.


    Un jour d'automne comme un autre.
    Plaisir de constater que mes avocats s'arrondissent (pourquoi n'en cultive-t-on pas ici? Ils poussent parfaitement sur mon terrain où il fait plus froid qu'en bien des endroits de l'île), les grenades imitent les avocats mais en rosissant.



    Un día de otoño como cualquier otro.
    El placer de constatar que mis aguacates redondean (¿por qué no se cultivan aquí? Crecen perfectamente en mi terreno donde hace bastante más frío que en muchos sitios de la isla), las granadas imitan a los aguacates pero coloreándose de rosa.


    Il était tôt et les seules rencontres furent animales. Je flâne donc parmi les bosquets, le nez en l'air j'observe un chat qui fait de même. 
     
    Era pronto y sólo me encontré con unos animales. Vago por el sotobosque, levanto la vista para observar a un gato que hace lo mismo.
    Total, nada que señalar hasta que a la vuelta, pasando por el cercado-prado de cabras, la vi que me miraba.
     
    Bref, rien à signaler jusqu'à ce qu'au retour, passant devant l'enclos-prairie aux chèvres, je l'ai vue qui me regardait.



    Un regard...ce regard. Una mirada...esa mirada.
     
    Je suis rentrée inquiète, ruminant cette phrase lue dans L'insoutenable légèreté de l'être de Milan Kundera:
    “La vraie bonté ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu'à l'égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test de l'humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu'il échappe à notre regard), ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux.”

    Volví, inquieta, rumiando esta frase leída en “La insoportable levedad del ser” de Milan Kundera:
    “La verdadera bondad sólo se puede manifestar con toda pureza y en toda libertad hacia los que no representan ninguna fuerza. El verdadero test de la humanidad (el más radical, que se sitúa a un nivel tan profundo que escapa a nuestra mirada), son las relaciones con los que están a su merced: los animales.”
    (Trad: Colette)
     
  • Sourires à l'ombre /Sonrisas en la sombra

    Imprimer

    Dernier dimanche de juin. Avant la grosse ruée touristique, excursion au sud-est de l’île dans le but de trouver une Cala (crique ou baie, selon la taille) sauvage. Certaines ne sont accessibles qu’en bateau, je n’en ai pas, alors j’en repère une, minuscule, sur la carte : Cala Nou, un chemin semble y mener, parfait.

    Último domingo de junio. Antes de la gran invasión turística, excursión al sureste de la isla con la meta ce encontrar una Cala salvaje. Algunas sólo se pueden alcanzar en barco, y como no tengo ninguno, he localizado una, minúscula, en el mapa: Cala Nou, parece que un camino lleva allí, perfecto.

    20-5-2010 002.jpgDes routes de plus en plus étroites, de belles propriétés cossues et des abris sommaires défilent et, deci delà, ces barrières-sommiers, modèles de récupération écologique qui me font sourire et exaspèrent certains, vestiges de l’Espagne tiers-mondiste disent-ils.

    L’entrée de la Cala, vue de haut, à l’ombre d’un pin, mérite l’effort de sauts de chèvre par 32º. Mais, dommage, la petite plage est « civilisée ». Bar, parasols et chaises longues, tickets...

    Carreteras cada vez más estrechas,  bonitas fincas argentadas y casuchas simples desfilan y, por aquí allá, esas barreras-somieres, modelos de recuperación ecológica que me dan risa y exasperan algunos, vestigios de la España tercermundista dicen.

    La entrada de la Cala, vista desde arriba, a la sombra de un pino, merece el esfuerzo de saltos de cabra bajo 32º. Pero, qué lástima, la playita está “civilizada”. Bar, parasoles y hamacas, ticket...

    Cliquer sur les photos pour les agrandir

      fin juin 013.jpg             fin juin 020.jpg

                                             fin juin 016.jpg

                       

     

     

    fin juin 025.jpgRetour par le gros village de Felanitx où se tient le marché dominical.  Il est 12h et, malgré la chaleur, il y a du monde. Comme toujours les habitués des pays chauds marchent à l’ombre…

    Vuelta por el gran pueblo de Felanitx donde tiene lugar el mercado dominical. Son las 12 y, a pesar del calor, hay mucha gente. Cómo de siempre los acostumbrados a los países cálidos andan por la sombra…

     

    On entend parler majorquin et espagnol bien sûr, mais aussi arabe (beaucoup de travailleurs maghrébins dans l’agriculture) et allemand. Touristes-visiteurs appréciés ceux qui s’intéressent, sont à la recherche de produits locaux et font des efforts pour communiquer. 

    J’ai assisté à la scène suivante: le client probablement allemand, le vendeur, africain et son jeune assistant maghrébin. La conversation est animée, le vendeur connaît quelques mots d’allemand, l’acheteur trois mots d’espagnol et le jeune garçon qui pense faire avancer les négociations avec des « oui, oui, monsieur » en français. Délicieux !

     

    fin juin 026.jpg             fin juin 024.jpg

    Se oye hablar  mallorquín y  español, claro, pero también  árabe (muchos trabajadores magrebíes en la agricultura) y  alemán. Son turistas-visitantes apreciados aquellos que se interesan, buscan los productos locales y hacen esfuerzos para comunicar.

    Asistí a la escena siguiente: el cliente probablemente alemán, el vendedor africano y su joven asistente magrebí. La conversación es animada, el vendedor conoce algunas palabras de alemán, el comprador tres palabras de español y el joven chico que piensa agilizar las negociaciones con unos “oui monsieur” franceses. ¡Delicioso!