• Léger frémissement de la peau / Tenue temblor de la piel

    Imprimer

    Goytisolo, vous connaissez peut-être ce nom. Mais ils étaient trois frères dans le monde des lettres. Le plus connu est l’écrivain Juan Goytisolo, puis celui qui nous occupe aujourd’hui, José Agustín le poète, et finalement Luís le romancier.
     
    Tous trois ont connu, enfants, la guerre civile et l’horreur de voir leur mère tuée lors d’un bombardement de Barcelone par l’aviation franquiste en 1938.
    José Agustín (1928-1999) était un homme d’une très grande sensibilité, vous le verrez dans le poème, assez dépressif aussi. Mais rien de triste dans ce poème que j’ai traduit du mieux que j’ai pu.
     
    On entend les oiseaux
     
    L’aube. On entend les oiseaux
    comme perdus dans la brume;
    le silence élève leurs chants
    jusqu’à la pénombre de la pièce.
    Il perçoit un très faible tremblement
    qui fait frémir la peau qu’il aime,
    douce dans son rêve. Très lentement
    il la recouvre du drap
    pour éviter qu’elle ne s’éveille.
    Mais déjà des bras l'enveloppaient
    et s’accrochaient à son corps:
    éternité fut ici douceur
    miel et jasmin. Bien plus tard
    on entendait encore le chant des oiseaux.
     
    (Trad:Colette)
     
    Toulouse Lautrec Femme couchée au lit, lithographie        
     
     
     
    Se oyen los pájaros J.A Goytisolo
     
    El alba. Se oyen los pájaros
    como perdidos en la niebla;
    el silencio sube sus cantos
    a la penumbra de la estancia.
    El percibe un temblor muy tenue
    que estremece la piel que ama
    dulce en su ensueño. Muy despacio
    la va cubriendo con la sábana
    por evitar que se desvele.
    Pero unos brazos le envolvían
    y se ciñeron a su cuerpo:
    eternidad fue aquí lisura
    miel y jazmín. Mucho más tarde
    aún se oía el cantar los pájaros. 
     
     
    Un autre poème de lui, mis en musique/chanson par Paco Ibañez ici:
     
  • Une autre fenêtre / Otra ventana

    Imprimer

    Poursuivons sur le thème de la fenêtre, mais sous un angle bien différent...

     

    Une autre fenêtre
    Miguel Angel Zapata (Perú, 1955)
     
    On se lasse d’être seul à délirer
    avec sa fenêtre au milieu de la rue,
    parmi la neige qui traîne
    sa blancheur dans les ruelles oubliées.
    On se lasse de sortir pour chercher
    la même femme à la chevelure
    jusqu’aux pieds.
     
    Peut-être est-ce cela l'art de la solitude :
    écrire, écrire encore l’île avec son ciel lilas
    et la sveltesse du phare qui verse sa lumière sur
    nos cheveux en désordre.
    Peut-être est-ce seulement ça : une boussole sans mémoire
    pour les temps à venir.
     
    (Trad : Colette)
     

    fenêtre, ventana

    Otra ventana

    Miguel Angel Zapata (Perú, 1955)
     
    Uno se cansa de estar solo delirando
    con su ventana en medio de la calle,
    entre la nieve que arrastra
    su blancor por los callejones olvidados.
    Uno se cansa de salir a buscar la
    misma mujer con el cabello
    largo hasta los pies.

    Tal vez en eso consista el arte de la soledad:
    escribir repetidas veces la isla con su cielo lila
    y la esbeltez del faro que derrama su luz sobre
    nuestro cabello alborotado.
    Tal vez sea sólo eso: una brújula sin memoria
    para el tiempo que vendrá.
  • Seulement voir / Solamente ver

    Imprimer

    Roberto Juarroz, 1925-1995; poète Argentin, un des meilleurs selon l'avis général et le mien en particulier:-)
    Son oeuvre est réunie sous un unique titre: Poésie Verticale.
    "Dans l'un de ses derniers recueils, Treizième poésie verticale, publié en 1993, Roberto Juarroz forme le vœu de parvenir à « dessiner les pensées comme une branche se dessine sur le ciel ».(wiki)

     

     

    Ventana, Ernest Descals




    Il dessinait partout des fenêtres.
    Sur les murs trop hauts,
    sur les murs trop bas,
    sur les parois obtuses, dans les coins,
    dans l'air et jusque sur les plafonds.


    Il dessinait des fenêtres comme s'il dessinait des oiseaux.
    Sur le sol, sur les nuits,
    sur les regards tangiblement sourds,
    sur les environs de la mort,
    sur les tombes, les arbres.

    Il dessinait des fenêtres jusque sur les portes.
    Mais jamais il ne dessina une porte.
    Il ne voulait ni entrer ni sortir.
    Il savait que cela ne se peut.
    Il voulait seulement voir : voir.
    Il dessinait des fenêtres.

     

     Partout.

     

    (Douzième poésie verticale, traduction de Fernand Verhesen)
     
    Roberto Juarroz 1925-1995, considerado como el mejor poeta argentino de su tiempo, así lo veo yo también, reunió toda su obra bajo un mismo título, Poesía Vertical.
    En su Trigésima y última Poesía Vertical, 1993, emite el deseo de dibujar los pensamientos como una rama se dibuja sobre el cielo.
     
     
    Beatriz Kohn, Caracas, 1939
     
     
    Dibujaba ventanas en todas partes.
    En los muros demasiado altos,
    en los muros demasiado bajos,
    en las paredes obtusas, en los rincones,
    en el aire y hasta en los techos. 
     
    Dibujaba ventanas como si dibujara pájaros.
    En el piso, en las noches,
    en las miradas palpablemente sordas,
    en los alrededores de la muerte,
    en las tumbas, los árboles. 
     
    Dibujaba ventanas hasta en las puertas.
    Pero nunca dibujó una puerta.
    No quería entrar ni salir.
    Sabía que no se puede.
    Solamente quería ver: ver.
    Dibujaba ventanas. 
     
    En todas partes.
     
  • Assis ou couchés? / ¿Sentados o tumbados?

    Imprimer

    L'amour est une ortie qu'il faut moissonner chaque instant si l'on veut faire la sieste étendu à son ombre.”

    El amor es una ortiga que uno debe segar a cada instante si se quiere dormir tendido en su sombra.”

    Pablo Picasso
     
    Picasso La siesta 1919
     
     
     
    La sieste, ce moment délicieux pendant les après-midi d’été...
     
    Énormément de peintres de tous pays ont croqué ces endormissements:
     
    En voici quelques uns, espagnols. Tous s'intitulent La siesta ou Siesta.
     
     
    La siesta, ese momento delicioso durante las tardes de verano…
     
    Muchísimos pintores de todos los países han pintado esas somnolencias, he aquí algunos.
     
    Españoles. Todos se titulan La siesta o Siesta
     
     
    Siestes couchés, siestas tumbados
     
    Goya
     
    Joaquin Sorolla 1912          
     
    Siestes assis, siestas sentados
     
    La Migdia, Ramón Martí Alsina 1884

     

     

     

    Julio Romero de Torres 1874-1930        


    Siestes confortables? ¿Siestas confortables?

    Miguel Prieto Anguita 1947

     

    Román Ribera Cirera (1849-1935)                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                




     


     Et puis cette siesta-ci  qui me plaît tant, d'un Colombien, si reconnaissable. Finalmente esta siesta que tanto me gusta del Colombiano tan reconocible.

    Fernando Botero (1932-   )