24/01/2016

Entre eux / Entre ellos

 

Bonne journée!
 
¡Qué tengáis un buen día!
 
 
Photo Colette, Nord de Mallorca
 

 

 
Le mur
il ne sait rien de la mer

La mer
elle ne sait rien du mur

Entre eux
le va-et-vient du vent
 
La pared
no sabe nada del mar

El mar
no sabe nada de la pared

Entre ellos
el vaivén del viento

(Trad, Colette) 
 
extrait de Komboloï, Werner Lambersy

28/11/2015

Une peintre d'ici / Una pintora de aquí

Une découverte qui m'a enchantée....la peinture de Pilar Montaner

Un descubrimiento que me ha encantado: la pintura de Pilar Montaner


Les milliers de visiteurs qui se rendent à Valldemossa chaque année, attirés par la beauté du paysage mais surtout par l'énorme tam-tam fait autour du court séjour que firent Chopin et Georges Sand à la Chartreuse , ignorent souvent que le Palais du Roi Sancho qui y est accolé fut fin 19º-début 20º un bouillonnant centre culturel et artistique grâce à la fortune et au mécénat de l'avocat et intellectuel Juan Sureda Bimet, et de son épouse, la peintre Pilar Montaner.

Cada año los miles de visitantes que van a Valldemossa atraídos por la belleza del paisaje pero sobre todo por el enorme tam-tam hecho alrededor de la corta estancia en la Cartuja de Chopin y Georges Sand, ignoran, con frecuencia, que el Palacio del Rey Sancho, pegado a la misma, fue al final del siglo XIX, principios del XX un palpitante centro cultural y artístico gracias a la fortuna y al mecenazgo del abogado e intelectual Juan Sureda Bimet y de su esposa, la pintora Pilar Muntaner.
Ninas collint ginesta

Elvira en el jardín de Valldemossa

Née le 13 avril 1876 dans une famille majorquine aisée Pilar perd jeune sa mère et son père l'envoie dans un internat à Madrid. Elle y apprend les premières notions de dessin et peinture.
Mais c'est en 1896 que sa vie bascule quand elle se marie avec Juan Sureda: il vient d'hériter d'une des plus grosses fortunes de l'île et possède, de par sa famille, le Palais du Roi Sancho. 
 
Nacida el 13 de abril de 1876 en una familia acomodada pierde, siendo joven, a su madre y es enviada, por su padre, a un internado en Madrid donde aprende los principios del dibujo y la pintura.
Pero su vida bascula en 1896 cuando se casa con Juan Sureda que acaba de heredar una de las mayores fortunas de la isla y posee el Palacio del Rey Sancho.
Esperant els novis (attendant les fiancés)


Encouragée par son mari, Pilar passe par différents studios de peinture, d'abord dans le style romantique et paysagiste, puis, vers 1901, 1904 par celui du talentueux Sorolla. Elle peint alors des portraits, des scènes de la vie et ses tableaux prennent un air impressionniste.
Animada por su marido, Pilar pasa, primero, por diversos estudios de pintura de estilo romántico y paisajístico, luego, hacia 1901-1904 por el del talentoso Sorolla. Pinta entonces retratos, escenas de la vida y sus cuadros toman un aire impresionista.
 
Catedral de Palma
 


Retrato de Unamuno 1916
Madó Calafata, 1899


Entre temps au Palais du Roi Sancho sont invités  de nombreux intellectuels, poètes, peintres tels que Rúben Darío, Unamuno, Azorín ou Santiago Rusiñol, John Singer Sargent, Joaquín Sorolla, Anglada Camarasa pour n'en nommer que quelques uns.
Entre temps aussi elle peint énormément et a ...11 enfants! Elle voyage, expose, est l'égérie de ses invités qui lui dédient des poèmes, des écrits, des œuvres.
 
Mientras tanto en el Palacio del Rey Sancho son invitados numerosos intelectuales, poetas, pintores. Entre ellos podemos nombrar Rúben Darío, Unamuno, Azorin, Santiago Rusiñol, John Singer Sargent, Joaquín Sorolla, Anglada Camarasa...
Además pinta sin parar y tiene... ¡11 hijos! Viaja, expone y es la musa de sus invitados los cuales la dedican poemas, escritos, cuadros.


Retrato de sa hija Elvira 1919
 
 
 
Les meilleures choses ont une fin et à partir de 1915 la vie insouciante, faite de fêtes et de voyages commence à couler à pic. Folles dépenses et mauvaise gestion de l'héritage. Pilar en souffre d'autant plus que certains de ses enfants, dont sa fille aînée, ont les premiers symptômes de la tuberculose.
Elle se lance alors dans une série de peintures, fortes et surréalistes, de vieux troncs d'olivier, tourmentés, douloureux.
En 1927 ils perdent leur palais et à partir de ce moment elle arrêtera de peindre. Elle mourût en 1961.

Las mejores cosas tienen un fin y a partir de 1915 la vida despreocupada hecha de fiestas y viajes toca a su fin debido a los enormes gastos y a la mala gestión de la herencia. Pilar sufre tanto más cuanto que algunos de sus hijos, entre otros su hija primogénita, tienen los primeros síntomas de la tuberculosis.
Comienza entonces una serie de cuadros fuertes y surrealistas: viejos troncos de olivos, atormentados, dolorosos.
En 1927 pierden el palacio y a partir de entonces cesa la pintura. Muere en 1961.


Danza 1919





 
 
Dolor Humano 1921  

Obras encontradas principalmente aquí http://pilar-montaner.blogspot.com.es/2011/07/cataleg.html
 

22/11/2015

La route de l'argile / La ruta del barro / La ruta del fang

Une matinée à ne pas oublier, un de ces jours, rares, où tout est parfait. Température agréable, doux soleil, une fidèle amie et une excursion dans un village du centre de l'île où la terre est rouge, argileuse, et qui a une longue tradition de poterie; depuis le XVIIº.
Pòrtol


 

 

Una mañana para no olvidar, uno de esos días, raros, donde todo es perfecto.
Temperatura agradable, sol suave, una fiel amiga y una excursión en un pueblecito del centro de la isla donde la tierra es roja, arcillosa, y que tiene una larga tradición de alfarería, desde el siglo XVII.
Pòrtol.
 
 
Les neuf artisans dispersés dans ce petit village se sont unis en 2006 dans une association pour préserver le métier. La “Route de la terre cuite” est bien indiquée.
Partout nous étions seules avec eux, avantage de l'hors-saison, et c'est avec grande bonhomie et gentillesse qu'ils nous ont montré leurs ateliers, les nouvelles créations.
Une fois par an ils organisent une foire dans le plus village d'à côté, Marratxí, et l'affluence y est grande. Écoles, touristes, locaux...coloré et animé.
 
 
Peu de mots, des photos aujourd'hui.
 
 

 

Photo Colette, au tour.


Los nueve artesanos dispersados en ese pequeño pueblo se han unido en 2006 en una asociación para preservar el oficio. La “Ruta del barro” está bien indicada.
En cada sitio estábamos solas con ellos, ventajas de “fuera de temporada”, y es con gran simplicidad y gentileza que nos enseñaron sus talleres, las nuevas creaciones.
Una vez al año organizan una feria en un pueblo cercano: Marratxí. Esos días la afluencia es grande. Escuelas, turistas, locales...vistoso y animado.
 
Pocas palabras hoy, unas fotos.
 
 
 
Photo Colette, l'artisane réalise des mélanges de couleurs
Photo Colette, séchage des pièces

 

Photo Colette

 

 

 

15/11/2015

Un fil de lumière doré / Un dorado hilo de luz

 
 
Aujourd'hui un poème du Majorquin Jaume Mesquida, né à Palma de Mallorca (1948) mais qui a toujours vécu à Manacor (patrie de Rafael Nadal aussi).  
 Il raconte bien l'immense amour des majorquins pour la nature, le vent, la mer, leur île.
Dans le recueil dont j'ai déjà parlé, “Majorque, l'île aux poètes”, il se trouve en Catalan, mais aussi traduit en Espagnol et en Français.
 
Je n'ai pas résisté à l'envie d'en faire une traduction très personnelle;-))
 

Obole de silence I
 
La nuit battit en retraite et laissa intacte la couleur
rouge des cerises.
L'ombre resta prisonnière dans la jarre de terre.
Le vent cacha le murmure odorant de la forêt dans la flûte
que soutenaient, alanguies, des mains blanches.

Mille petits éclats de lune étaient restés accrochés aux branches odorantes
du citronnier.
Dans les branches de l'oranger, devant le porche de bois,
se prirent les mille grains vermeils du soleil
qui approcha timidement les lèvres au bord ébréché
de la cruche, pour boire à satiété.
Les yeux des maisons s'étaient ouverts et regardaient surpris
l'azur si pur de ce jour ensoleillé.

De bon matin les vieilles se sont installées devant la mer
tissant un souvenir sur le métier rougi de leur sang,
tandis que le jour, d'un fil de lumière doré, cousait un tablier
d'écume à la brise des hautes falaises.
Là le vent du sel soufflait dans leurs cheveux gris,
longs et lisses
et les petites fleurs jaunes insulaires de camomille
réunies en bouquets sauvages et odorants
par les poings âpres des rochers.

Chacune trouvait très facilement son aiguille de douleur
dans le pailler de la tristesse.


(Trad Colette)


 
Traducción al español por el mismo Jaume Mesquida.
Clic sur les textes catalans et espagnols pour agrandir

10/10/2015

Balade d'automne / Paseo otoñal

Dimanche dernier soufflait un vent doux et chaud, comme une caresse sur les bras nus.
El domingo pasado soplaba un viento dulce y cálido, parecido a una caricia en los brazos desnudos.

 


Tiens, il fait à nouveau chaud? Je ne suis pas très calée en saints, mais il paraît que c'est "le petit été de Saint Michel".
Anda, ¿otra vez hace calor? No estoy muy puesta en los santos, pero parece que es "el veranillo de san Miguel".
La ciel est couleur crème, un peu de bleu par moments, une balade dans les sous-bois se décide: les arbouses sont-elles mûres? L'Erica en fleur? En route pour la zone de Galilea, Capdellá, Calvià.


El cielo es de color crema, algo azul a ratos, decidimos dar un paseo por el sotobosque: ¿están maduros los madroños? ¿La Erica en flor?. Carretera hacia la zona de Galilea, Capdellá, Calviá.

 

Sur la route cette sculpture, fragile. En la carretera esta frágil escultura.

 

(clic pour agrandir)

 

A un tournant surgit une belle plante d'Erica, mais plus loin c'est tout le flanc de la montagne qui en est couvert.
En una curva aparece una bella planta de Erica, pero más allá es toda la ladera de la montaña que está cubierta.

 

Erica

 



 

Voilà les arbouses, pas encore rouges, les oiseaux en feront bientôt leur déjeuner; ne pas en abuser, ils contiennent de l'alcool...!
Por fin unos madroños todavía verdes, pero pronto los pájaros los convertirán en almuerzo; no hay que abusar, contienen alcohol...!

 

 

Madroño / Arbousier

 



Encore de quoi faire un festin, un lentisque.
Otro festín, un lentisco.

 

 
Lentisco

 


Dans la plaine, l'arbre qui attire le plus mon attention est le caroubier.
Un arbre généreux aux feuilles d'un beau vert et joliment découpées. Les troncs les plus anciens ont souvent des formes extraordinaires, et les fruits employés pour l’alimentation du bétail, mais aussi pour faire un chocolat délicieux, pas gras du tout (contrairement au cacao), des farines sans gluten, et autres.

En el llano, el árbol que más me llama la atención es el algarrobo.
Un árbol generoso con hojas de un bonito verde y finamente dibujadas. Los troncos antiguos tienen a menudo unas formas extraordinarias y los frutos, empleados en la alimentación del ganado pero también para hacer un delicioso chocolate, nada grasiento (la contrario del cacao), harinas sin gluten y multiples usos más.

 

Algarrobo / Caroubier

 

 

 

Le Galatzó vu de Capdellà

 


Avant de reprendre la route qui mène à Calvià, je traîne encore un moment. Ce peut sembler un peu "simplet" mais je me sens en harmonie avec ces sous-bois, cette nature sauvage. Peut-être, comme disait Nietzsche, est-ce parce qu'elle n'a pas d'opinion sur moi/nous....

Antes de retomar la carreta hacia Calviá, me demoro un poco más. Puede parecer un poco "simplote" pero me siento en armonía con el sotobosque, esa naturaleza salvaje. Tal vez, como decía Nietzsche, es porque ella no tiene opinión sobre mí/nosotros...

 

Algarrobo / caroubier

29/08/2015

Repasser / planchar

 

Repasser; relaxant pour certain(e)s, corvée pour d'autres.
 
En regardant de près les objets de la salle consacrée au linge à La Granja (clic)(ancienne maison majorquine, autosuffisante; un lieu magique, l'eau y coule de partout et est très joliment aménagé pour les visites), je me disais que nos fers à vapeur sont une vraie bénédiction.

 

 

La Granja,une vue

 

 

 

Fers et un repasse-cravates intéressant/ Un interesante "planchador de corbatas"

 

Planchar; relajante para uno(a)s, incordio para otro(a)s.

 Examinando atentamente los objetos de la sala dedicada a la lencería en La Granja(clic) (antigua casa mallorquina, autosuficiente; un lugar mágico, corre agua por todos los lados, y habilitada de forma muy agradable para las visitas), pensé que nuestras planchas de vapor eran una verdadera bendición.

 

Pour des plis parfaits / Para unas rayas perfectas  

 

 

Ce que j'ignorais c'est l'existence d'une Ode de Pablo Neruda à ce sujet!

 Lo que ignoraba es la existencia de una Oda de Pablo Neruda sobre este tema!

 

 Ode pour repasser



La poésie est blanche:
elle sort de l'eau enveloppée de gouttes,
elle se chiffonne, et s’amoncelle,
il faut étendre la peau de cette planète,
il faut repasser la mer de sa blancheur
et vont et vont les mains,
les surfaces sacrées se lissent
et ainsi se font les choses:
chaque jour les mains font le monde,
le feu s'unit à l'acier,
arrivent le lin, la toile et le calicot
du combat des blanchisseries
et de la lumière naît une colombe:
la pureté renaît de l'écume.
 
Pablo Neruda

(trad:Colette)
 
ODA PARA PLANCHAR

La poesía es blanca:
sale del agua envuelta en gotas,
se arruga, y se amontona,
hay que extender la piel de este planeta,
hay que planchar el mar de su blancura
y van y van las manos,
se alisan las sagradas superficies
y así se hacen las cosas:
las manos hacen cada día el mundo,
se une el fuego al acero,
llegan el lino, el lienzo y el tocuyo
del combate de las lavanderías
y nace de la luz una paloma:
la castidad regresa de la espuma.
 

 

P. Neruda

 

28/05/2015

Symbiose / Simbiosis

champ d'ail
Champ d'ail égayé / Campo de ajos alegrado  
 

 

Un vrai plaisir pour la vue ce matin.


Qué placer para la vista esta mañana.

12/04/2015

Les mains au vert / Las manos en lo verde

Occupée à explorer les espaces, souvent lointains,  j'en perds parfois  de vue les instants sur ce blog.
Ocupada en la exploración de los espacios, a menudo lejanos, a veces pierdo de vista los instantes en este blog.

Mes instants sont verts en ce moment.

Mis instantes en este momento son verdes.

Un panier et un sécateur à la main, je décide une après-midi de faire la récolte du sauvage et cultivé sur notre terrain.
Una cesta y unas tijeras de podar en las manos, decido, una tarde, cosechar lo salvaje y lo cultivado en nuestro terreno.

Si señor Colo s'occupe du potager, je suis en charge de la cuisine, des conserves.

Si el señor Colo se ocupa de la huerta, yo me encargo de la cocina, de las conservas.
 
 
esparragos verdes mallorca

L'hiver est pépère, voyons ce qu'il y a en ce début de printemps: d'abord, je le sais car tous les majorquins en cueillent le long des routes, les minces asperges vertes sauvages dont le feuillage pique fort, puis les jeunes artichauts remplis de fourmis...que font-elles là?
Je me dirige ensuite vers le champ de fèves des marais: en ce moment elles sont fines et la cosse parsemée de petits grains pas encore très développés est délicieuse. On mange le tout.
Ne pas oublier au passage quelques oignons frais, l'ail est encore vert, celui de l'an dernier fera l'affaire...des brins de romarin, du laurier frais, de la sauge et puis un sac de bettes.
Quelques fleurs et retour en cuisine.

verduras primavera mallorca 
 
El invierno es tranquilo; veamos que nos aporta este principio de primavera: para empezar – lo sé ya que los mallorquines los colectan a lo largo de las carreteras y de los caminos – los delgados espárragos trigueros salvajes verdes con su follaje picante, luego las alcachofas llenas de hormigas...¿qué hacen ahí?
Me dirijo ahora hacia el campo de habas: en este momento son finas y las vainas salpicadas de granos poco desarrollados son deliciosas. Se come todo.
Sin olvidarse al pasar de las cebollas tiernas, algunas briznas de romero, laurel fresco, un poco de salvia y una bolsa de acelgas.
Algunas flores y de vuelta en la cocina.
 

Ambiance: mettre de la musique. France inter, toujours en grève, fera l'affaire le temps de nettoyer tous ces légumes " Mon pire ennemi, celui que je vois dans la glace.." chante Alain Chamfort. Le mien en ce moment sont les limaçons logés dans les feuilles de bettes!
Suivi de "Ton baiser mousse...Plus je t'embrasse, plus j'aime t'embrasser..." Mmmm
 
potaje verduras Colo


Dans une grande casserole en terre cuite, je fais revenir dans de l' huile d’olive oignons, ail, fèves et artichauts, des herbes, un petit poivrons piquant, du sel. Puis ce sera le tour des mini asperges.
Je recouvre le tout d'eau et ajoute un pot de haricots blancs précuits.
Mijotons.

En una cazuela grande de barro, hago un sofrito con aceite de oliva, cebollas, ajo, habas y alcachofas, hierbas, una guindilla, sal. Luego habrá que añadir los espárragos trigueros. Recubro con agua y añado un bote de habas precocinadas.
Cocer a fuego lento.
 croquettes feuilles de bettes
Avec le vert des bettes, j'ai fait des croquettes en écoutant un CD de Joan Manuel Serrat.."Sombras de la China"; chanter en les roulant dans la chapelure....
Con el verde de las acelgas hice unas croquetas mientras escuchaba un CD de Joan Manuel Serrat “Sombras de la China”; cantar al rebozarlas con pan rallado...

Avec le reste des asperges, une omelette.

Con el resto de los espárragos una tortilla.

Enfin les fleurs. A table!

Por fin las flores. ¡A comer!

 

21/02/2015

Blancs / Blancos

S'il pleut ce matin, la lumière était belle ces derniers jours et il faisait un froid-chaussettes-écharpes-vestes. 
(click pour agrandir les photos, vous le savez!))
 
 
 
Il y a peu l'île a été couverte de neige, on aperçoit encore quelques traces blanches sur les montagnes, et le petit cours d'eau qui passe près de chez nous est joyeux; il accueille la neige fondue. Bruit de l'eau qui nous enchante, le lit est à sec tant de mois par an.
 
 
Février, c'est encore un mois d'hiver mais les amandiers, pressés, sont en fleur.
 

 
Peu de monde sur les routes à part des cyclistes et beaucoup d'animation à Santa María del Camí où se tient  un grand marché dominical. Comme souvent, un arrêt pour admirer le clocher de l'église baroque du XVIIIº.
 
 
 
 
 
D'une petite route à l'autre, le plaisir d'encore nous perdre, de découvrir et nous surprendre, malgré tant d'années à sillonner cette île dont chaque lumière et parcelle fait maintenant partie de nous.
Si bien llueve esta mañana, la luz fue bonita esta semana y hacía un frío de calcetines-bufandas y chaquetas.
Nevó hace poco, quedan aún unas trazas en las montañas, y el riachuelo que pasa cerca de casa está alegre; acoge la nieve derretida. Ruido del agua que nos encanta, el lecho está seco durante tantos meses al año. 
 
Febrero, todavía es invierno pero los almendros, apresurados, están cubiertos de flores.
 
 

 

 
 

 

Poca gente en la carreteras excepto unos ciclistas y mucha animación en Santa María del Camí donde tiene lugar el gran mercado dominical. Como pasa a a menudo, parada para admirar el campanario barroco del siglo XVIII. 
 
De una carreterrilla a la otra, el placer de perdernos, de descubrir todavía y sorprendernos a pesar de tantos años pasados a recorrer los caminos de esta isla donde cada luz y parcela forma ahora parte de nosotros.

10/01/2015

Pause

 

 
 
Voici quelques mots d'Antoni Xumet extraits du beau volume "Majorque, l'île aux poètes" Édition Illador, trilingue, majorquin, espagnol et français.

 

 "Dans le livre de nos destinées, on devine des fautes d'orthographe"(p.11)*

 

Ce blog restera entre parenthèses pour un temps, le temps pour des "blouses vertes et blanches" de repartir à la pêche d'un truc de nature inconnue logé dans mon corps.

Portez-vous bien et à bientôt.

 

 
 
Rafel Joan, pintor mallorquín

 

 

 "En el libro de nuestro destino, se intuyen faltas de ortografía" (p11)*

 

 
Unas palabras de Antoni Xumet sacadas del precioso libro “Majorque, l'île aux poètes”, Edición Illador, trilingüe, mallorquín, castellano, francés.

 

Este blog permanecerá entre paréntesis durante algún tiempo, el tiempo para que unas batas verdes y blancas realicen la pesca de un chisme de origen desconocido.

 

Pasadlo bien y hasta pronto.

 

*trad. française Margarida Llabrés et Bernard Pons

 

 Trad. español Antoni Xumet

04/01/2015

Trop tard pour les voeux? / ¿Demasiado tarde para los deseos?

Bonne Année à toutes, et tous bien sûr.

                                 Feliz Año a todas y todos, claro.



À une amie lointaine qui a aimé ce marché.


Pour vous remercier de vos passages sur mon blog, voici quelques cadeaux, typiquement majorquins vus au marché de Sineu le 31 décembre. Faites vos choix...

 

                            Des cèpes et herbes variées

 



                       Des pâtisseries, appelées cocas, ensaimadas, cocarrois...


 

 

                               Mandarines à gogo

 


 

 

                              Des pantoufles super chaudes en peau et laine de mouton

26/10/2014

Tissus colorés / Telas coloridas

Pour égayer cette semaine et donner de la couleur locale, voici les tissus typiquement majorquins appelés "lenguas" ou "llengües malloquines". (langues)

http://www.cuadernobrillante.es/teixits-vicens  


La technique, celle des ikats, est antique et seule en Europe Mallorca a conservé cette tradition de teinture et tissage. Faits de coton , de lin, et pour les tissus les plus fins on ajoute de la soie, ces tissus multicolores sont une merveille.
La couleur initiale était le bleu indigo mais s'est diversifiée et toutes les maisons "comme il faut" avaient (ont) rideaux, couvre-lits, coussins...dans ce tissu.

 







Les photos ont été prises à La Granja, une demeure antique qui était à l'époque autosuffisante, et qui a recréé les divers ateliers.
Las fotos han sido tomadas en La Granja, una "posesión" antiguamente autosuficiente, que a restaurado los diversos talleres.


Para animar esta semana y dar bonitos colores locales, aquí la típica tela mallorquina llamada "tela de lenguas" o "llengües mallorquines".
La técnica, la de los ikats, es antigua y el único lugar de Europa donde se ha conservado esa tradición de tinte y tejido es Mallorca. Las telas hechas de algodón, de lino, y para las telas más finas se añade seda, son una pura maravilla. 

El color inicial era el azul índigo y todas las casas bien tenían (tienen) cortinas, cojines, colchas...hechos de esa tela.




http://www.bondianliving.com/shopping-ideas/

19/10/2014

Souci écologique / Preocupación ecológica

 

N'ayant jamais beaucoup voyagé j'ignore si cette particularité existe ailleurs que dans mon village: des trottoirs pour arbres.

Nunca viajé mucho e ignoro si esa particularidad existe en otro lugar que en mi pueblo: aceras para árboles.

 

 

 

 

 


 

 

 


 


 


 

17/08/2014

Matinale / Matutina

(clic et c'est encore mieux!)

 
Un chemin derrière mon village, il est 7h10 du matin. Je marche.

Lentement le jour se lève, le caroubier, le sol se colorent. Ombres.

Est-ce la paresse de se lever tôt qui rend l'aube moins populaire chez les photographes que le coucher du soleil?

Ne jamais rater le début d'un jour, j'y tiens fort; que serait une journée mi-commencée?

Un camino detrás de mi pueblo, son las 7h10. Ando.

Lentamente se levanta el día, el algarrobo, el suelo se colorean. Sombras.

¿Será la pereza de madrugar lo que hace que, entre los fotógrafos, el alba sea menos popular que la puesta del sol?


Me parece muy importante no pasar por alto el principio del día; ¿que sería de un día medio-empezado?

29/06/2014

Pataude! / ¡Patosa!

Une calita au coucher du soleil, à Banyalbufar; pas de sable mais des rochers où l'on titube, glisse, s'accroche et tombe. Derrière moi j'entends "quelle pataude!" jusqu'à ce qu'il lui arrive la même chose...Ah,tout semble si facile vu du rivage, là...dans la vie aussi.

Una calita a la puesta del sol, en Banyalbufar; no hay arena sino rocas donde uno se tambalea, resbala, se  agarra y cae. Detrás oigo "¡Qué patosa!" hasta que le pasó lo mismo...Ha,todo parece tan fácil desde la orilla, allí...en la vida también.


Chute qui a valu la peine car j'ai pu admirer à l'aise ces anémones de mer qui, quand la marée est basse, se recroquevillent et forment ces jolies tomates.




Esa caída valió la pena ya que pude admirar cómodamente esas anémonas marinas que se encojen a marea baja y forman esos bonitos tomates.