13/07/2010

Bleu /Azul

En ce début de juillet me poursuit la couleur bleue. Normal penserez-vous en Méditerranée, le ciel, la mer. Mais non, le ciel est laiteux de chaleur et je vis à la campagne.

Bleu mauve d’un bracelet reçu, bleu étrange d’une salade dégustée, bleu clair du plumbago devant ma porte, bleu soutenu du volubilis qui couvre la clôture de ma voisine, bleu sombre d’une chemise légère offerte par ma fille, cascade de bleus de la clématite,…tout est bleu je vous dis, couleur du rêve, de la sagesse, de la sérénité.

Mais vous, rêvez-vous d’un espace, d’un instant bleu ?

En este principio de julio me persigue el color azul. Pensareis que es lo normal viviendo en el Mediterráneo, el cielo, el mar. Pues no; el cielo es lechoso, cocido de calor y yo vivo en el campo.

Azul morado de una pulsera recibida, azul raro de una ensalada degustada, azul claro del plumbago delante de mi casa, azul constante del volúbilis que cubre la valla de mi vecina, azul oscuro de una camisa ligera regalo de mi hija, cascada de azules de la clemátide,… todo es azul os digo, color del sueño, de la cordura, de la serenidad.

Pero vosotros, ¿soñáis de un espacio, de un instante azul?

 

Otoño 012.jpg

 

 

 

Bleu de toi de Eduardo Carranza

 

Penser à toi est bleu, comme musarder

dans un bois doré à midi :

naissent des jardins dans mon parler

et dans tes rêves je marche avec mes nuages.

 

Nous unit et nous sépare un air mou,

une distance de mélancolie ;

je lève les bras de ma poésie,

bleu de toi, blessé et haletant.

 

C’est comme un horizon de violons

ou une tiède souffrance de jasmins

penser à toi, de bleu tempérament.

 

Le monde devient cristallin,

et je te regarde, dans ma lampe de verre*,

bleu dimanche de ma pensée.

 

(Trad. Colo. « lámpara de trino » est peut-être une expression ou réalité colombienne, je n’ai pas réussi à le savoir. Une suggestion ?)

 

belgica 2010 025.jpg

 

 

 

 

Azul De Ti de Eduardo Carranza

 

Pensar en ti es azul, como ir vagando
por un bosque dorado al mediodía:
nacen jardines en el habla mía
y con mis nubes por tus sueños ando.

 

Nos une y nos separa un aire blando,
una distancia de melancolía;
yo alzo los brazos de mi poesía,
azul de ti, dolido y esperando.

 

 Es como un horizonte de violines
o un tibio sufrimiento de jazmines
pensar en ti, de azul temperamento.

 

El mundo se me vuelve cristalino,
y te miro, entre lámpara de trino,
azul domingo de mi pensamiento.

 

 

19/06/2010

Hommage à José Saramago/Homenaje a...

 

Il vivait à Lanzarote, îles Canaries. Bel hommage de Ramón dans le journal El País ce matin.

Ramón

Vivía en Lanzarote, Canarias. Bonito homenaje de Ramón en El País esta mañana.

15/05/2010

Trois jours, un millénaire / Tres días, un milenario

Sous le palmier que vous aviez vu couvert de neige, pousse un autre, plus petit ; les habitants disent qu’il a des mains. Ses palmes ressemblent plutôt à des éventails et il fleurit chaque printemps. Cette année j’ai suivi et photographié trois jours de suite l’éclosion florale, c’est magique :

Debajo de la palmera que habíais visto  cubierta de nieve crece otra, más pequeña; los habitantes dicen que tiene manos. Sus palmas parecen  abanicos y florece cada primavera. Este año seguí y fotografié tres días seguidos la apertura del sobre floral: es mágico.

                                                                      Day 1

   día 1.jpg
Day 2
día 2.jpg
Day 3
día 3.jpg

Voici laTilandsia. Il y a une quinzaine d’années une voisine m’a offert un bout de plante, sans racines. « Elle vit de l’air » m’a-t-elle dit. Je l’ai suspendue au tronc de la vigne vierge de la terrasse.  Peu à peu elle a grandi et chaque année elle fleurit, chose rare paraît-il, et il est vrai que dans les environs je n’en ai jamais vu d’autre en fleur.

Aquí tienen laTilandsia. Hace unos quince años una vecina me regaló un trozo de planta, sin raíces. “Vive del aire” me dijo. La colgué del tronco de la parra virgen de la terraza. Ha crecido poco a poco y cada año florece, cosa rara al parecer, y la verdad es que en los alrededores nunca vi otra en flor.

IMG_7355.JPG
Fotos Tilandsia: Israel Pampín, ¡Gracias!
IMG_7231.JPG

Sonreír con la alegre tristeza del olivo

Miguel Hernández

Sonreír con la alegre tristeza del olivo.
Esperar. No cansarse de esperar la alegría.
Sonriamos. Doremos la luz de cada día
en esta alegre y triste vanidad del ser vivo.

(…)

Sourire avec la tristesse joyeuse de l’olivier.

Attendre. Ne pas se fatiguer d’attendre la joie.

Sourions. Embellissons la lumière de chaque jour

dans cette gaie et triste vanité de l’être vivant.(Trad.CM)

(…)

1 Marzo 09 024.jpg

Finalement voici le roi du terrain qui entoure notre maison : cet olivier qu’on dit millénaire. De combien d’invasions, de combats, d’amours a-t-il été témoin ?

Il ne donne plus de fruits, mais son ombre est si douce et sa force si grande.

Finalmente aquí tienen el rey del terreno que rodea nuestra casa: es este olivo que dicen milenario. ¿Cuántas invasiones, cuántos combates, cuántos amores habrá visto?

Ya no da fruto, pero su sombra es tan dulce y su fuerza tan grande.

 

06/05/2010

larmes / lágrimas

 

 

Dans les medias une nouvelle chasse l’autre si rapidement que ce qui s’est passé il y a quatre mois n’existe plus. Alors j’ai ressorti et traduit ce billet du romancier et journaliste Manuel Vincent  publié dans le journal El País le 24 janvier 2010.

 

« Ma chambre à La Havane donnait sur un patio intérieur qui résonnait fort. La maîtresse de maison me prévint que vers minuit j’entendrais l’orgasme de la mulâtre du premier étage à gauche ; qu’après je serais éveillé à l’aube par le chant d’une douzaine de coqs que le voisin élevait sur sa terrasse et qu’ensuite, sur le terrain en bas, Camilito, le fils de la noire Teresa commencerait à pleurer. Chaque nuit tout se produisait comme attendu, bien que les pleurs de l’enfant semblaient interminables quand ils commençaient après le chant des coqs. ( …) Au milieu de ses colères, qui pouvaient durer une heure ou plus, on entendait la voix mélodieuse de la noire Teresa qui disait : « Camilito, mi amol, qué te paaasa »*. L’enfant arrivait enfin à ce qu’on s’occupe de lui et ses pleurs avaient eu un sens.

Timo Lehtonen.jpg Les pleurs des bébés sont comme des mécanismes de défense quand ils ont faim, soif, froid, chaleur ou un autre désagrément : Il suffit d’un problème minime, le biberon, la sucette, les langes, pour que le bébé attire l’attention sur lui. Mères amoureuses, nounous sollicitées, servantes affectueuses ou infirmières professionnelles accourent au berceau sitôt quelles entendent qu’un enfant gâté émet le premier cri. (…) 

Dans le campement de réfugiés rwandais en Tanzanie je me suis rendu compte que les enfants ne pleuraient pas. Ils se contentaient de regarder fixement leurs mères. Un médecin m’expliqua que là-bas les enfants ne pleuraient pas parce que leurs cerveaux avaient déjà codifié, à travers leur longue misère héritée, que les pleurs ne servaient à rien. La douleur était assimilée au silence.

Dans la tragédie de Haïti on a vu la fameuse photo du pompier Oscar Vega tenant dans les bras un enfant de deux ans sauvé des décombres. L’enfant a des larmes aux yeux, mais il ne pleure pas non plus. Sans doute a-t-il  appris la leçon bien avant de naître. Il sait qu’au bout des pleurs il n’y a rien ni personne. Il semble uniquement étonné d’être encore vivant. »

 

* L’auteur se réfère ici à la musicalité du parler cubain.

 

 

  

"Mi habitación en La Habana daba a un patio interior que tenía mucha resonancia. El ama de casa me advirtió que hacia la medianoche oiría el orgasmo de la mulata del primero derecha; luego, al amanecer, me despertaría el canto de una docena de gallos que los vecinos criaban en las terrazas y enseguida, abajo en el solar, comenzaría a llorar Camilito, el hijo de la negra Teresa. Todo se producía según lo esperado cada noche, aunque el llanto del niño parecía no tener fin cuando empezaba a llorar después de que cantaran los gallos.( …) En medio de su berrinche, que podía durar una hora o más, se oía la voz melodiosa de la negra Teresa, que decía: "Camilito, mi arteafricanomujer.jpgamol, qué te paaasa". Al final el niño conseguía ser atendido y su llanto había tenido un sentido. Los bebés lloran como un mecanismo de defensa cuando sienten hambre, sed, frío, calor u otra molestia. Basta un mínimo problema, el biberón, el chupete, los pañales, para que el bebé llame la atención. Madres amorosas, niñeras solícitas, criadas cariñosas o enfermeras profesionales acuden a la cuna tan pronto como oyen que un niño mimado emite el primer vagido. (…)

 En el campamento de refugiados ruandeses en Tanzania me di cuenta de que los niños no lloraban. Sólo miraban fijamente a sus madres. Un médico me explicó que allí los niños no lloraban porque su cerebro ya había codificado a través de su larga miseria heredada que el llanto no les servía de nada. El dolor estaba asimilado al silencio.

En la tragedia de Haití se ha visto en una foto famosa al bombero Óscar Vega con un niño de dos años en brazos, rescatado de los escombros. El niño tiene lágrimas en los ojos, pero tampoco llora. Sin duda ha aprendido bien la lección mucho antes de nacer. Sabe que al final del llanto no hay nada ni nadie. Sólo parece asombrado de seguir vivo."

Manuel Vicent, El País 24-01-2010

Fotos: 1) Timo Lehtonen 2) Arte Africano

 

 

 

10/04/2010

Jaune safran /Amarillo azafrán

Trop sèches, ou insipides,  ou pâteuses. Chiches en riz. Très onéreuses, voilà des défauts communs des paellas. Ah, ça, c’est tout un art et aucune ne se ressemble !

Demasiado secas, o insípidas, o pastosas. Escasas en arroz. Muy onerosas, ahí son los defectos comunes de las paellas. ¡Ha, es todo un arte y ninguna se parece!

 

paella.gif

                                                                                                 

Un peu d’histoire...La paella, mot d’origine latine « patella » puis du vieux français « paele » désignait la poêle plate avec, non un manche mais deux anses que vous connaissez sans doute. De la poêle au plat, voilà la paella moderne (notez que les 2 LL se prononcent Y et non L, comme dans paya, d’accord ?)

Son origine se trouve à Valencia aux XVº et XVIª siècles dans les zones maraîchères et humides (Albufera) où l’on cultive riz et légumes. Un plat complet auquel on ajoutait des morceaux de lapin, canard, des oiseaux, des escargots, enfin ce qu’on avait sous la main en plus des légumes de saison. La paella aux crustacés, dont on ignore si elle est contemporaine de la première, est née…au bord de la Méditerranée, oui !

On cuisait lentement le tout sur un feu de branches d’oranger. Je pourrais vous raconter tant d’autres choses, mais il vous suffira de taper « histoire de la paella »…Mr Google vous dira tout.

Un poco de historia…La paella, palabra de origen latina “patela” luego del francés antiguo “paele” designaba la sartén plana sin mango pero con dos asas que sin duda conocen. De la sartén al plato…

Su origen se encuentra en Valencia en los siglos XV y XVI en las zonas hortenses y húmedas (Albufera) donde se cultiva arroz y verduras. Un plato completo al cual se añadía trozos de conejo, pato, pájaros, caracoles, en fin, lo que se tenía a mano junto con las verduras de temporada. Se ignora si la paella de mariscos data de la misma época pero nació…al borde del Mediterráneo. ¡Sí!

Se cocía lentamente el arroz en un fuego con leña de naranjos. Les podría contar tantas otras cosas sobre este plato, pero les bastará teclear “historia de la paella” y el señor Google les dirá todo.

 

 

 Peinture: Conrado Meseguer

pintura-de-conrado-meseguer.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Traditionnellement ce sont les hommes qui la préparent, enfin qui la cuisent car les petites mains qui coupent tous les ingrédients à l’avance…c’est comme pour les barbecues, vous voyez ? Mais quand on est nombreux, les dimanches en famille, un repas avec des amis, c’est un repas complet et facile, qui plait à tous et qui s’adapte à la bourse de chacun : tout dépend des ingrédients qu’on y met.

Mon amie italienne m’a raconté qu’invitée à un dîner chez des voisins allemands, elle a eu du mal à avaler une paella avec du poulpe et des saucisses…à chacun se recette !

 

 

Son los hombres los que tradicionalmente la preparan, bueno que la cuecen ya que, al igual que con las barbacoas, son “las pequeñas manos” las que cortan antes todos los ingredientes… ¿ven lo que quiero decir? Pero cuando hay muchos comensales, los domingos en familia, una comida entre amigos, es un plato completo y fácil, que agrada a todos y se adapta al bolsillo de cada cual: todo depende de los ingredientes elegidos.

Mi amiga italiana me contó que, invitada a una cena en casa de unos vecinos alemanes, le costó tragar una paella con pulpo y salchichas… ¡a cada cual su receta!

 

Suite à cela, je me suis demandé si vous aussi vous aviez mangé des paellas spéciales, si on en trouvait surgelée ou fraîche en Norvège, au Canada, en Suisse ou ailleurs. Peut-être même en préparez-vous ? Racontez-moi, dites-nous tout !

Después de eso me pregunté si ustedes también habían comido paellas especiales, si encontraban ese plato congelado o fresco en Noruega, Canadá, Suiza u otras partes. ¿Tal vez lo preparan ustedes mismos? Cuéntenme, ¡dígannos todo!

 

11:42 Publié dans billet | Tags : paella, valencia, albufera | Lien permanent | Commentaires (7)

19/03/2010

Et s'il suffisait d'y croire.../ Y si bastase con creerselo...

- (Moi)  Non, je n’en connais pas les détails. Oui, j’ai vu les affiches en ville. 

- (D.) Moi je suis si ému d’apprendre que les gens s’unissent pour faire renaître  un peu d’espoir.

-(Yo) No, no conozco los detalles. Sí, he visto los carteles en la ciudad.

-(Él) A mi me emociona mucho saber que la gente se une para que renazca un poco de esperanza.

 

C’était il y a quinze jours, une conversation avec un jeune journaliste espagnol qui vit en Allemagne.

Il me parlait de «  Eso, lo arreglamos entre todos ». (Ça, on va l’arranger tous ensemble).

Era hace unos quince días, una conversación con un joven periodista que vive en Alemania.

 

Ce n’est un secret pour personne, l’Espagne est fort patraque ; des millions de personnes tirent le diable par la queue, accumulent dettes et frustrations, le moral est à zéro.

Et une idée a surgi : http://estosololoarreglamosentretodos.org/

No es un secreto para nadie, España está muy pachucha; millones de personas lo están pasando canutas, acumulan las deudas y las frustraciones, el ánimo está por los suelos. Y surgió una idea.

http://estosololoarreglamosentretodos.org/ Aquí tienen toda la información.

 

« Il y a quelques mois Jaime, un professionnel du marketing, a pensé qu’il fallait faire quelque chose pour déloger l’état de découragement que la crise a provoqué parmi nous (…) la première chose à faire était récupérer la confiance. (…) Il fit ce qu’il savait faire : il rédigea un plan de marketing qu’il perfectionna avec Susana, sa femme.

Une fois prêt, ils le présentèrent à la Chambre de Commerce qui pensait ce que nous pensons tous et qui s’enthousiasma, prit contact avec les entreprises les plus importantes du pays pour requérir leur aide. Celles-ci n’hésitèrent pas et apportèrent leur aide de manière anonyme et désintéressée. (…)

La dernière partie de l’histoire commence maintenant et tu en es le protagoniste, nous le sommes tous. (…) arrêter de penser que les autres vont solutionner nos problèmes.

On va commencer à arranger ça, et c’est nous qui allons le faire… »

castells 2.jpg

 

De très nombreuses personnalités de tous bords soutiennent cette initiative, les journaux également, et à ce jour 77.810 personnes se sont inscrites sur le site pour témoigner, encourager, raconter comment ils s’en sortent, ce qu’ils ont mis sur pied.

Numerosas personalidades de distintos mundos sostienen esa iniciativa, también los periódicos, y a día de hoy 77.810 personas se han apuntado en el sitio web para dar su testimonio, animar, contar cómo se las arreglan, lo que han emprendido.

 

Je ne sais si « ça » va s’arranger rapidement, mais envisager le futur ensemble avec le sourire, c’est important, non ?

No sé si « eso » se arreglará rápidamente, pero mirar juntos hacia el futuro con una sonrisa es importante, ¿no?

 

castells.jpgPour terminer je vous traduis ce petit texte que m’a envoyé ce jeune journaliste ému. (Merci D.)

“Tandis qu’elle descendait du mur, elle vit au loin, sur le sol du salon, un morceau de sucre à moitié cassé et elle courut vers lui. En s’approchant elle se rendit compte qu’il était bien plus grand qu’elle ne pensait et, craignant qu’on ne marche dessus ou qu’il soit balayé et jeté à la poubelle, elle décida d’agir. Elle appela ses sœurs soldates et ses cousines ouvrières, et toutes ensemble, de façon organisée, elles mirent rapidement le trésor à l’abri. »

 

Os dejo con este breve texto que me mandó ese joven periodista emocionado. (Gracias D.)

"Mientras bajaba por la pared, divisó a lo lejos un trozo de terrón de azúcar, medio destrozado en el suelo del salón y corrió a por él. Al acercarse se percató de que era mucho más grande de lo que creía y, ante el miedo de que fuera pisado, o barrido y tirado a la basura, decidió actuar. Llamó a sus hermanas soldado y a sus primas obreras y entre todas, de forma organizada, pusieron el tesoro a cubierto rápidamente."

16:54 Publié dans billet | Tags : ensemble, espoir, espagne | Lien permanent | Commentaires (2)