21/12/2013

Étrennes / Aguinaldo

C'était la tradition: des représentants des différentes corporations faisaient du porte à porte, offraient une carte de voeux et acceptaient volontiers quelques pesetas...

 

Era la tradición: representantes de diferentes corporaciones iban de puerta en puerta, ofrecían una tarjeta de felicitación y aceptaban con gusto unas pesetas...


 (Clic pour mieux apprécier les détails...)

Le veilleur de nuit              

 

Le balayeur                                  

 

                                                                       
               

                                                  L'apprenti

 

Le laveur de voitures

 

 

 

Le barbier

 

le garçon de café

 


 

Le charretier

 

L'allumeur de réverbères

 

Le serrurier


 ET UNE FEMME, UNE...!  / Y UNA MUJER; UNA...!

14/12/2013

Tisser les mots / Tejer las palabras


  L'Heure des oiseaux

LUZ MARY GIRALDO (Colombienne)

                                 Insaisissable
couseuse                                       
la parole

tisse d'une toile trompeuse

la blessure de la nuit:

joue à être libre

ou rêve d'aventure.

Telle l'éternelle Pénélope
 
elle tisse la tunique de tous

défaufile le secret de l'attente

jusqu'à inventer un nouveau visage

ou un miroir sans nom.

Insaisissable couseuse

elle écoute passer le vent

fatigué par les oiseaux.
 
                                                 (Trad: Colette)
 
 

 
 

LA HORA DE LOS PÁJAROS


LUZ MARY GIRALDO (Colombiana)
 
Inasible y costurera               
la palabra

teje con tela engañosa

la herida de la noche:

juega a la libertad

o sueña la ventura.

Como eterna Penélope

teje la túnica de todos

deshilvana el secreto de la espera

hasta inventar un nuevo rostro

o un espejo sin nombre.

Inasible y costurera

oye pasar el viento

fatigado por los pájaros.

 

01/12/2013

Un verre d'eau glacée / Un vaso de agua helada

Un poème d'Odilon-Jean PÉRIER, poète belge 1901-1928.
Une fontaine à Bruxelles; sur la vasque ces mots gravés: « je t'offre un verre d'eau glacée n'y touche pas distraitement il est le prix d'une pensée sans ornement ». (source et photo ici)

Un poema de Odilon-Jean PÉRIER, poeta belga 1901-1928.

Una fuente en Bruselas; en la pila esa palabras grabadas: "Un vaso de agua helada te regalo no lo toques distraído del pensamiento es el fruto sin adornos".

 

 

Le citadin

 

 

Je t´offre un verre d´eau glacée
N´y touche pas distraitement
Il est le fruit d´une pensée
Sans ornement

Tous les plaisirs de l´amitié
Combien cette eau me désaltère
Je t´en propose une moitié
La plus légère

Regarde, je suis pur et vide
Comme le verre où tu as bu
Il ne fait pas d´être limpide
Une vertu

Plus d´eau mais la lumière sage
Donne à mon présent tout son prix
Tel un poète aux dieux s´engage
Et reste pris

 

 

 

Et Julos Beaucarne qui l'a mis en musique, et chanté. Amitiés.

 

 

 

 

El ciudadano

 

 

 

Un vaso de agua helada te regalo

 

No lo toques distraído

 

Del pensamiento es el fruto

 

Sin adornos

 

 

 

Todos los placeres de la amistad

 

Cuánto me desaltera esa agua

 

Te propongo la mitad

 

La más ligera

 

 

 

Mira, soy puro y vacío

 

Como el vaso en que bebiste

 

No hace de su claridad

 

Una virtud

 

 

 

No hay agua mas la luz sabia

 

es la que a mi regalo da el precio

 

Tal un poeta comprometido con los dioses

 

Y atrapado

 

 

(Trad: Colette & MAH, gracias!)