09/08/2015

Siesta

Borges, le grand; des tas de spécialistes ont traduit ses poèmes et je n'aurais jamais osé me lancer si je n'avais lu celui-ci qui est assez abordable et si imagé.

La traduction du vers marqué par une étoile ne me satisfait pas vraiment mais je n'arrive pas à faire mieux en respectant le poème de JL Borges.

Borges, el grande; un montón de especialistas han traducido sus poemas y nunca me hubiera atrevido al no haber leído este, bastante ameno y tan lleno de imágenes.

 

 

Jorge Luis Borges

SIESTA     SIESTE

Des foules de soleil
    bloquent la maison
et le temps intimidé stagne
derrière les volets
    verts comme des cannaies
Laissant tout de côté
    retrouvons notre corps
  pareil à une vaine annotation  *
jusqu’à ce que les cloches débordantes
        versent le soir
et s'agenouille le ciel humilié
et nous nous vêtons de paysages prévus
 
 (trad. timide, Colette)
 
Fenêtre au caractère ombrageux (Ph. JEA/DR). Du blog Mosaïques 2
 
Muchedumbres de sol
    bloquean la casa
y el tiempo acobardado se remansa
detrás de las persianas
    verdes como cañaverales
Margenándolo todo
      hallamos nuestro cuerpo
   como una misma acotación inútil
hasta que las campanas rebosantes
            vierten la tarde
y se arrodilla el humillado cielo
y nos vestimos de previstos paisajes

Commentaires

Bonjour Colette,

Ah oui quel étonnant poème. Images fortes dans des mots si simples, images surprenantes et familières pourtant, comme ces foules de soleil qui bloquent la maison. Aux deux premiers vers je m'assieds déjà et je contemple.
Quel long cheminement a été le sien dans ce texte, pour dire les choses ainsi?
Merveille, limpidité, densité de la poésie.
De tous ceux que vous proposez, Colette, celui-ci va être dans le top 3!

Délicieuse journée ici, bise aérée.
Le bel été.

Belle journée pour vous Colette.

Écrit par : hommelibre | 10/08/2015

Ah que je suis contente qu'il vous "parle" autant HL!

Je sais que vous avez séjourné (vécu?) dans des endroits où la chaleur est intense en été, et ce pendant des mois. Je crois que pour saisir parfaitement, comme vous le faites, la portée des images, c'est indispensable. Ce "temps intimidé qui stagne" par exemple.

Le thermomètre s'agite ici autour des 30º plutôt que des 35º, ouf. C'est maintenant l'été normal, plus besoin de climatisation! ;-))

Bonne fin de journée et merci beaucoup.

Écrit par : colette | 10/08/2015

Dis pour une traduction timide, ce n'est quand même pas si mal ! Est-ce l'auteur qui est intimidant ? D'ailleurs tu n'es pas la seule, le temps selon Borges l'est aussi !
Force est de constater que les mots utilisés sont simples mais tous ils suggèrent avec force l'instant.

Écrit par : sergio | 13/08/2015

Tu as raison Sergio, c'est l'auteur qui...
Ces instants de soleil de plomb qui empêchent de mettre le nez dehors, c'est bientôt terminé ici à en croire les météorologues; espérons qu'ils disent vrai!
Bonne journée.

Écrit par : colette | 14/08/2015

Les commentaires sont fermés.