31/12/2015

Dans le ventre des moineaux / En el vientre de los gorriones

Parmi les livres reçus en cette fin d'année, il y a "Poètes aujourd'hui, un panorama de la poésie francophone de Belgique" qui m'a enchantée.

Alors, et pour commencer une année à l'envers, cette fois j'ai traduit du français à l'espagnol...en espérant que ce changement enclenche une année meilleure, ce que je vous souhaite à toutes/tous!


Entre los libros recibidos en este fin de año, está "Poetas hoy, un panorama de la poesía francófona de Bélgica" que me ha encantado.

Entonces, y para empezar un año al revés, esta vez traduje del francés al español...con la esperanza de que ese cambio inicie una año mejor, ¡lo que os deseo a todas/todos!
 
Les oiseaux 
 
Lucien Noullez (Etterbeek, Belgique, 1957)


Tous les jours, tous les jours je dessinais sur notre
table un visage avec des miettes
et tous les jours la faim l'effaçait
ou parfois le vent en été
qui aime les oiseaux, le vent
du sud, à peine plus léger qu'un cœur.
Maintenant le visage est parti dans le ventre
des moineaux.
L'enfance appelle et je réponds
avec des miettes blanches. On vit de peu.
On vit d'un peu d'amour lointain.

(extrait de "Comme un pommier")
 
Léonard de Vinci, anamorphose d’un visage d’enfant et d’un œil, Codex Atlanticus,1485




Los pájaros Lucien Noullez

Todos los días, todos los días dibujaba en nuestra
mesa una cara con migas
y todos los días el hambre la borraba
o a veces el viento en verano
al que le gustan los pájaros, el viento
del sur, apenas más ligero que un corazón.
Ahora se fue la cara en el vientre
de los gorriones.
Llama la infancia y contesto
con migas blancas. Se vive con poco.
Se vive de un poco de amor lejano.

Trad: Colette


Ref: Poètes aujourd'hui
Un panorama de la poésie francophone de Belgique
Liliane Wouters
Yves Namur
Ed: Le Taillis Pré
en coédition avec
La Noroît

20/12/2015

Une lumière musicale / Una luz musical

Le silence rond de la nuit
 
Federico García Lorca
 

 

Le silence rond de la nuit
Sur la portée musicale
De l'infini.
Moi je sors nu en rue,
Ivre de vers
Perdus.
Le noir,
criblé
Par le chant du grillon,
Retient ce feu follet
Mort,
Du son.
Cette lumière musicale
Que perçoit
L'esprit.
Les squelettes de mille papillons
Dorment dans mon enceinte.
 
Passe une jeunesse de brises folles
Sur la rivière.
 

(Trad: Colette) 

Feux follets / Fuegos fatuos          
 
El silencio redondo de la noche
Federico García Lorca
El silencio redondo de la noche
Sobre el pentagrama
Del infinito.
Yo me salgo desnudo a la calle,
Maduro de versos
Perdidos.
Lo negro, acribillado
Por el canto del grillo,
Tiene ese fuego fatuo,
Muerto,
Del sonido.
Esa luz musical
Que percibe
El espíritu.
Los esqueletos de mil mariposas
Duermen en mi recinto.

Hay una juventud de brisas locas
Sobre el río.

12/12/2015

Amandes et douceurs / Almendras y dulces

Majorque, pays des amandiers; les paysans les bichonnent et les récoltes sont abondantes.
Mais, ce n'est un secret pour personne, le plus gros producteur mondial d'amandes est la Californie. Or cette partie des États Unis est dernièrement sous le coup d'une grande sécheresse et, contrairement aux cultures d'ici où on n'arrose jamais les amandiers, leurs arbres ont besoin d'eau. (ils louent aussi le service de ruchers pour polliniser les arbres!)
Le prix des amandes grimpe à toute vitesse bien sûr et avant que leur prix ne devienne prohibitif, je vous livre la recette du délicieux Turrón Majorquin.
C'est une sorte de massepain recouvert d'une feuille, comment dire, d'hostie (pain azyme), enfin vous voyez sur la photo. 
 

Avantages très appréciables: ce turrón est mou, - ceci pour ceux dont les dents ne sont plus trop solides -, et puis il contient citron et orange.
 
 
Il se conserve très longtemps à l'abri de l'air, entouré d'un film plastique.
La dame de la vidéo a l'accent caractéristique des gens d'ici dont l'espagnol n'est pas la langue maternelle.

Mallorca, tierra de almendros; los campesinos los miman y las cosechas son abundantes.
Pero, no es un secreto para nadie, el mayor productor mundial es California. Últimamente esa parte de los Estados Unidos padece una terrible sequía y, al contrario de los cultivos de aquí donde nunca se riegan, sus árboles necesitan agua.
( ¡también alquilan el servicio de colmenas para polinizar los árboles!) 
 
Almendros secos / amandiers secs California

El precio de las almendras sube de forma vertiginosa y, antes de que su precio sea prohibitivo, os doy hoy la receta del delicioso turrón mallorquín.
Es un tipo de mazapán recubierto de una oblea.
Ventajas muy apreciadas: ese turrón es blando - eso para los que no tienen  los dientes muy sólidos - tiene limón y naranja y se conserva durante mucho tiempo.
Os dejo ver el vídeo, esa señora tiene el acento típico de aquí, ya que el español no es su primer idioma.


Ingrédients:
200 gr d'amandes pelées et réduites en poudre ou achetées en poudre
180 gr de sucre glace ou normal selon les goûts
Le jus d'une orange
Le zeste d'un citron
Cannelle selon vos désirs (moi j'en mets beaucoup comme la dame de la vidéo)
4 feuilles "d'hostie"
 
Réalisation
 Mélanger bien le tout, formez deux boules et procédez comme sur la vidéo.
Le torchon de cuisine qu'elle emploie pour tasser la pâte est humidifié.

Facile non?

06/12/2015

Dans la marge / En el margen



Roberto Juarroz (Argentina 1925-1995)
Décima poesía vertical
 


Il m'est arrivé de rêver des mots.
Les mots ne me laissent pas dormir.
Ils me cognent depuis l'envers du décor,
personnages subversifs
qui arrivent à déchirer le rideau
et pour toujours changer l’œuvre.

Les mots n'attendent pas.
Jusque quand dureront-ils?
Ils sont comme des gouttes de sang
qui tombent sur le texte
et parfois aussi dans la marge.

Mais ils ne se contentent pas des formes du jour,
de la veille éclairée entre la vie et la mort.
Le texte est infini
la marge l'est aussi.
Peut-être le texte devrait-il être dans la marge.

Le rêve est une région abandonnée
ou du moins disponible
à la nécessaire entrée du verbe.
 
(Trad: Colette)
 
 
He llegado a soñar con las palabras.
Las palabras no me dejan dormir.
Me golpean desde atrás del decorado,
personajes subversivos
que hasta llegan a rasgar el telón
para cambiar siempre la obra. 
 
Las palabras no esperan.
¿Hasta cuándo durarán?
Son como gotas de sangre
que van cayendo sobre el texto
y también a veces en el margen. 
 
Pero no les bastan las figuras del día,
la vigilia ilustrada entre la vida y la muerte.
El texto es infinito
y también lo es el margen. 
 
Quizá el texto debiera estar en el margen.
El sueño es una región abandonada
o por lo menos disponible
para la entrada necesaria del verbo.