03/03/2014

Tout en rond / Redondito

Si, vers 1600, les Espagnols ne trouvèrent aucune richesse digne de leur avidité en Uruguay, ce pays tout en rond qui semble petit sur la carte d'Amérique du sud mais fait quand même 6 fois la Belgique, réserve d'innombrables et excellentes surprises de tout genre. À vrai dire, à part Martio Benedetti et son enviable président actuel, José Mujica, sa belle capitale portuaire Montevideo, que et qui connaissons-nous là-bas? Nous allons y séjourner un temps et j'espère que cela vous plaira.

 

 
Si por los años 1600 los Españoles no encontraron ninguna riqueza digna de su avidez en Uruguay, ese país redondito que parece pequeño en el mapa de América del Sur pero que es 6 veces más extenso que Bélgica, depara múltiples y excelentes sorpresas de todo tipo. A decir verdad, aparte Mario Benedetti y su envidiable presidente actual, José Mujica, su bella capital portuaria Montevideo, qué y a quién conocemos allí? Vamos a pasar un tiempo en ese país y espero que os guste.

 

 

 

Ricardo Pascale (Montevideo 1942)      


 

Mario Benedetti 

  

Défense de la joie 1979

 

 

Défendre la joie comme une tranchée
la défendre du scandale et de la routine
de la misère et des misérables
des absences transitoires
et définitives

 

(...)

 

défendre la joie comme un drapeau
la défendre de la foudre et de la mélancolie
des naïfs et des canailles
de la rhétorique et des arrêts cardiaques
des endémies et des académies

 

 
défendre la joie comme un destin
la défendre du feu et des pompiers
des suicides et des homicides
des vacances et de l’accablement
de l’obligation d’être joyeux

 

 

défendre la joie comme une certitude
la défendre de l’oxyde et de la crasse
de la fameuse patine du temps
de la fraîcheur et de l’opportunisme
des proxénètes du rire

 

 

défendre la joie comme un droit
la défendre de dieu et de l’hiver
des majuscules et de la mort
des noms et des pitiés
du hasard
et aussi de la joie.

 

 

Mario Benedetti (1920-2009)Cotidianas (1979) – Traduit de l’espagnol par Annie Morvan

Defensa de la alegría, 1979

 

 

Defender la alegría como una trinchera
defenderla del escándalo y la rutina
de la miseria y los miserables
de las ausencias transitorias
y las definitivas

 

(...)

 

defender la alegría como una bandera
defenderla del rayo y la melancolía
de los ingenuos y de los canallas
de la retórica y los paros cardiacos
de las endemias y las academias

 

 

 

defender la alegría como un destino
defenderla del fuego y de los bomberos
de los suicidas y los homicidas
de las vacaciones y del agobio
de la obligación de estar alegres

 

 

 

defender la alegría como una certeza
defenderla del óxido y la roña
de la famosa pátina del tiempo
del relente y del oportunismo
de los proxenetas de la risa

 

 

 

defender la alegría como un derecho
defenderla de dios y del invierno
de las mayúsculas y de la muerte
de los apellidos y las lástimas
del azar
y también de la alegría

 

Commentaires

C'est un programme, un vrai programme personnel pour préserver la joie.
Merci Colette.

Écrit par : hommelibre | 04/03/2014

Elle est si fragile Homme Libre, il s'agit de la protéger contre tout, même contre elle-même parfois!
Bonne journée, merci d'être passé.

Écrit par : colette | 04/03/2014

L'Europe va mal et elle fait tout pour s'en sortir. Le peuple ne sait plus ce que la joie veut dire vraiment. Dépassés par ce qu'arrive actuellement, la politique est le plat du jour. on parle , argent, banques, évasions fiscale, immigration massive, chômage, plus de logements, précarité, la presse n'est plus libre, etc... Bruxelles qui n'écoute plus les peuples. l'Europe ne peut plus continuer à exploiter le continent Africain, ni Asiatique. L'Uruguay comme tant d'autres pays latino-américains sont le futur de ces pays Européens épuisés, vieux, sans ressources, sans futur ni espoir ?.
Je préfère dire que l'on doit préserver de tout les conflits du monde a cette partie de la planète. Depuis quelques années, la vieille Europe vise l'Amérique Latine et ses ressources. J'espère simplement que l'on exporte pas nos malheurs dans ce continent qui va plutôt bien...

Écrit par : Manco | 04/03/2014

Et si l'espoir résidait dans la joie de menus plaisirs humains, immatériels? Quelles richesses à notre portée à tous, celles que nous ignorons délibérément...avons-nous tout oublié?
Vous avez raison Manco, les pays sud Américains s'en sortent assez bien, l'Uruguay en particulier. Pourvu, pourvu qu'ils ne suivent pas nos pas.
Merci de votre passage ici.

Écrit par : colette | 04/03/2014

Les commentaires sont fermés.