22/03/2014

Peintures, sur le même plan / Pinturas, en el mismo plano

Une découverte pour moi "EL planismo” qui est la modalité de la peinture Uruguayenne entre les années 1920 et 1930. Sa base consiste en des plans de couleur dont les bords interagissent et apparaissent en différentes facettes.
La figure y est aussi importante que le fond et la couleur s'emploie presque pure, sans clairs-obcurs.
Enfin, vous verrez, le dessin contient peu de détails.
Plus que des mots, une série de tableaux pour mieux comprendre leur démarche, leur art.

Un descubrimiento par mí, El Planismo. Es la modalidad de la pintura Uruguaya entre los años 1920 y 1930. Su base consiste en planos de colores cuyos bordes interactúan y aparecen más o menos "facetados". La figura tiene tanta importancia como el fondo y el color se usa casi puro. Por fin el dibujo tiene pocos detalles.
Más que unas palabras, una serie de cuadros para entender mejor su proceso y su arte.
(clic pour agrandir, of course)
Carmelo de Ardazún                                    
 

Petrona Viera        
 
 
Petrona Viera Paisaje
 
 
Petrona Viera        
Partido de Futbol Carmelo de Arzadun
 

 

   
Norberto Berdía

02/01/2014

Allègrement / Alegremente




Ce matin j'aimerais être cette concierge;
vous accueillir, "entrez, buvez un coup"
vous embrasser chacun(e),
vous chuchoter des mots spécialement choisis
vous remercier d'être là.






Au pas, au trot ou au galop‏ (L'Année chinoise du cheval commence le 31 janvier), je vous souhaite de traverser ces 365 jours à venir allègrement.

 


Esta mañana me gustaría ser esa portera;
acogeros,"entrad, tomad una copa"

abrazar cada uno(a),
susurraros unas palabras escogidas
agradeceros vuestra presencia.


Al paso, al trote o al galope (el Año chino del Caballo, empieza el día 31 de enero), os deseo atravesar esos 365 alegremente.

17/11/2013

S'amuser, deviner

Certaines expressions espagnoles m'amusent beaucoup. En voici quelques unes que j'ai traduites littéralement, à vous de...
 
 
 


 
Dans la campagne elle marchait ce matin–là, l'heure collée au cul ( andar con la hora pegada al culo). Il lui fallait passer par le bureau de poste, et une fois le tue–timbre ( matasellos) apposé, elle irait chanter les quarante ( cantar las cuarenta) à ce vieux ronchon de Julián qui serait sûrement encore en train de dormir la guenon* ( dormir la mona). Oh, parfois il était de bonne humeur mais si distrait!
  • Ma brouette est réparée, Julián?
  • Ah, ma bonne dame, j'ai eu une journée terrible hier et mon saint est monté au ciel ( se me ha ido el santo al cielo).
  • Mais Julián, vous m'aviez déjà dit cela la semaine dernière!
  • Quand j'ai trop à faire, j'ai trop à faire. Il ne faut pas demander des poires à l'orme ( pedir peras la olmo).
 
Elle n'insista pas et pensa que le four n'était pas prêt pour les petits pains ( el horno no está para bollos) et que la prochaine fois tout irait comme miel sur pâte feuilletée ( como miel sobre hojuelas).
 
Bon, je vous aide un peu:

 

* dormir la mona : cuver son vin.

12/10/2013

Marina Tsvetaeva, femme d'aucun compromis / Marina Tsvetaeva, mujer de ningún compromiso

Dans “7 femmes” Lydie Salvayre consacre 43 pages à Marina Tsvetaeva (1892 - 1941). J'ai délibérément omis beaucoup d'éléments dont la Révolution russe ainsi que la biographie commentée de Marina.
Voici des extraits qui, j'espère, vous feront comprendre sa personnalité.
 
En “ 7 mujeres” Lydie Salvayre le dedica 43 páginas a Marina Tsvetaeva (1892 - 1941). Omití deliberadamente muchos elementos entre los cuales la Revolución rusa, así como la biografía comentada de Marina.
Aquí unos extractos que, espero, os harán comprender su personalidad.
 
Pour accompagner la lecture, la voix d' Elena Frolova chante un poème de Marina
Para acompañar la lectura, la voz de Elena Frolova canta un poema de Marina


Ce cri qui donne le frisson fut celui d'une écorchée vive qui affirma, avec une intransigeance folle, que là où il y avait la poésie, il y avait le monde.
Une femme qui (…) ne céda jamais à l'accouplement effroyable du conformisme et de la terreur qui sévissaient alors dans sa Russie natale.
Et qui décida d'en finir lorsque la misère ajoutée à la déréliction et à une politique meurtrière étranglèrent définitivement sa parole poétique, indéfectiblement liée à sa capacité d'aimer”
Ese grito estremecedor fue el de una despellejada viva capaz de afirmar, con una total intransigencia, que allí donde existe la poesía, existe el mundo.
Una mujer que (…) no cedió nunca al espantoso apareamiento entre el conformismo y el terror que reinaba entonces en su Rusia natal. Eso la decidió a poner fin a su vida cuando la miseria, añadida al desamparo y a una política asesina, estrangularon definitivamente su palabra poética, unida indefectiblemente a su capacidad de amar.”
 
Elle s'appelait Marina Tsvetaeva, et la poésie, disaient ses proches, sourdait d'elle et jaillissait comme l'eau vive des fontaines.
Une poésie (…) qui procédait d'un sentiment d'exil fondamental (…) doublé d'un goût de la vérité dont elle ne pouvait ou ne voulait diluer la violence. “Et maintenant je vous avoue une de mes vilaines passions, écrivit-elle à Pasternak: tenter les gens (les éprouver) par une sincérité excessive, sans précédent...La tentation par la vérité. Qui la supportera?
Ils furent rares ceux qui la supportèrent, et là fut en partie son malheur.”
Se llamaba Marina Tsvetaeva, y la poesía, decían sus allegados, manaba de ella y brotaba como el agua viva de las fuentes.
Una poesía (…) que procedía de un sentimiento de exilio fundamental (…) añadido a una inclinación por la verdad de la cual no podía o no quería diluir la violencia. “Ahora os confieso una de mis feas pasiones, le escribía a Pasternak: tentar a la gente (ponerlos a prueba) por una sinceridad excesiva, sin precedentes... La tentación por la verdad. ¿Quien lo soportará?
Pocos fueron los que lo soportaron, y de allí vino, en parte, su desgracia.”
 
 
Elle disait qu'elle était condamnée aux mots (…) condamnée à vouloir l'impossible qui émane du domaine des mots.
Elle disait qu'elle ne tenait pas la plume, que c'était la plume qui la tenait”
Decía que estaba condenada a las palabras(...) condenada a querer el imposible que emana del mundo de las palabras.
Decía que no era ella quien sostenía la pluma, que era la pluma la que la sostenía a ella.”
 
Cette écriture, de son vivant, se heurta à une surdité quasi totale et qui, d'une certaine façon, la tua.
Toutes les lettres qu'elle envoya aux écrivains lors de son exil français demeurèrent sans réponse, et presque tous ses manuscrits refusés.
Elle en éprouva un désespérant sentiment d'exclusion. C'est, à n'en pas douter, ce sentiment, joint à des conditions d'existence effroyables, qui la poussa à regagner, avec au cœur un terrible pressentiment, la Russie soviétique qu'elle avait fuie en 1920 et où elle finit par se pendre en 1941, deux ans après son retour.”
Esta escritura, durante su vida, tropezó con una sordera casi total que, de alguna manera, la mató.
Todas las cartas que envió a los escritores, durante su exilio francés, permanecieron sin respuesta, y casi todos sus manuscritos fueron rechazados.
Todo eso hizo que sufriera un desesperante sentimiento de exclusión. Es ese sentimiento el que, sin duda, unido a unas condiciones de existencia espantosas, la empujó a regresar, con un intimo y terrible presentimiento, a la Rusia soviética de la cual había huido en 1920 y en la que acabaría por ahorcarse en 1941, dos años después de su vuelta.” 
 
Marina et Sergueï Efron - leur mariage
 
Femme d'aucun compromis “..son refus, par exemple, de répondre aux attentes des cercles parisiens de l'émigration russe, malades d'une nostalgie qui n'était pas la sienne. (…)
Et son même refus d'adresser un compliment à Staline comme la plupart s'y pliaient.”
Tsvetaeva était de cette poignée d'insensés pour qui vivre se confondait avec le refus farouche de prendre un quelconque parti, et ce aux fins de protéger une liberté intérieure qui leur était précieux, leur unique, leur inestimable bien.”
Mujer de ningún compromiso “..su negativa, por ejemplo, a responder a las expectativas de los círculos parisinos de la emigración rusa, enfermos de una nostalgia que no era la suya. (…)
Como el rechazo a enviar algún cumplido a Stalin, a lo que la mayoría se había sometido.”
Tsvetaeva pertenecía a ese puñado de insensatos para los que vivir se confundía con el rechazo feroz a tomar cualquier partido, y eso a fin de proteger una libertad interior que les era preciosa, su única, su inestimable fortuna.”
 
Lydie voue une admiration sans borne à la correspondance entre Marina et Pasternak: “(...) une des plus belles correspondances qu'il m'ait été donné de lire (…).
Correspondance d'âme à âme, de rêve à rêve,
" De mon rêve j'ai
Sauté dans le tien.”
Une correspondance Où chacun devient meilleur, le plus juste, le plus sensible lecteur de l'autre, dans une complicité telle qu'elle les fait égaux.
Où les deux, descendant jusqu'aux grands fonds d'eux-mêmes, finissent par se joindre et, amoureusement, s'entre-influencer.”
Lydie profesa una admiración sin limites a la correspondencia entre Marina y Pasternak: “(...) una de las más bellas correspondencias que he podido leer (…)
Correspondencia de alma a alma, de sueño a sueño,
De mi sueño
al tuyo he saltado.”
Una correspondencia “En la que cada uno se vuelve mejor, el más certero, el más sensible lector del otro, en tal complicidad que les hace iguales.
Donde los dos, bajando hasta tocar el fondo de ellos mismos, acaban por encajarse y, amorosamente influenciarse.”
 
Marina, Rilke , Pasternak
 
Ce qui n'empêche nullement Tsvetaeva d'aimer d'un amour inentamable son mari Sergueï Efron et de s'enticher à intervalles très réguliers d'un homme ou d'une femme sur qui elle a jeté son dévolu.
(…) Amours qui sont courtes folies.
(…) Aventures où elle se jette, se rue, à bride abattue, Cheval ruant rompt l'attache.
Grâce auxquelles, perdant toute mesure, elle s'exalte jusqu'au délire. Mais c'est un bien. Car l'homme, écrit-elle, ne voit correctement le monde que dans la suprême exaltation”
Eso no impide a Tsvetaeva amar de un amor sin merma a su marido Sergueï Efron ni encapricharse a intervalos muy regulares de un hombre o una mujer en los que ella se hubiera fijado.
(…) Amores que son cortas locuras.
(…) Aventuras en las que se echa, se abalanza, desenfrenada, Caballo encabritado rompe las bridas.
Gracias a esos amores, desmesurada, se exalta hasta el delirio. Pero no se daña. La persona, escribe, tansolo en la suprema exaltación ve correctamente el mundo.”
 
                                 --------------------------------
 
Des liens en français:
 
 - Une biographie, une bibliographie, des extraits, un forum, des liens : http://tsvetaeva.free.fr/index.html

-  Un dossier sur le site esprits nomades
- Deux blogs-amis qui y font mention:
 
  En español: una dirección con muchos poemas de ella, una corta biografía






05/10/2013

Djuna Barnes la baroque / Djuna Barnes la baroca

Qui était Djuna Barnes? Avant de lire le deuxième chapitre de “7 femmes” de Lydie Salvayre je n'en avais aucune idée. Tour à tour raffinée ou grossière, riche ou pauvre, sociable ou recluse, amoureuse d'un homme ou d'une femme, Djuna était une américaine qui vécut à Paris dans les années '20 et dont le meilleur roman, semble-t-il, Le Bois de la Nuit, retrace l'histoire de son amour désespéré pour Thelma Wood.
 
Une grande partie du chapitre consiste en des anecdotes passionnantes sur ses rencontres à Paris. On y retrouve tous les “grands”, bien sûr: Joyce, Hemingway, Becket, Man Ray...des femmes aussi: Gertude Stein (qu'elle déteste), Sylvia Beach, Berenice Abbot, Peggy Guggenheim, Solita Solano...”toutes singulières et talentueuses, toutes indépendantes et assoiffés de liberté, et toutes, ou presque, lesbiennes.”
Quelques extraits.
 
¿Quién era Djuna Barnes? Antes de leer el segunda capítulo de “7 Mujeres” de Lydie Salvayre no tenía ni la más mínima idea. A su vez refinada o basta, rica o pobre, sociable o recluida, enamorada de un hombre o de una mujer, Djuna fue una americana que vivió en París en las años '20 y cuya mejor novela, al parecer, El Bosque de la Noche relata la historia de su amor desperado por Thelma Wood.
 
Una gran parte del capítulo consiste en anécdotas apasionantes sobre sus encuentros en París. Allí están todos los “grandes”: Joyce, Hemingway, Becket, Man Ray...mujeres también: Gertrude Stein (que ella odia), Sylvia Beach, Berenice Abbot, Peggy Guggenheim, Solita Solano..”todas singulares y talentuosas, todas independientes y sedientas de libertad, y todas, o casi todas, lesbianas.”
Algunos extractos.
 
 
 
Belle comme la nuit, élégante et sombre, toujours enveloppée de sa fameuse cape noire, elle séduisit les hommes en nombre et finit par épouser un journaliste acquis aux idées socialistes, Courtenay Lemon, avec lequel elle éleva un perroquet. Mais ce ciment parental ne suffit pas à préserver la relation conjugale.(...)”
 
Bella como la noche, elegante y sombría, siempre envuelta en su famosa capa negra, seduce gran cantidad de hombres y termina por casarse con un periodista ganado a las ideas socialistas, Courtenay Lemon, con el que cría un papagayo. Pero ese cemento familiar no alcanza a preservar la relación conyugal,(...)”
Drawing, Joyce by Djuna Barnes
 
 
 
(…) “Elle se lia d'amitié avec Hemingway, qui jouait les durs au Dingo Bar, lui qui était, selon Joyce, un coeur doux et sensible.” Hemingway “...quant à lui, trouva de son vivant que son amie Djuna était une grande dame.
C'est très précisément parce qu'elle l'était que Djuna eut le privilège insigne de se promener au Bois de Boulogne en compagnie de Nora et James Joyce (lequel souffrait d'une peur phobique des chiens – ce détail, je ne sais pourquoi, m'enchante).”
(…) “Trabó amistad con Hemingway, que se hacía el duro en el Dingo Bar, aún cuando tenía, según Joyce, un corazón dulce y sensible. Hemingway, por su parte, siempre pensó que su amiga Djuna era una gran dama.
Y es porque lo era por lo que Djuna tuvo el privilegio insigne de pasearse en el Bois de Boulogne en compañía de Nora y James Joyce (el cual sufría un miedo fóbico a los perros – ese detalle, no se por que, me encanta).”
 
GIF - 44.8 KB 
 André Kertesz: “En el café”, “Bar”, “Le café du Dôme ”, París, 1927.
 
La vie des Américains était, en ce temps-là, (…) des plus trépidantes.” “Les surréalistes, Aragon en tête, n'étaient jamais en reste et, s'ils occupaient une table au Dôme, elle était, inévitablement, la plus tapageuse. Car, à l'époque (j'en pleurerais de nostalgie), les jeunes écrivains faisaient de la liberté des abus divers et précieux."
La vida de los americanos era, en ese tiempo,(...) de lo más trepidante.” “Los surrealistas, Aragon a la cabeza, no se quedaban atrás y, si ocupaban una mesa en el Dôme, era ella, inevitablemente, la más escandalosa, ya que en aquella época (yo lloraría de nostalgia), los jóvenes escritores abusaban de la libertad de maneras diversas y rebuscadas."
 
 
"Quant à Djuna, c'est par son élégance qu'elle attirait les yeux, une élégance qui ne l'empêchait nullement de jurer, à l'occasion, comme un charretier, de repousser les avances masculines avec une vulgarité déconcertante et de viser les crachoirs à plus de trois mètres avec une diabolique précision.
Djuna était intacte et fruste, disait Natalie Barney, autant que follement élégante, et ces deux mondes s'affrontaient en elle, se juxtaposaient, se défiaient et s'entrelaçaient constamment.
Djuna était baroque.
Son écriture idem, merveille des merveilles.”
Por lo que se refiere a Djuna, era su elegancia lo que atraía las miradas, una elegancia que no la impedía en absoluto jurar, a veces, como un carretero, rechazar las insinuaciones masculinas con una vulgaridad desconcertante y apuntar a las escupideras a más de tres metros con una precisión diabólica.
Djuna era intacta y basta, decía Natalie Barney, tanto como locamente elegante, y esos dos mundos se afrontaban en ella, se yuxtaponían, se desafiaban y se enlazaban constantemente.
Djuna era barroca.
Su escritura ídem, maravilla de las maravillas.”
 
Djuna and Thelma
 
Le malheur est ce que nous cherchons tous, dit le Dr O'Connor dans Le Bois de la nuit.
Djuna trouva-t-elle dans sa relation à Thelma le malheur qu'elle cherchait? Je serais assez portée à le croire.
Le comportement de son amante, en tout cas, la ruina.
Elle se mit à boire avec outrance. A oublier de manger, dormir, d'écrire, à tout oublier excepté son amante. (…) A ne rien faire d'autre que l'attendre et l'attendre. (…)
Ma vie est devenue un enfer, confia-t-elle un soir de désespoir à son ami Robert Mc Almon.”
La desdicha es lo que todos buscamos, dice el Dr. O'Connor en Le Bois de la nuit.
¿Encontró Djuna la desdicha que buscaba en su relación con Thelma? Me inclino a creerlo.
En todo caso, el comportamiento de su amante la quebró.
Empezó a beber en demasía. Se olvido de comer, de dormir, de escribir, de todo aquello que no fuese su amante. (…) A no hacer nada que no fuera esperarla y esperarla.(...)
Mi vida se ha convertido en un infierno, le dice a su amigo Robert Mc Amon una tarde de desesperación."
 
Solita Solano and Djuna Barnes in Paris
 
A dater des années 50, Djuna Barnes vécut claquemurée dans son petit appartement”
Elle mourut définitivement le 18 juin 1982.
Elle avait quatre-vingt-dix ans.
Longévité sur laquelle j'attire l'attention, afin de mettre mon lecteur, bouleversé par l'annonce que je fis des destins tragiques qui frappèrent ces femmes, afin de mettre mon lecteur, disais-je, de bonne humeur et mieux le disposer ainsi en ma faveur.”
A partir de los años 50, Djuna Barnes vivió emparedada en su pequeño piso”.
Murió definitivamente el 18 de junio de 1982.
Tenia entonces noventa años.
Longevidad sobre la cual llamo la atención, a fin de poner al lector, trastornado por el anuncio, que hice, del destino trágico de esas mujeres, a fin de poner al lector, decía, de buen humor y mejor disponerle así en mi favor.”
 
Extraits de "7 femmes", Lydie Salvayre. Traducción: Colette y MAH.

17/09/2013

Pour Julia / Para Julia

Nous avons tous dans notre entourage des jeunes à encourager, à essayer de conseiller, guider.
Ce poème a été écrit par José Agustín Goytisolo pour sa fille et adapté par Paco Ibañez. Il est généreux et sonne mieux en espagnol, c'est clair, mais …

 

Todos tenemos cerca, claro está, unos jóvenes para animar, para intentar de aconsejar, guiar. El texto escrito por José Agustín Goytisolo para su hija y adaptado por Paco Ibañez no tiene pérdida, es generoso, da ánimos.

 

 

 

 

 

 

Paroles pour Julia

 

 
Tu ne peux revenir sur tes pas
car déjà la vie te pousse
comme un cri interminable

Tu te sentiras traquée
Tu te sentiras perdue ou seule
ou voudras-tu ne pas être née

 

Alors toujours souviens-toi
de ce qu'un jour j'écrivis
pensant à toi, comme maintenant.

  

La vie est belle, tu verras
comment, malgré les chagrins
tu auras des amis, de l'amour

 

Un homme seul, une femme
pris comme ça, un à un
c'est de la poussière, ils ne sont rien.

 

D'autres attendent que tu résistes
que ta joie les aide
que ta chanson soit parmi leurs chants.

  

Ne te rends pas, ne t'écarte pas
sur le chemin ne dis jamais
je n'en peux plus, je reste là.

 

Alors toujours souviens-toi
de ce qu'un jour j'écrivis
pensant à toi, comme maintenant.

 

 

(...)

                                 (Trad: Colette)

 Pour écouter Goytisolo réciter son poème entier: ici

 

Para escuchar al poeta recitar su poema entero: aquí

 

 

 

30/07/2013

Foc i fum*

Trois longs jours de fumées, avions et hélicoptères circulant sans répit. 
 
Tres largos días de humos, aviones y helicópteros circulando sin cesar.
 
Au-dessus de chez moi
 
Des hommes et femmes que je trouve héroïques, pilotes ou appartenant à la protection civile, aux pompiers... une mobilisation sans précédent ici. Le nombre d'hectares brûlés l'est également: toute la côte ouest de la Sierra de Tramuntana semble un paysage lunaire, fumant, désolé. 
Hombres y mujeres que considero heroicos, pilotos, miembros de Protección civil, bomberos...un movilización sin precedente aquí. El número de hectáreas quemadas lo es también . Toda la costa oeste de la Sierra de Tramuntana se parece a un paisaje lunar, humeante, desolado.
 
 
Foto: Diario de Navarra
 
 
Enfin, en ce lundi après quatre-heures, le bal des avions a cessé, les habitants du village évacué, Estellencs, peuvent rentrer chez eux.
Il semble que le feu soit dû à un petit malin qui a brûlé quelques branches mortes vendredi dernier. C'est absolument interdit, bien sûr, de plus il faisait 38 degrés et le vent soufflait fort....
 

Por fin, esta tarde de lunes, el baile de los aviones casi ha parado, los habitantes del pueblo desalojado, Estellencs, pueden volver a sus casas.
Parece ser que el fuego es debido a un listillo que quemó rastrojos a pesar de todas las prohibiciones, del calor tremendo y del viento fuerte.
 
 
 
 
Un endroit par où le feu est passé est la Mola de s'Esclop, et à propos d'un endroit précis où se trouve une cabane appelée, la Caseta de n'Aragó, je voulais vous raconter une anecdote de l'Histoire.
Un lugar por el cual pasó el fuego es La Mola de s'Esclop, y, a propósito de un lugar preciso donde se encuentra una cabaña llamada La caseta de n'Aragó, os quería contar una anécdota de la Historia.
 
 
 
Reste de la "maison" de François Aragó
 
 
Vers 1806, le grand scientifique français, originaire de Estagell (catalogne – France) François Aragó décida de compléter les mesures de l'arc méridien terrestre et se rendit à Formentera puis à Mallorca. Il disposait d'un petit voilier dirigé par un patron, un certain Damià. Pour réaliser ses mesures, il campa des mois durant au sommet de la montagne s'Esclop (vous pourrez lire tous les détails ici).
Tandis qu'il effectuait ces travaux, la guerre éclata entre la France et l'Espagne. 1808. Il fut illico pris pour un espion car, pour réaliser un triangle, il communiquait par des feux avec un point de l'île d'Ibiza et un autre à Formentera. Une escadrille partit à sa recherche mais Damià, plus rapide, le prévint et lui apporta vite des vêtements majorquins; c'est ainsi qu'il trompa ses poursuivants en leur répondant en majorquin-catalan et il arriva au château de Bellver où, plus pour sa protection que par punition, il fut enfermé 2 mois. Après il réussit à atteindre Cabrera puis  Alger.
 
                          Mola de s'Esclop 926m.
 
 
Hacia 1806, el gran científico francés, nacido en Estagell (Cataluña francesa) , François Aragó, decidió completar las medidas del arco meridiano terrestre y se fue a Formentera, luego a Mallorca. Disponía de un pequeño velero llevado por un patrón, un tal Damià. Para realizar sus medidas acampó durante meses en lo alto del monte s'Esclop.
Mientrás efectuaba sus medidas, estalló la guerra entre Francia y España. 1808. Fue de inmediato tomado por une espía ya que, para realizar un triángulo, comunicaba mediante fuegos con puntos de Ibiza y Formentera.
Un escuadrón se fue en su búsqueda, pero Damià, más veloz, le avisó y le llevó ropa mallorquina; es así como engañó a sus perseguidores, saludándoles también en mallorquín. Llegó al Castillo de Bellver dónde, más por su seguridad que por castigo, quedó encerrado 2 meses.
Después consiguió huir a Cabrera y de allí a Argel.


* Foc i fum est du catalan, feu et fumée / fuego y humo

26/07/2013

Parlez-moi de la pluie...

(Lo siento amigos, el calor y las siestas...en fin, no he traducido esta entrada al español tratándose de un diccionario de la lluvia en francés....pereza veraniega)
 
 La pluie dans tous ses états...
 
Peut-on imaginer plus plaisante activité quand un soleil cruel fait grimper les températures à 35º que de s'immerger dans Le dictionnaire de la pluie?
Dans l'avant-propos l'auteur, Patrick Boman écrit : “cette pluie vitale qui arrose les champs, nourricière, bien qu'il s'agisse d'un cliché, d'une vérité oubliée, tant la religion du loisir ensoleillé, cette pitoyable héliolâtrie, est devenue totalitaire, cette pluie irrigue également notre imagination...”.
 
Un gros (mais pas lourd) dictionnaire (404 pages), vraiment plaisant à lire, rempli de dictons, tiens, demain, sous le mot Juillet: 25 juillet,
 
Pluie violente à la Saint Christophe
Mène à la catastrophe”
 
Des proverbes aussi: au mot Bretagne, ceci:

« Glav da sul
Glav da lun
Ha glave e-pad ar sizhun »
(Pluie le dimanche / Pluie le lundi / Et pluie toute la semaine).
 
Les saints, processions, rites pour faire pleuvoir, pour arrêter la pluie sont innombrables...,et ce dans le monde entier. L'auteur nous emmène partout. En Chine par exemple, ce rite pour le moins étrange:
 
- En cas de sécheresse , il convenait de brûler en sacrifice des coqs et des porcs de trois ans, de griller au son des tambours la queue de deux vieux verras. À noter que le Ciel n'accepte pas le sacrifice de porcs au groin retroussé, et, de même, refuse de faire pleuvoir dans les narines de visages tournés vers le ciel. (Granet 1959)”
 
« En Nouvelle-Poméranie, lorsqu'il pleut trop, les Sulka, pour faire cesser la pluie, mettent des pierres sur le feu, en prononçant certains mots ; quand elles sont chaudes, on les porte dehors, toujours en prononçant des formules. Les gouttes de pluie, en tombant sur ces pierres, se brûlent, et alors la pluie cesse. »
 
Extremadura, procession:  on a sorti San Isidro pour faire cesser la pluie (2005)
 
On y trouve de nombreuses comptines, voyons, laquelle choisir?
 
Comptine wallonne:
I ploû
Lè beguène sont fou
Lè curè sont resserés.
 
( Il pleut / Les religieuses sont sorties / Les curés sont enfermés.)
 
 
Des poèmes, de jolis Haïkus, dont un de Bashô, dont l'auteur dit: “ ..inégalable, extrait du Manteau de pluie de singe,...” 
 
 
Première averse
Le singe aussi aimerait
Un petit manteau
 
Des peintres bien sûr, prenons Gustave Caillebotte ( 1848- 1894)
Rue de Paris, temps de pluie.
À propos de ce tableau, pseudo- académique par sa facture, très moderne par son sujet (…), la critique de l'époque, venimeuse, relevait que, s'il pleuvait bien, les parapluies étaients secs! (Distel 1994)”
 
 
 
Et puis des chansons, vous en connaissez, Brel, Nougaro, Barbara,....des textes d'auteur: Musset Monsieur le vent et Madame la pluie par exemple.
 
 
Je ne voudrais pas vous ennuyer par trop de longueurs, terminons donc par ceci: au mot Lexique je trouve Lexique flamand. Vous le savez, je suis née dans cette belle partie de la Belgique, et voilà donc ce que ce foisonnant, passionnant dictionnaire nous dit:
 
Dufour (1946) nous donne: regenvlaag pour l'ondée, stortregen pour l'averse, slagregen pour une pluie battante, regenbui pour un grain, blaaskenregen pour une “pluie à bulles””
 
Alors...si jamais vous avez envie de m'envoyer quoi que ce soit de votre région, sur la pluie, j'en serai ravie!
 
 
Référence unique: Dicionnaire de la pluie, Patrick Boman, éditions du Seuil.

09/06/2013

La reconnaissance / El agradecimiento

Une fable, trois versions. 
Aujourd'hui celle d'Esope; viendront ensuite, au cours de la semaine, celles de Samaniego, le fabuliste espagnol, et de Jean de la Fontaine.
Una fábula, tres versiones.  
Hoy la de Esopo; vendrán despúes, a lo largo de la semana, las de Samaniego, el fabulista español, y de Jean de la Fontaine.

 

 

 

Le lion et le rat

 

Ésope

 

 

 

Un lion dormait paisiblement quand un rat vint jouer sur son corps. Le lion s'éveilla et l'attrapa rapidement; le rat sur le point d'être mangé lui demanda grâce, assurant qu’il saurait reconnaître ce bienfait le moment venu. Le lion se mit à rire et le laissa aller.
Or qu’advint-il ? C’est que, peu après, au rat reconnaissant le lion dut à son tour la vie.
Pris par des chasseurs, il fut attaché à un arbre parune corde. Le rat entendit ses gémissements, accourut, rongea la corde tout autour et délivra le lion.
« Tu vois, dit-il, tu te moquais de moi l’autre jour ; tu ne t’attendais pas à être payé de retour. Sache que les rats aussi sont capables de reconnaissance. »

Ne méprise jamais les promesses des petites gens honnêtes. Le moment venu, elles les tiendront.

(version trouvée sur la toile que j'ai un peu adaptée)

 

 
illustration Gustave Doré

 

 

El león y el ratón

 

Esopo

Dormía tranquilamente un león, cuando un ratón empezó a juguetear encima de su cuerpo. Despertó el león y rápidamente atrapó al ratón; y a punto de ser devorado, le pidió éste que le perdonara, prometiéndole pagarle cumplidamente llegado el momento oportuno. El león echó a reir y lo dejó marchar.
Pocos días después unos cazadores apresaron al rey de la selva y le ataron con una cuerda a un frondoso árbol. Pasó por ahí el ratoncillo, quien al oír los lamentos del león, corrió al lugar y royó la cuerda, dejándolo libre.
Días atrás le dijo: te burlaste de mí pensando que nada podría hacer por tí en agradecimiento. Ahora es bueno que sepas que los pequeños ratones somos agradecidos y cumplidos.

Nunca desprecies las promesas de los pequeños honestos. Cuando llegue el momento las cumplirán.

01/06/2013

Un village, une fête / Un pueblo, una feria

Le weekend dernier la fête était dans la rue principale du village. La FIRA, feria en español, foire mais plutôt exposition (avec quelques démonstration) écologique et artisanale. On s'y retrouve tous, enfants, conseil municipal, étrangers (30% des habitants), nonagénaires, musiciens, artistes, tous. 
Et c'est joyeux. Oubliées les rancunes, zizanies, envies...

 

 

 
El fin de semana pasado la fiesta estaba en la calle principal del pueblo. La FIRA, feria en español, ecológica y artesanal. Allí nos encontramos todos, niños, consejeros municipales, extranjeros (30% de la población), nonagenarios, músicos, artistas, todos. Y hay alegría. Olvidados los rencores, las cizañas, las envidias...

Que vous montrer?

¿Qué os puedo enseñar ? 

 

 

 

 
Les “Herbes Mallorquines”, liqueurs fortes à base d'anis et de dizaines de plantes et aux jolies couleurs qui peuvent être “dolces, seques o mesclades”, comprenez: de très sucrées à pas du tout, et il est habituel d'en mettre une goutte dans le café ici après un bon repas...ou à 10 heures du matin.

 

Et puis du salé, du sucré, plaisir des sens et de ne pas devoir cuisiner aujourd'hui.

 

Las « Herbes Mallorquines », licores a base de anís y de decenas de hierbas con bonitos colores que pueden ser “dolces, seques o mesclades”, que se toma a menudo después de una buena comida y/o mezclada con el café a las 10h de la mañana.

 

Y comida salada, dulce, placer de los sentidos y de no tener que cocinar hoy.

 

 

 

 

 

 

Devant cet étal de couteaux locaux, deux anglaises du coin: “This wouldn't be allowed in the UK, too dangerous”, me disent-elles, presque tout est interdit là-bas. C'est du moins l'impression qu'elles ont eue en rentrant chez elles la dernière fois. Elles en achètent chacune un, ravies.

Delante de este puesto de cuchillos, dos inglesas del barrio. “This wouldn't be allowed in the UK, too dangerous”, allí casi todo está prohibido me dicen. Es por lo menos la impresión que tuvieron la última vez que volvieron a su país. Y compran un cuchillo, encantadas.


 

 

Paniers, de superbes tabourets, des plantes pour nos potagers...

 
 
Cestas, taburetes, plantas para nuestras huertas...
 
Terminons en musique: xeremia (cornemuse), ximbomba (sorte de tambour percé d'un trou où l'on fait glisser une baguette), et ocarina sont les instruments habituels. Une groupe de musiciens (dans le nôtre il y avait une femme) en habits traditionnels parcourent la rue de haut en bas, de bas en haut, concentrés, trop sérieux, comme investis d'une mission... divine.
Acabemos en música: xeremias (gaitas), ximbombas (un tipo de tambor agujereado donde se mueve un palo) y ocarinas son los instrumentos habituales. Un grupo de músicos, en el nuestro había una mujer, en ropa tradicional, recorren la calle de arriba a abajo y de abajo a arriba, concentrados, demasiado serios, como investidos de una misión...divina.
 
 
 
 
 
 

IMG_2214.JPG

 
 
Voilà, un billet simple, bon enfant, comme ces deux journées.
Aquí termina esta nota simple, campechana, como esos dos días.

 

 

 

25/05/2013

La pluie ne ment pas / La lluvia no miente


Que les oiseaux ne se perdent pas derrière la mer (Extraits)

Que los pájaros no se pierdan detrás del mar (Extractos)

 

SONIA TIRANTI (Paraguay)

Llueve. En el antes, en la memoria del tiempo, queda escondida.

Ensucia los

pasos; sus pasos. Zurce los labios del viento, para no escuchar.

 

Il pleut. Dans l'avant, dans la mémoire du temps, elle reste cachée. 

 Elle salit les

pas; ses pas. Elle recoud les lèvres du vent, pour ne pas écouter.


  IV
 

Caminé, sobre el barro.

Tanto tiempo,

que el viento

cansado ya de mi respiración,

decidió besarme.

Je marchai, sur la boue.
 
Si longtemps,

que le vent

fatigué de ma respiration,

décida de m'embrasser.


.............


Bien que la pluie ait été ici partiellement évincée par de blancs nuages, voilà un extrait

pluvieux de: "De la pluie" de Martin Page.

ilustracion+lluvia+paraguas+agua+mujer+hombre[1].jpg



Page 15 :


« La pluie confirme mes sentiments. Certains amours ne lui ont pas résisté;

leurs couleurs mal fixées ont été délavées. La pluie agit tel le révélateur du

photographe qui, sous la lumière rouge, porte l’image à la vie. Elle achève la

cristallisation.


Parfois la pluie me permet d’être amoureux sans objet. Un jour, le sang

battant dans les tempes, le coeur tumescent, je révélai ma passion à un ami. Il

medemanda l’identité de ma dulcinée. Je répondis que je ne la connaissais pas

encore. Mais j’étais certain de son existence : la pluie ne ment pas. Pour un

temps, c’est une histoire sans disputes et sans jalousie, mais aussi sans baisers

et sans partage. Cet amour orphelin ne tarde pas à s’incarner. La pluie possède

une vertu prémonitoire; elle annonce la femme que j’aimerai comme le

suestados prévient de l’arrivée d’une tempête.


La pluie tombe comme nous tombons amoureux : en déjouant les prévisions. »


NB:

Le suestados est un vent fort qui souffle sur les côtes d'Amérique du sud et annonçant un cyclone, ai-je lu.


02-big.jpg

                 Manga http://www.anime.com/You_Will_Fall_in_Love/
 

Aunque la lluvia haya parcialmente desaparecido, os he traducido dos

extractos, llenos de originalidad, de un libro de Martin Page:

 

De la lluvia

 

La lluvia confirma mis sentimientos. Algunos amores no le han resistido;

sus colores mal fijados se han aguado. La lluvia actúa tal el revelador del

fotógrafo que, bajo la luz roja, lleva la imagen a la vida. Termina la

cristalización.

A veces la lluvia me permite estar enamorado sin sujeto. Un día,

la sangre golpeando las sienes, el corazón henchido, desvelé mi pasión a

un amigo.Me preguntó el nombre de mi dulcinea. Le contesté que todavía

no lo conocía. Pero que estaba seguro de su existencia: la lluvia no miente.

Por un tiempo, es una historia sin peleas y sin celos, pero también sin

besos ni intercambio.

Ese amor huérfano no tarda en encarnarse. La lluvia posee une virtud

premonitoria; anuncia la mujer que querré como el suestados” avisa de

la llegada de una tempestad.

La lluvia cae como nos enamoramos: burlándose de las previsiones.”

(Trad: Colette)


 

09/12/2012

Infimes plaisirs / Placeres ínfimos

 

L'écrivain, essayiste, poète et chroniqueur de El País, Manuel Vicent s'est joint cette semaine, à sa manière, à une partie des juges, des médecins, des professeurs et de tant d'autres pour essayer d'apporter un peu d'espoir, de bien être à leurs contemporains.

El escritor, ensayista, poeta y cronista de El País, Manuel Vicent se unió esta semana, a su manera, a una parte de los jueces, médicos, profesores y tantos más para intentar aportar un poco de esperanza, de bienestar a sus contemporáneos.

 

Je vous ai traduit cette chronique datée du 2 décembre 2012.

 

Ça ne peut pas nous faire de mal.

 

Una solución

 

Manuel Vicent 2 DIC 2012 – El PAÍS

 

Un jour dans le bar Gijón j'ai surpris un poète maudit, plongé dans ses pensées. Je lui ai demandé si la gravité de son visage se devait à l'élaboration d'un vers brillant. “C'est ça”, m'a-t-il répondu. “En ce moment je me débats dans un doute: me tirer un coup de revolver dans la bouche ou manger une glace à la fraise”.

 Au monastère de Kopan, dans la vallée de Katmandu, un Maître Vénerable m'a dit: si tu veux savoir jusqu'à quel point tu es heureux et tu ne le sais pas, achète-toi un carnet et écris chaque nuit cinq petits faits agréables qui te sont arrivés pendant la journée. Ne note que les sensations plaisantes et insignifiantes, les joies infimes, pas les rêves démesurés.

 Ce matin le soleil à la fenêtre m'a éveillé et j'ai remarqué que cette fois je n'avais pas mal au dos. Le chien m'a salué de la queue. Le patron du bar, où j'ai l'habitude de petit déjuener en lisant le journal, a refusé de me faire payer la ration de churros. J'ai lu la chronique sportive: hier mon équipe a gagné. L'autobus est arrivé à l'heure et à l'arrêt les mots d'amour d'une mère à sa petite fille qui partait à l'école m'ont ému. (…)


Le Vénérable Maître assura qu'après un temps se formerait dans ce carnet un tissu basique d'actes heureux, de subtils plaisirs éphémères, très consistant, qui, sans que nous nous en rendions compte, soutient fermement toute notre vie et résout au passage le doute du poète.

 Pour le moment il suffira pour éviter qu'il ne se suicide.

Il se peut que ce ne soit que cette charlatanerie qui se répand tandis que brûlent les traditionnels bâtons de musc et encens et que cela ne serve qu'à oublier la terrible et injuste cruauté qui nous entoure.

 Mais le Vénérable Maître, au milieu de cet air transparent qui descendait de l'Himalaya, dit que de toutes les flèches funestes que la vie nous lance quasi aucune n'atteint son but. Elles tombent autour de nous et c'est nous qui les arrachons du sol et nous les clouons dans le coeur, l' esprit, ou dans le sexe. Peut-être cet enseignement pourrait-il servir au poète pour enfiler un de ses vers les plus éminents: paraît le soleil, je suis vivant.

(Trad: Colette)

 


          
Foto Colette, Fondation Miró                                                            Foto Colette

 Un día en el café Gijón sorprendí a un poeta maldito, absorto en sus pensamientos. Le pregunté si la gravedad de su rostro obedecía a que estaba elaborando algún verso insigne. “Así es”, me contestó. “En este momento me debato en la duda de pegarme un tiro en la boca o tomarme un helado de fresa”.

En el monasterio de Kopan, en el valle de Katmandú, me dijo un Maestro Venerable: si quieres saber hasta qué punto eres feliz y no lo sabes, cómprate una libreta y apunta en ella cada noche cinco pequeños hechos agradables que te hayan sucedido durante el día. Anota solo las sensaciones placenteras insignificantes, las alegrías ínfimas, no los sueños desmesurados.

Esta mañana me ha despertado el sol en la ventana y he comprobado que esta vez no me dolía la espalda. El perro me ha saludado con el rabo. El dueño del bar, donde suelo desayunar hojeando el periódico, hoy se ha negado a cobrarme la ración de churros. He leído la crónica deportiva: ayer ganó mi equipo. El autobús ha llegado puntual y en la parada me han conmovido las palabras de amor que una madre le dirigía a su niña que se iba al colegio. (...)

El Maestro Venerable aseguró que después de un tiempo en esa libreta se habrá formado un tejido básico de actos felices, de sutiles placeres efímeros, muy consistente, que sin darnos cuenta sustenta firmemente toda nuestra vida y de paso resuelve la duda del poeta.

 De momento bastará con un helado para evitar que se pegue un tiro.

 Puede que esto no sea más que esa charlatanería que se expande mientras arden las consabidas barritas de almizcle e incienso y que solo sirve para olvidar la terrible crueldad e injusticia que nos rodea.

 Pero el Maestro Venerable, en medio de aquel aire transparente que bajaba del Himalaya, dijo que todas las flechas aciagas que la vida nos lanza casi ninguna da en el blanco. Caen a nuestro alrededor y somos nosotros los que las arrancamos del suelo y nos las clavamos en el corazón, en la mente o en el sexo. Tal vez esta enseñanza podría servir al poeta para enhebrar uno de sus versos más excelsos: sale el sol, estoy vivo.

{Écrivain prolixe, très peu de ses romans sont traduits en français, mais parmi eux La Balade de Caïn: basé sur le vieux thème du fratricide qui imprègne la culture judéo-chrétienne, et depuis la Genèse jusqu'à New York, c'est un roman sensuel, lyrique et sensible. La recherche des mots et du style, si neuf, – on a parlé de “poète de la prose” - rendent sa lecture délicieuse. }

 

{Escritor muy prolijo, me encantó la novela La Balada de Caín; basada en el viejo tema del fratricidio que impregna la cultura judeocristiana, y eso desde la Génesis hasta Nueva York, es una novela sensual, lírica y sensible. La búsqueda de palabras y de un estilo tan nuevo – se habló de un “poeta de la prosa” - hacen su lectura deliciosa.}

 

25/11/2012

Couseuses / Costureras

botero costureras.jpg

                                             
Emilio Botero: Costureras

 

Últimamente me persigue la costura, o mejor dicho, las costureras. Después de haber leido « Los hilos del corazón « de Carole Martínez  en el cual la protagonista es un artista de la aguja (a leer, absolutamente), en la novela « El lector de Julio Vernes » de Almudenas Grandes se habla de hijos de Guardias Civiles, siempre vestidos de verde : sus madres les cortaban y cosían la ropa en los uniformes gastados de sus padres. M, cuyo padre estaba en la aviación, me cuenta que él, por el mismo motivo de la post-guerra, siempre iba vestido de azul...

Los trastornados ambientes actuales que nos hacen volver a nuestras agujas me han decidido ha dedicar unas lineas a las costureras.

Por todo, costuras del alma, también.

 

Dernièrement la couture me poursuit, ou plutôt les couseuses. Après la lecture de “Coeur cousu” de Carole Martínez où la protagoniste est une artiste de l'aiguille, dans le roman « Le lecteur de Jules Vernes » (pas encore traduit en français mais ce ne saurait tarder) d'Almudena Grandes, situé juste après la guerre civile dans un village andalous, il est fait état des enfants de Gardes Civiles, toujours habillés de vert : leurs mères leur coupaient et cousaient des habits dans les uniformes usés de leurs pères. M. dont le père était dans l'aviation, me dit que lui était toujours, et pour la même raison, vêtu de bleu...Finalement ce sont les bouleversements ambiants actuels qui nous font retourner à nos aiguilles qui m'ont décidée.

Et partout, des coutures de l'âme, aussi.

                                  

Les femmes et la couture est une longue histoire, où elles ont eu le plus souvent le rôle secondaire de « petites mains » puis, une fois le XIXºs et les machines à coudre commercialisées, elles sont devenues elles-mêmes des machines, ou presque.

C'est surtout en peinture que l'on trouve des portraits de ces femmes, magnifiées, vous en connaissez sûrement plus d'une ; nombreux sont les artistes de tous pays qui en ont fait le sujet d'un tableau. J'ai privilégié la peinture espagnole ou de pays hispanophones mais pas uniquement.

Des couseuses, brodeuses, le plus souvent solitaires.

Las mujeres y la costura es una larga historia donde ellas han tenido, la mayor parte del tiempo, un papel secundario. Una vez el siglo XIX y la comercialización de las máquinas de coser, las mujeres se convirtieron ellas mismas en máquinas, o poco menos.

Se encuentran en pintura muchos retratos de esas mujeres, magnificadas. Seguro que más de una os viene a la memoria ; numerosos artistas de todos los países han hecho de ellas el tema de un cuadro. He privilegiado la pintura española o de países hispanófonos, pero no unicamente.

Costureras, bordadoras, solitarias en su mayor parte.



La toile la plus connue ici est celle-ci de Velázquez. C'est un tableau inachevé (regardez la partie de son bras droit) et il pourrait s'agir de sa femme, sa fille...mais peu importe.

Aquí la más conocida es la de Velazquez. Es un cuadro inacabado (mirad la parte de su brazo derecho) y podría tratarse de su mujer, de su hija...poco importa.

 

velazquez-la-costurera.jpg



Muy diferentes son los cuadros siguientes donde el decorado es tan importante como el modelo; una bonita luz, indispensable para realizar los trabajos de aguja...y las pinturas. Escenas intimistas, apacibles. Las damas, solas, el trabajo extendido sobre sus faldas, los ojos fijados en su obra. Un decorado algo similar, cortinas y hojas de árboles.

 

Fort différents sont les deux tableaux suivants où le décor est aussi

important que le modèle; une belle lumière, indispensable pour réaliser les

travaux d'aiguille...et les toiles. Scènes intimistes, paisibles. Les dames,

seules, le travail étalé sur leurs jupes, les yeux fixés sur leur ouvrage. Un

décor un peu similaire, rideaux et feuilles d'arbres.

 

 

Manuel Gómez-Moreno González 1873

Salvador Tuset: Valencia 1883

18/11/2012

Cuba III et / y fin

Ce dernier billet sur les Cubains est un pêle-mêle de lectures, musiques, photos, poèmes qui ont croisé mon chemin, dont j'ai retenu le nom, la voix, l'image. Que j'ai beaucoup aimés.
Esta última página sobre los Cubanos es una mezcla de lecturas, músicas, poemas que han cruzado mi camino y cuyos nombres, voces, imágenes han quedado en mi memoria. Que me han gustado mucho.

                                                                        Foto: José Julián Martí
 
Parmi les films il y a évidemment “Buena vista social club” 1998, à voir et revoir.
Dans un tout autre genre, “Fresa y chocolate” 1994. Un film culte et délicat, politique et humain, la relation entre deux hommes sur base du communisme et de l'homosexualité-amitié. Vous pouvez le voir en entier en espagnol avec sous-titres anglais ici.
Comment ne pas citer le film “Guantanamera”? Ici, une vieille histoire d'amour et le transport d'un cercueil du nord au sud de l'île donnent lieu à une critique, souvent hilarante, du système cubain.
Pour découvrir des musiques cubaines contemporaines, un film plus récent, 2005, "Habana blues". Excellent aussi. À voir/écouter ici
Entre las películas hay, claro está, "Buena vista social club” 1998, para ver una y otra vez.
En un estilo totalmente distinto, “Fresa y chocolate” 1994. Una película culta y delicada, política y humana, la relación entre dos hombres con los temas del comunismo y de la homosexualidad-amistad. Se puede ver entero aquí.
¿Cómo no mencionar la peli “Guantanamera”? Aquí, una vieja historia de amor y el trasporte de un ataúd del norte al sur de la isla dan lugar a un crítica a menudo hilarante, del sistema cubano.
Para descubrir músicas cubanas contemporáneas, una película más reciente, 2005, Habana Blues. Aquí.
Excelente.
 
Dans le groupe “Buena vista social club”il y a deux chanteurs qui m'émeuvent particulièrement: Omara Portuondo, la diva du groupe, et Ibrahim Ferrer Planas, un homme timide et talentueux. J'ai choisi, pour la simplicité et l'émotion, ce duo d'une chanson si connue”Quizás, quizás, quizás”. Peut-être, peut-être vous donnera-t-elle, comme à moi, la chair de poule.


En el grupo “Buena vista social club” hay dos cantantes que me conmueven especialmente: Omara Portuondo, la diva del grupo, e Ibrahim Ferrer Planas, un hombre tímido y talentuoso. Elegí, por la simplicidad y la emoción, este dúo del tan conocido “Quizás, quizás, quizás”. Me pone la carne de gallina.


J'aimerais vous recommander des romans, mais à part 3 auteurs que je connais bien, ma libraire me l'a confirmé, la diffusion n'est pas trop bonne et puis j'ignore ceux qui sont traduits en français. Mais lisez ce monument qu'est “Le siècle des lumières” d'Alejo Carpentier. Roman historique passionnant, la Révolution française, les Caraïbes. Il existe en livre de poche et en voici déjà un court passage.
 
 






















Me gustaría recomendaros unas novelas. La difusión no es muy buena me dice la librera, así que solo os animo a leer “El siglo de las luces” de Alejo Carpentier, una novela histórica apasionante, la Revolución Francesa, el Caribe.


  Terminons avec un poème érotique de Zoé Valdés. Elle, vous la connaissez, non? Elle vit à Paris, ses romans sont traduits.
  Acabemos con un poema erótico de Zoé Valdés. ¿La conocéis, verdad? Vive en Paris.
 
GRANDIT

Grandit le rêve
tu t'es transformé en arbre
des branches coule du miel.
Grandit le silence
le poème est la nuit
qui t'offre un portail.
Grandit la pluie
je me mouille à peine
dans ton corps.
Grandit la lumière
tu es son reflet
sur ma robe.
Grandit la respiration
et nous voltigeons nus
dans l'ombre.
(Trad: Colette)
 

CRECE

Crece el sueño
te has convertido en árbol
de las ramas gotea miel.
Crece el silencio
el poema es la noche
que te brinda un portal.
Crece la lluvia
apenas me mojo
dentro de tu cuerpo.
Crece la luz
tú eres su reflejo
sobre mi vestido.
Crece la respiración
y nos volteamos desnudos
en la sombra.

04/11/2012

Quelques semaines à Cuba / Unas semanas en Cuba

L'annonce n'a pas fait la Une des journaux mais n'en est pas moins d'une grande importance pour les Cubains: à partir du 14 janvier 2013 le permis de sortie de l'île, connu aussi comme “la carte blanche”, disparaîtra (avec quelques restrictions pour certains groupes non précisés).
Cuba, une longue histoire de colonisations, d'esclavagisme, de corruption et prostitution, de révolutions et de blocus... Mais aussi de musiques et couleurs, d'exils et de poèmes, d'artistes de tout genre. À découvrir pour beaucoup.
Je vous propose quelques billets variés, et pour commencer mettons-nous dans l'ambiance, música maestro!
 
La noticia no ha hecho la portada de los periódicos pero no por eso no tiene una gran importancia para los cubanos: a partir del 14 de enero 2013 el permiso para salir de la isla,“la carta blanca”, desaparecerá (con algunas restricciones para ciertos grupos sin determinar).
Cuba es una larga historia de colonizaciones, de esclavitud,de corrupción y de prostitución, de revoluciones y de bloqueo... También de música y de colores, de exilios y de poemas, de artistas diversos. Para muchos será un descubrimiento.
Os propongo algunos escritos variados, y para comenzar ambientémonos, ¡música maestro!



Quelques cartes postales des années 1900-1950
Algunas postales antiguas.
 
 
 
 
 
 
 
Terminons aujourd’hui avec un poème de Lourdes Casal.
Terminemos por hoy con un poema de Lourdes Casal.
 
 
Columbia. Sorbona. (primavera 1968)
 
 
Soyons superbes,
insolents
maintenant!

Soyons impatients
intransigeants,
intolérants,
maintenant!

En ces jours
où nous pouvons encore
nous lancer vers le futur
sans pesants lests aux chevilles,
sans ventres trop arrondis,
ou patine dorée sur les cils,
car seul celui qui ne respecte pas la réalité
peut la changer.

La réalité est comme une vieille prostituée,
qu'il faut connaître et payer à son prix
pour l'avoir pour ce qu'elle est,
et l'écarter quand arrive le moment,
ou la reconstruire et en faire une princesse en imagination
et peut-être, miracle!, en faire une vraie princesse.

Voici le moment d'être audacieux.
Après un certain âge,
tout devient pornographique.
(Trad: Colette)
 
Seamos soberbios,
insolentes
¡ahora!
 
 
Seamos impacientes
intransigentes,
intolerantes,
¡ahora!
 
 
En estos días
en que aun podemos
lanzarnos hacia el futuro
sin pesados lastres en los tobillos
sin vientres demasiado abombados,
o la pátina de oro sobre las pestañas,
pues sólo el que no respeta la realidad
puede cambiarla.
 
La realidad es como un vieja prostituta,
a la hay que conocer y pagar su precio
pero tenerla por lo que es,
y desecharla cuando llegue el momento,
o reconstruirla y hacerla princesa con la imaginación
y hasta quizás ¡milagro!, hacerla princesa de veras.
 
Este es el tiempo de ser osados.
Después de cierta edad,
todo se vuelve pornográfico.
 
Postcards: