26/01/2014

En ce temps-là / En aquel tiempo

Le poète chilien d'aujourd'hui vous le connaissez peut-être grâce à sa prose, ces deux romans: "Les détectives sauvages" ou "2666".
Roberto Bolaño...dans la revue l'Express, cet excellent article sur lui: ici


Tal vez conozcáis al poeta chileno de hoy, Roberto Bolaño a través de su prosa, sus dos novelas "Los detectives salvajes" o "2666"
Aquí mucha información sobre él.

Le peintre, chilien aussi, est Benito Rebolledo (1881-1965) 

Benito Rebolledo

 

 

 

 Mais nous parlons ici de poésie...Pero hablamos aquí de poesía...

 

Extrait de Les chiens romantiques

 

Roberto Bolaño

 


En ce temps-là j'avais vingt ans
et j'étais fou.
J'avais perdu un pays
mais j'avais gagné un rêve.
Et si j'avais ce rêve
le reste était sans importance.
Travailler, prier
ou étudier à l'aube
auprès des chiens romantiques.
Et le rêve vivait dans le vide de mon esprit.
Une chambre en bois,
dans la pénombre,
dans l'un des poumons du tropique.
Et parfois je rentrais en moi
et je rendais visite au rêve : statue qui s'éternise
en des pensées liquides,
un ver blanc qui se tord
dans l'amour.
Un amour débridé.
Un rêve dans un autre rêve.
Et le cauchemar me disait : tu grandiras.

Tu laisseras derrière toi les images de la douleur et du labyrinthe
et tu oublieras.
Mais en ce temps-là grandir aurait été un crime.
Je suis ici, dis-je, avec les chiens romantiques
et c'est ici que je vais rester.

 

 

 

(Trad: Colo)

La risa del mar / le rire de la mer B. Rebolledo

 

 

 

Extracto de Los Perros románticos

 

Roberto Bolaño

 

En aquel tiempo yo tenía veinte años  
y estaba loco.  
Había perdido un país  
pero había ganado un sueño.  
Y si tenía ese sueño  
lo demás no importaba.  
Ni trabajar ni rezar  
ni estudiar en la madrugada  
junto a los perros románticos.  

 

Y el sueño vivía en el vacío de mi espíritu./  
Una habitación de madera,  
en penumbras,  
en uno de los pulmones del trópico.  
Y a veces me volvía dentro de mí 
y visitaba el sueño: estatua eternizada  
en pensamientos líquidos,  
un gusano blanco retorciéndose  
en el amor.  
Un amor desbocado.  
Un sueño dentro de otro sueño.  
Y la pesadilla me decía: crecerás.  
Dejarás atrás las imágenes del dolor y del laberinto 
y olvidarás.  
Pero en aquel tiempo crecer hubiera sido un crimen.

 

Estoy aquí, dije, con los perros románticos

 

y aquí me voy a quedar.

 

 

 

Portrait d'enfant B. Rebolledo

 

Commentaires

Je ne connais pas (lui non plus) ce poète. Quelles découvertes par ici ....
Bonne semaine.

Écrit par : Bonheur du jour | 27/01/2014

Bonne semaine à vous aussi!
Merci de la visite inattendue ici.

Écrit par : colette | 28/01/2014

Les commentaires sont fermés.