14/09/2014

Lope de Vega et les tumultes amoureux / Lope de Vega y los tumultos amorosos

Le grand, l'immense et prolifique (bel homme aux traits fins aussi!) Lope de Vega 1562-1635, admiré de tous les écrivains (exception faite de Góngora), celui qui a révolutionné le théâtre espagnol pendant le Siècle d'Or, eut une vie amoureuse pour le moins tumultueuse. Ces "agitations" du corps et de l'âme lui firent rater de belles occasions et même mené à l'exil...
Aujourd'hui, un poème sur l'amour qui lui semblait aussi turbulent que le fut sa vie.
 
 

El gran, el inmenso y prolífico (y hombre guapo de rasgos finos!) Lope de Vega, admirado por todos los escritores (excepto Góngora), el que revolucionó el teatro español durante el Siglo de Oro, tuvo una vida amorosa tumultuosa. Esas “agitaciones” del cuerpo y del alma le hicieron perder muchas buenas ocasiones y le llevaron incluso al exilio...
Hoy, un poema sobre el amor que le parecía tan turbulento como fue su vida.

S'évanouir, oser, être furieux,
rugueux, tendre, libéral, revêche,
brave, mortel, défunt, vivant,
loyal, traître, lâche et courageux ;

ne pas chercher le repos hors du bien,
se montrer joyeux, triste, humble, fier,
courroucé, vaillant, fuyant,
satisfait, offensé, méfiant ;

fuir le visage à la claire désillusion,
boire le poison comme une suave liqueur,
oublier le profit, aimer la perte ;

croire qu'un ciel tient dans un enfer,
donner vie et âme à une désillusion,
tel est l'amour, qui l'a éprouvé le sait.
 
(trad: Colette)
 
 
Desmayarse, atreverse, estar furioso,
áspero, tierno, liberal, esquivo,
alentado, mortal, difunto, vivo,
leal, traidor, cobarde y animoso;

no hallar fuera del bien centro y reposo,
mostrarse alegre, triste, humilde, altivo,
enojado, valiente, fugitivo,
satisfecho, ofendido, receloso;

huir el rostro al claro desengaño,
beber veneno por licor suave,
olvidar el provecho, amar el daño;

creer que un cielo en un infierno cabe,
dar la vida y el alma a un desengaño;
esto es amor, quien lo probó lo sabe.

Commentaires

Etonnant texte - quelle modernité !

Si on lit la version en castillan en premier, on se fait une idée floue du contenu. Tous ces adjectifs nous semblent familiers, certains sont évidents : furioso, liberal, valiente , fugitivo
D'autres, plus mystérieusement éloignés du français : esquivo, aletando ( ce n'est donc pas "haletant" !) animoso ( pas "animé" !).
Ces "faux amis" pourraient nous bercer dans l'illusion de ne pas avoir besoin d'une traduction avisée.

Généralement, les textes truffés d'adjectifs sont perçus comme lourds. L'abus d'adjectifs serait le signe d'une sorte de paresse stylistique.
Ici, il en est tout autrement.
L'égrènement des adjectifs produit l'effet de la percussion. (le battement du coeur ?)

Merci, une fois de plus, de m'avoir fait découvrir un poème plein de souffle.

Écrit par : Calendula | 14/09/2014

Merci à vous Calendula pour cette étude lexicale approfondie. J'ai bien regretté n'être pas arrivée à respecter les rimes, mais bon.

Un ciel tient-il dans un enfer?

Vous l'avez bien perçu: étonnant de modernité ce poème et, malgré les énumérations (si j'ose dire), le ton y est léger.

Bonne semaine à vous.

Écrit par : colette | 15/09/2014

"Un ciel tient-il dans un enfer?"
Probablement pas vraiment, mais il s'agit justement du tumulte amoureux ! ;-))

Respecter les rimes ? En français, avec l'accent tonique qui tombe toujours sur la fin du mot, la rime riche peut être lourde.
Qu'en est-il en castillan ? Est-ce que " esquivo" "vivo" "animoso" et "furioso" sont accentués de façon similaire ?

Je crois que vous faites le bon choix en privilégiant le sens, le rythme, le ton.

Écrit par : Calendula | 15/09/2014

Vous me faites penser à cette chanson de Nougaro...Rime.
"J´aime les manèges quand ils riment avec la neige
J´aime les nains qui riment avec Blanche-Neige
Rimons rimons tous les deux
Rimons rimons si tu veux
Même si c´est pas des rimes riches
Arrimons-nous on s´en fiche

J´aime la vie quand elle rime à quelque chose
J´aime les épines quand elles riment avec la rose
Rimons rimons belle dame
Rimons rimons jusqu´à l´âme
Et que ma poésie
Rime à ta peau aussi..."

En espagnol l'accent tonique, à moins qu'un "tilde" (accent)n'indique le contraire comme dans "áspero" ou "caléndula", tombe sur l'avant dernière syllabe. On dit donc "suAve", ou BEso.

Merci d'approuver un choix parfois casse-tête! (un enfer??;-))

Écrit par : colette | 15/09/2014

Les paroles de Nougaro tombent à pic !
C'est tout à fait ce que je voulais dire : à un moment donné, la rime devient presque drôle.

En castillan, la dernière syllabe sera donc moins appuyée et la rime en sera moins percutante.

(Merci de m'apprendre comment écrire et prononcer mon pseudo dans la langue de Cervantès ! Me voilà presque prête à aller commenter sur des sites hispaniques ;-)) Excellent exemple, et très pédagogique !)

Écrit par : Calendula | 15/09/2014

Les commentaires sont fermés.