19/02/2017

Le mur du doute / El muro de la duda

Le doute est un des noms de l’intelligence.
 
La duda es uno de los nombres de la inteligencia.
 
Jorge Luis Borges
 

Oui, pourtant je me doute qu'il y a certains doutes dont vous vous passeriez bien vous aussi...

 
 DOUTE
 
Combien d'insomnies me faut-il pour
abattre le mur du doute?
Combien d'ombres? Combien de luttes?
Il faut que je sache aujourd'hui -avant ton éveil-
si c'est le matin qui éclaire,
ou si c'est toi qui éclaires le matin.

(Trad Colette)

DUDA
 
¿Cuantos insomnios me hacen falta para
derrumbar el muro de la duda?
¿Cuántas sombras? ¿Cuántas luchas?
Hoy tengo que saber -antes que despiertes-
si la mañana es la que alumbra,
o si eres tú la que alumbra la mañana.

Commentaires

Merci pour votre clin d'oeil du dimanche !!

Je vois qu'en castillan, les deux dernières lignes du poème sont plus ludiques qu'en français, puisqu'il est possible de ne pas modifier "la que alumbra".

L'aphorisme de Borges donnée en exergue est géniale !
Peut-on la renverser et dire :
La croyance dans des certitudes est un des noms de la bêtise ?
Comment formuler cela de façon plus ramassée ?

Écrit par : Calendula | 19/02/2017

Bonjour Colette,
Je doute un peu ?? si vraiment les insomnie pouvaient faire tomber le mur du doute, il y a longtemps que je ne douterais plus. À bientôt.

PS: Toujours de magnifiques photos et tableaux. :-)

Écrit par : grindesel | 19/02/2017

Oui, Calendula, on peut bien dire:
"La croyance dans des certitudes est un des noms de la bêtise".
C'est même très bien formulé!
Je n'ai pas de formulation plus ramassée à proposer. En voici bien deux mais elles n'ont pas le même sens:
• Je doute, donc je suis.
• Je doute de tout, même du doute.

En rapport avec l'opposition entre "la croyance dans des certitudes" et les vertus du doute, je me permets les quelques développements suivants.

Si l’on en croit frère Jacques, “celui qui doute est semblable au flot de la mer, qui est agité et poussé çà et là par le vent. Qu’un tel homme ne s’imagine pas recevoir quoi que ce soit du Seigneur” (Jacques 1:6-7). Mais, répliquera-t-on, quel est l’être humain qui ne connaît pas le doute? (*) Galilée prétendit même que le doute était “le père de la création” - ce qui lui attira, comme il se doit, les foudres célestes; car le Père de la Création, chacun sait qui c’est – il ne saurait y avoir de doute à son sujet. Le problème, c’est que le Père de la Création - “de qui viennent toutes choses” (I Corinthiens 8:6), à commencer par "le mal" (**) - se doute qu’on le déteste et déteste qu’on doute de Lui. Aussi pourchasse-t-il les sceptiques et les incrédules dans le but de les éliminer, tout comme les nazis pourchassèrent les Juifs. À l’opposé, Dieu apprécie et récompense ceux qui, ne se posant pas de questions, croient aveuglément en Lui et sont prêts à se sacrifier pour sa gloire. Le nom de ses héros: les fanatiques (du latin "fanaticus", qui signifie "inspiré"). D’ailleurs, non seulement Dieu encourage le fanatisme mais, qui plus est (et pour que son oeuvre soit complète), il sponsorise le terrorisme, dont l’une des formes les plus en vue actuellement est sans conteste le djihadisme. Dans toute cette affaire, la question est de savoir si c’est
- l’homme qui a été créé à l’image de Dieu et se conduit comme Dieu ou si c’est
- Dieu qui a été créé à l’image des hommes et se comporte comme un homme.

(*) Jésus lui-même n’a-t-il pas été saisi par le doute, sur la croix, quand il s’est écrié: “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?” (Matthieu 27:46 et Marc 15:34)? Cette interrogation révèle à quel point Jésus fut un être distinct et inférieur à Dieu. S’il avait réellement été Dieu fait homme, il n’aurait pas eu à poser ce genre de question. Manifestement, il ignorait tout des desseins du Père.

(**) • “Car j’ai arrêté mes regards sur cette ville [Jérusalem] pour lui faire du mal et non du bien, dit l’Éternel” (Jérémie 21:10; en 23:10, le prophète met directement en cause “la malédiction” divine); • “Je vais veiller sur eux pour leur faire du mal et non pas du bien; et tous les Judéens qui sont dans le pays d’Égypte seront consumés par l'épée et par la famine, jusqu'à leur extermination complète” (Jérémie 44:27; c’est l’Éternel qui parle); • “Je répandrai ma terreur sur la Terre des vivants” (Ézéchiel 32:32; c’est “le Seigneur, l’Éternel” qui fait part de sa décision irrévocable); • “Car voici, je vais faire venir le malheur sur toute créature, dit l'Éternel” (Jérémie 45:5); • “L'Éternel a tout fait pour un but, même le méchant pour le jour du malheur” (Proverbes 16:4; autre manière de traduire: “L'Éternel a fait toutes choses pour leur fin, même l’impie pour le jour du malheur”). Dans ces conditions, peut-on encore incriminer Pilate et Hitler? Pour le célèbre médecin, philosophe et jurisconsulte juif Moïse Maïmonide (1138-1204), qui s’appuie sur Ésaïe 45:6-7, c’est bien Dieu - et personne d’autre - qui a créé le mal (source: «http://fr.wikipedia.org/wiki/Moïse_Maïmonide#.Enumération_des_principes», chiffre 2.4 du sommaire, premier principe).

«Quoi que tu imagines dans ton esprit, Dieu est différent de cela» (Dhū n-Nūn al-Misrī, 796-859).
Oui, les certitudes des croyants relèvent bien de la bêtise.

Écrit par : Mario Jelmini | 19/02/2017

@ Calendula, ces billets sont mon plaisir du week-end aussi! Merci de votre lecture attentive.
Oui, la que...j'avais d'abord mis dans le 2º vers celle(ou celui) mais ça n'allait pas, la musique était laide;-))

Comme Mario a prolongé votre si intéressante suggestion, je n'en dirai pas plus.
Bonne soirée, merci d'être passée.

Écrit par : colette | 19/02/2017

@ Grindesel, que je suis contente de vous retrouver, aucun doute là dessus!
La nuit, l'ombre du doute est souvent décuplée....hélas. Mais le matin éclaire le tout, vous ne trouvez pas?
Merci d'être passée, bonne soirée.

Écrit par : colette | 19/02/2017

@Mario, merci pour ces multiples citations, je vous laisse, moi, avec celle-ci de Pessoa:
"La vie est une hésitation entre une exclamation et une interrogation. Dans le doute, on met un point final."
Bonne soirée.

Écrit par : colette | 19/02/2017

@ Colette
"Dans le doute, on met un point final": en voilà, une solution de facilité!
Et d'abord, à quoi faudrait-il mettre "un point final"?
• À "la vie", donc à ses jours?
• À l'"hésitation" entre «!» et «?» ?
• Au doute lui-même, alors que celui-ci est (selon Aristote) "le commencement de la sagesse" et (selon Galilée) "le père de la création"?
"Dieu égare qui il veut" (Le Coran VI:39). Seriez-vous en train de m'égarer, par hasard? Et si vous n'étiez ni plus ni moins que... "Satan, celui qui égare le monde entier" (Apocalypse 12:9, traduction Bible du Semeur)?
"Vade retro me Satana" (Marcus 8:33).
Dieu et le diable, même combat.
Je suis fait comme un rat...

Écrit par : Mario Jelmini | 19/02/2017

@ Mario Jelmini,

Vous avez choisi de prendre la "croyance dans les certitudes" dans le sens religieux.
De mon côté, je le voyais dans un sens plus général. Les certitudes peuvent être de toutes sortes.
On peut p.ex. croire que telle ou telle solution politique est la seule valable, ou que des rituels ou des superstitions vont éloigner le malheur (donc dans un état d'esprit "païen").
Ma formulation n'est donc pas si bonne que cela, puisqu'elle pousse dans la direction religieuse.

Quant au point final, il n'est pas forcément maléfique. ;-)))
Je comprends la citation de Pessoa plutôt comme très pragmatique, pas théologique. Le doute peut provenir du manque d'informations. Ne dit-on pas : le doute bénéficie à l'accusé.
Si on n'a plus rien à dire, qu'on ne sait pas, que l'on doute, autant mettre un point final.
Arrivé à ce point, je suis bien obligée de mettre un .

Écrit par : Calendula | 19/02/2017

@ Calendula

Calendula, vous êtes pleine (ou dois-je dire plein?*) de sagesse.
Je dirai même plus:
autant votre point est final, autant votre sagesse est sans fin...**

* Ôtez-moi ce doute, s'il vous plaît...**
** Vous aurez remarqué l'emploi de points de suspension, en lieu et place de point final...

Écrit par : Mario Jelmini | 19/02/2017

Re-bonsoir Marco Jelmini,

Vous pouvez dire " pleine" ;-)))
Mais mieux vaut garder le doute sur cette sagesse-là, elle est toute relative.

Écrit par : Calendula | 19/02/2017

Bonsoir Colette,

On pourrait imaginer un Ministère du doute.
Tous les grands sujets, croyances ou adhésions seraient passés au crible. Par principe. Si vous avez besoin d'un directeur de cabinet...

:-)))

Bonne soirée.

Écrit par : hommelibre | 19/02/2017

@ HL, et on formerait une ample Commission qui douterait de tout, très bien!

Ce qui nous reste de vie suffira-t-il? L'idée d'oublier un seul sujet me chagrinerait!;-))

Écrit par : colette | 19/02/2017

@ Calendula*
Reconnaître que la sagesse à laquelle on est parvenu est toute relative est sans doute le comble de la sagesse.
--
Mario, alias Regulus Calendulus**

* Plante connue pour ses vertus apaisantes et régénératrices...
** Regulus calendulus is a beautiful little bird.

Écrit par : Mario Jelmini | 20/02/2017

@ Colette
Bondissant et rebondissant sur l'idée de créer "un Ministère du doute" et de former "une ample Commission", je propose d'intituler cette Commission «Le doute dans tous ses états».
Il s'agirait, en somme, de franchir le mur du doute. Ou mieux: de l'abattre.
On pourrait commencer par édicter une loi, qui commencerait ainsi:
Art. 1: "Le doute n'est pas permis."
Art. 2: "Il faut douter du doute."
Art. 3: "Dans le doute abstiens-toi."
Art. 4: "Dans le doute, dis la vérité."
Etc.
On pourrait aussi créer des sous-commissions qui approfondiraient des thèmes tels que
- “Le doute est la clé de toute connaissance” (proverbe persan);
- “Qui sait le plus doute le plus” (proverbe français);
- “Qui croit est heureux, qui doute est sage” (proverbe hongrois);
- “Le délire est sans conteste plus beau que le doute, mais le doute est plus solide” (Emil Michel Cioran);
- “La jeunesse croit beaucoup de choses qui sont fausses; la vieillesse doute de beaucoup de choses qui sont vraies” (proverbe allemand);
- “Nous savons si peu ce que nous faisons en ce monde que je doute même si le doute est vraiment l'action de douter” (lord Byron);
- “Si je doute, ce doute ne vise pas tant les faits eux-mêmes que l'extrême degré de croyance qu'on a en eux” (Théodor Fontane);
- “Le doute est l'école de la vérité” (Francis Bacon";
- “Le doute est un état mental désagréable mais la certitude est ridicule” (Voltaire);
- “Sans doute serais-je chrétien, si les chrétiens l'étaient vingt-quatre heures par jour” (Gandhi);
- “Il y a plus de foi dans un doute honnête que dans la moitié des dogmes” (Lord Alfred Tennyson);
- “Le doute est le plus religieux des actes de la pensée humaine” (Jean-Marie Guyau);
- “Une foi qui ne doute pas est une foi morte” (Miguel de Unamuno);
- “Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou” (Friedrich Nietzsche).
Etc.

“Mieux vaut rester silencieux et passer pour un imbécile que parler et n’en laisser aucun doute” (Abraham Lincoln). Je m'arrête là; mais j'ai bien peur d'en avoir trop dit...

Écrit par : Mario Jelmini | 20/02/2017

@ Regulus Calendulus,

Votre emblème est effectivement beautiful and little.

Son nom provient probablement de la petite houppe orangée, qui fait penser aux pétales du calendula, appelé "souci officinal" en français.

Écrit par : Calendula | 20/02/2017

Très seyante cette houppette, un touch d'élégance!

Écrit par : colette | 20/02/2017

@ Calendula oh là là!
Je dois l'avouer: j'aime picorer les graines de calendula officinalis...
... et frotter ma houppette contre ses pétales...
Mais attention, Colette nous surveille!
--
Ruby crowned kinglet

Écrit par : Mario Jelmini | 20/02/2017

@Mario jelmini

Dieu à bob dos là!

Écrit par : Patoucha | 20/02/2017

@ Calendula, dans le (bon) dos de Patoucha

Aïe, Pas-touche-à se doute de quelque chose...

Écrit par : Mario Jelmini | 20/02/2017

Merci M Jelmini de corriger les "corrections" de l'iPad:)

C'est une affirmation pas un doute! À + pour un commentaire.. :)

Écrit par : Patoucha | 20/02/2017

@ Patoucha
L'iPad a bon dos! Le "b" se trouvant juste à côté du "n" sur le clavier, la vérité c'est que vous avez Patouché le "n" et que vous vous êtes fourré le doigt sur le "b"...
Bon, mais c'est pas-tout-ça. Une question me titille: la dernière lettre de votre pseudo signifie-t-elle que vous faites partie du sexe que les sexistes (dont je me garderai bien de faire partie, du moins en public) disent faible mais qui est plus fort qu'on ne le croit?
PS: ne parlez pas de cela à Calendula, elle me ferait une scène...

Écrit par : Mario Jelmini | 21/02/2017

Les commentaires sont fermés.