10/09/2016

Tout jeter / Tirarlo todo

Dans la série “poésie du quotidien” voici Amalia Bautista, le nettoyage est à l'honneur aujourd'hui, mais pas seulement...

En la serie “poesía de lo cotidiano”, Amalia Bautista nos habla de la limpieza, pero no sólo de ella....

Oceanic's kitchen Yacek Yerka      
 
                   
On va faire un grand nettoyage

 

 
On va faire un grand nettoyage
et on va jeter toutes les choses
qui ne nous servent à rien, ces
choses que nous n'employons plus, ces
autres qui ne font que prendre la poussière,
celles que nous évitons de trouver car
elles nous plongent dans les plus amers souvenirs,
celles qui nous font mal, occupent de la place
ou que nous n'avons jamais voulues proches.
 
On va faire un grand nettoyage
ou, mieux encore, un déménagement
qui nous permette d'abandonner les choses
sans même les toucher, sans nous salir,
les laissant là où elles ont toujours été;
c'est nous qui allons partir, mon cœur,
pour recommencer à accumuler.
Ou bien nous allons mettre le feu à tout
et rester tranquilles, avec cette image
des braises du monde devant les yeux
et le cœur deshabité.
 
Trad: Colette
 

Vamos a hacer limpieza general

Amalia Bautista

 
Vamos a hacer limpieza general
y vamos a tirar todas las cosas
que no nos sirven para nada, esas
cosas que ya no utilizamos, esas
otras que no hacen más que coger polvo,
las que evitamos encontrarnos porque
nos traen los recuerdos más amargos,
las que nos hacen daño, ocupan sitio
o no quisimos nunca tener cerca.

Vamos a hacer limpieza general
o, mejor todavía, una mudanza
que nos permita abandonar las cosas
sin tocarlas siquiera, sin mancharnos,
dejándolas donde han estado siempre;
vamos a irnos nosotros, vida mía,
para empezar a acumular de nuevo.
O vamos a prenderle fuego a todo
y a quedarnos en paz, con esa imagen
de las brasas del mundo ante los ojos
y con el corazón deshabitado.

Commentaires

J'aime beaucoup! En plus ce sont des idées excellentes, se débarrasser des vieilleries qui ont servi un temps mais sont devenues inutiles et elles donnent du boulot quand on se décide à faire les grands nettoyages (pas trop souvent quand même). Il faudrait essayer de faire de même avec certains souvenirs désagréables que l'on devrait pouvoir reléguer aux oubliettes pour les remplacer par des meilleurs. (C'est plus facile à dire qu'à faire mais vos petits poèmes y contribuent.) Pour cela un grand merci et un tout bon dimanche.

Écrit par : grindesel | 10/09/2016

Bonsoir Grindesel, vous parlez des souvenirs et voici qu' Amalia Bautista a écrit ce court poème que j'ai traduit il y a peu.

Icare

Fondent au soleil
les ailes que je mets aux souvenirs:
à certains, pour qu'ils reviennent à moi,
à d'autres, pour voir s'ils émigrent pour toujours.

Merci de votre fidélité qui me fait tant plaisir.
Excellent dimanche,bien amicalement.

Écrit par : colette | 10/09/2016

Bonjour Grindesel en effet bien vu quand aux vieux souvenirs encombrants et polluant nos psychismes
Il faut donner du temps au temps qui permet d'éliminer les plus encombrants mais cette phrase existait avant que les médias ne puissent rouvrir les anciennes plaies
Vous avez sans doute murmuré comme d'autres,cette fois j'ai tourné la page et comme par hasard c'est comme si la carte du tarot avec la roue et les trois singes pour l'actionner repartait dans le mauvais sens mais actionnée par les trois médias les plus lus
je vais essayer d'utiliser le mot benne à la place de page on sait jamais! rire
Très bon dimanche pour Vous

Écrit par : lovejoie | 11/09/2016

Bonjour Colette très belle traduction pour ce qui a l'art de faire très souvent grincer des dents de nombreux citoyens
Jeter ou donner peu importe pourvu que les viennent ensuite n'aient pas besoin de se prendre trop la tête
Mais voilà l'esprit déteste le vide et sitôt tout donné ,on va devoir racheter
J'en ai fais l'expérience ,il ne me restait plus qu0une table et une chaise avant qu'un tiers n'intervienne pour me demander comment j'allais vivre
Sans doute aussi réflexe d'une part de sang des Enfants de la Grand Route à moins que le castor utilisé pour éplucher les légumes et hérité de mon arrière grand mère paternelle , ne soit relié à 'Abbé Pierre ,allez savoir
Quand on se retrouve seul il ne faut pas tout donner et encore moins un matelas sur lequel a vécu un tuberculeux ce qui était courant
Dommage qu'il n'existe pas des appartement macrophages comme un TV qui lui dévore les chaines sans prévenir ,que d'économies en plus et que d'ennuis en moins pour ceux ayant acquis des divans recouverts de poussières du défunt retrouvé 5 semaines après sa mort ce qui encore aujourd'hui est très courant
Les anciens savaient recycler ,les descendants laissaient aux locataires suivant le soin de garder ou jeter et comme les matelas étaient déjà très onéreux tout le monde roupillait dans un lit ayant gardé les traces des drames vécus par d'autres, à partager avec les suivants !!!!
Très bon dimanche pour Vous Colette

Écrit par : lovejoie | 11/09/2016

Bonjour Lovejoie, pour le meilleur ou pour le pire, des poussières de souvenirs s'accrochent aux objets.
Que d'histoires d'objets circulaient et qu'elles étaient remplies d'images!
Vous parlez de matelas...conceptions, amours, rêves, sommeils et maladies, ils ont vu et voient de tout.
Mais qui écrit des histoires de matelas? Seriez-vous tentée?

Je vous souhaite une excellent dimanche, merci de vos passages ici.

Écrit par : colette | 11/09/2016

Je vous remercie Colette quand à écrire des histoires sur les matelas c'est vrai qu'entre eux et moi c'est une très longue histoire qui a débuté sitôt la guerre terminée
Je vouais une admiration sans borne pour un vieil homme matelassier de son métier
On dit qu'à trop regarder certaines choses on fini par en attraper le virus d'où mes nombreux séjours en hôpital pour ensuite devenir soignante, allez savoir
Quand à vraiment écrire je préfére pâtisser et voir des sourires de mon vivants plutôt qu'une fois morte /rire
Très belle fin de dimanche pour Vous

Écrit par : lovejoie | 11/09/2016

Les commentaires sont fermés.