18/07/2015

Le vent qui court / El viento que corre

Un colis bien fermé et rempli de poèmes, trois recueils de poésie; c'est ce que le facteur m'a apporté en début de semaine. Rien ne pouvait me faire plus plaisir L., un tout grand merci.

 

Un paquete bien cerrado y lleno de poemas, tres libros de poesía; eso es lo que el cartero me ha traído al principio de la semana. Nada podía alegrarme más. L., muchísimas gracias.
 
KOMBOLOÏ est le titre de l'un d'eux.
 
Komboloï? Chez les Grecs, ce sont de petits chapelets que l'on égrène, non par nécessité religieuse, mais plutôt comme “passe-nerfs”, comme pour regagner une sérénité, un équilibre, un ordre sur le point de basculer. (…) Lambersy réunit ici les rites et rythmes de ses trois origines: La Grèce, l'Inde et la langue française” peut-on lire en quatrième de couverture.

 L'auteur, Werner Lambersy, est né en 1942 à Anvers et vit à Paris. 

 
KOMBOLOÏ es el titulo de uno de ellos.
 
En la contraportada se puede leer: “¿Komboloï? En Grecia son esos pequeños rosarios que desgranan, no por necesidad religiosa, sino como un “calma nervios” como para recobrar una serenidad, un equilibrio, un orden a punto de bascular. (…) Lambersy reúne aquí los ritos y los ritmos de sus tres orígenes: Grecia, India y la lengua francesa”
 
El autor, Werner Lambersy nació en Amberes en 1942 y vive en Paris.

 

Ce recueil est donc une suite de poèmes à lire et méditer comme les grains d'un chapelet.

 Asi pues este libro es una sucesión de poemas para leer y meditar como las cuentas de un rosario.

 

 

 

Vieux mur
 
il ne parle plus qu'à la terre
 
et tout bas

 

 
Pared vieja
 
Tan solo hablas a la tierra
 
y en voz baja

 

 

 

C'est un arbre à miroirs

 

pour faire chanter
 
l'oiseau qui viendrait seul
 

  

Es un árbol de espejos
 
para hacer cantar

 

al pájaro si viniera solo
 

 

La pluie est nue

  

elle aime
s'offrir aux passants

 

La lluvia esta desnuda
 
le gusta
 
ofrecerse a los viandantes
 

 

La seconde partie s'intitule Chànd-Màlà (En Inde« fleurs découpées dans la moelle du roseau, et servant d'offrande”)

 

Oui des dieux marchent
 
à nos côtés

 

qui ne connaissent
 
que les déserts
 
de l'âme

 

des dieux qui se disent
 
entre eux
 
ce que nous sommes
 
et nos peu de pouvoirs

 

mais ils ne savent rien
 
de notre ivresse
 
de chanter

 

de cette foi
 
qui ne demande aux mots
 
qu'un temple vide
 
et qui résonne bien

 

 

 

Kamulkia, templo budista

 

 

 

 

 

 

 

Sí dioses caminan

 

a nuestro lado
 

 

que tan solo conocen

 

los desiertos

 

del alma

 

 

 

dioses que se cuentan

 

entre ellos

 

lo que somos

 

y nuestros escasos poderes

 

 
pero nada saben

 

de nuestra embriaguez

 

al cantar

 

 

 

de esa fe

 

que solo pide a las palabras

 

 

 

un templo vacío

 

con buena resonancia

 

 

 

Le vent
 
qui court
 
 
n'arrive pas
 
 
 
on l'a vu trébucher
 
sur un brin d'herbe

  

sur un caillou
 
sur pas grand chose

 

le vent qui pousse
 
 aux portes
 
 
jamais
 
n'entre tout à fait

 

 

 

El viento
 
que corre

 

no llega

 

se le ha visto tropezar
 
con una brizna de hierba
 

 

con un canto
 
con poca cosa

 

 
el viento que empuja
 
las puertas

 

nunca
 
del todo entra

 

 

 

 

Traductions: M.A.H y Colette

 

 

 

Titre: Komboloï suivi de Chànd-Màlà, edition Le Dé Bleu (1985)

 

Extraits P 28, 32, 38, 90, 94.

 

 

 

Ce petit recueil est une merveille, je vous le recommande vivement.

 

 

 

Commentaires

... waow...
... juste déguster du bout des yeux et des oreilles.
Rien d'autre à dire...

Bon week-end.

Écrit par : hommelibre | 18/07/2015

Si, autre chose: cool la nouvelle photo!
:-)

Écrit par : hommelibre | 18/07/2015

@ Merci Homme Libre et dégustez à l'aise.
Une poésie subtile, aérienne, des mots qui trouvent écho en nous.

Bon week-end à vous.

Écrit par : colette | 18/07/2015

Les commentaires sont fermés.