01/07/2012

L'âme mystérieuse de l'Espagne populaire / El alma misteriosa de la España popular

L'endroit est superbe et si frais en été; ce fut le premier hôtel de Palma transformé maintenant en salles d'exposition par La Caixa. En ce moment il y en a deux : la plus importante, et à ne pas rater, offre de très nombreux dessins, souvent fort féroces, sarcarstiques, de George Grosz.
El sitio es magnífico y tan fresco en verano ; fue el primer hotel de Palma ahora trasformado en salas de exposición por La Caixa. En este momento hay dos: la más importante, no se la pierdan, ofrece numerosos dibujos, a menudo feroces, satíricos, de George Grosz.



Mais c'est au deuxième étage que je vous mène aujourd'hui, une vraie découverte pour moi, la photographe Cristina García Rodero. La première femme espagnole devenue membre de l'agence Magnum.
Pero hoy os llevo al segundo piso. Fue para mí un verdadero descubrimiento, las fotos de Cristina García Rodero. La primera mujer española miembro de la agencia Magnum.
Il est rare de voir des sourires lors des visites d'expos, non ? Des trois personnes dans la salle, deux d'entre elles, plus très jeunes, riaient doucement devant certaines photos dont celles-ci.
Pocas veces se ven sonrisas en las visitas de exposiciones, ¿no ? Des las tres personas presentes en la sala, dos de ellas, ya no muy jóvenes, reían por bajo delante de algunas fotos, de las cuales estas.
cristina-garcía-rodero-5.jpgEl ofertorio / Amil 1979

ACF0482-10.jpg
Las potencias del alma / 1976 Puente Genil (Córdoba)

Le sujet est « Espagne occulte » , une longue série de photos en noir et blanc, des fêtes religieuses, des gens, plutôt des gens pendant les fêtes, dans les années '70-'80.
« J'ai essayé de photographier l'âme mystérieuse, vraie et magique de l'Espagne populaire avec sa passion, son amour, humour, tendresse, rage, douleur, avec sa vérité ; et les moments les plus intenses et pleins de la vie des personnages, aussi simple qu'irrésistibles, avec toute leur force intérieure, en un défi personnel qui me donna force et compréhension et dans lequel j'ai investi tout mon coeur. » C. García Rodero.

El tema es « España oculta », una larga serie de fotos en blanco y negro, de fiestas religiosas, de gente, mejor dicho de gente durante las fiestas, en los años '70-'80.
Cristina García Rodero
"Intenté fotografiar el alma misteriosa, verdadera y mágica de la España popular con su pasión, su amor, humor, ternura, rabia, dolor, con su verdad; y los momentos más intensos y plenos en la vida de los personajes, tan simples como irresistibles, con toda su fuerza interior, en un desafío personal que me dio fuerza y comprensión y en el cual invertí todo mi corazón."

C'est l'Espagne d'hier, d'aujourd'hui aussi ; sinon allez vous promener dans les villages en fête.
Es la España de ayer, también la de hoy ; sino vayan a pasearse por los pueblos en fiestas.

Sa photo préférée ? Il paraît que c'est la petite fille qui saute en chantant devant un cimetière et qui représente un fort contraste vie-mort, la magie et le mélange réel-irréel.
¿Su foto preferida ? Parece ser la niña que salta y canta delante de un cementerio y que representa un fuerte contraste vida-muerte, la magia y la mezcla real-irreal.
41zo7K4x8gL._SL500_.jpg
livre français.jpeg


Les miennes? Celles-ci peut-être.
¿Las mías ? Estas tal vez.
ACF0482-09.jpg
cristina.jpg
Los angelitos / Morella 1987
Il y en a tant, toutes émouvantes, que voici un document en PDF où vous pourrez en regarder des dizaines...bien que la qualité ne soit pas très bonne.


Photos: Cristina García Robero trouvées sur la toile / Fotos de Internet

Commentaires

C'est beau, mystérieux et suggestif.

Écrit par : Rémi Mogenet | 01/07/2012

Oui Rémi, ces photos constituent assurément un fort beau document de réalités pas lointaines du tout, à peine 30-35 ans.
Bonne journée.

Écrit par : colette | 01/07/2012

Bonjour Colette,

Etonnantes photos. Le regard est très original. Capter ces moments, les mettre en scène de cette manière si simple et décalée en même temps, c'est un talent.

Je commence à faire appel à un cours en ligne d'espagnol pour la prononciation. Quand vos textes en espagnols étaient plus longs ou compliqués pour moi, je n'insistais pas. Depuis notre échange où je vous disais vous lire en espagnol, vous m'avez donné envie d'en faire un peu plus. Mais je n'en suis qu'au début! Je vais voir jusqu'où je me prends au jeu!... :-)

http://www.espagnol-online.de/grammaire/chapitre1/1_1_prononciation_c_ch.htm

Ici pluie collante, masse nuageuse lente, et 10° de moins.

Bonne journée!

Écrit par : hommelibre | 01/07/2012

Ah, la "pronunciación"... déjà ce mot est une bonne pratique Homme Libre.

Moi je me suis inscrite à un cours de catalan online,; je le parle mal, enfin sa variante majorquine, faute de savoir conjuguer correctement les verbes et par manque de vocabulaire aussi...pourtant je le comprends bien, mais c'est un pas supplémentaire à franchir.

Après 3 jours de canicule, 35º, aujourd'hui orages et mini baisse de la tº, 28º!

Belle semaine à vous.

Écrit par : colette | 01/07/2012

Elles sont si étranges, ces photos! Malgré le fait qu'elles soient relativement récentes, elles me font penser au cinéma muet :-), même expressivité et même mystère.

Pour ceux qui apprennent l'espagnol, une des plus grandes difficultés est de prononcer les mots en mettant les accents à la bonne place. La règle est relativement simple (toute cette histoire de voyelles, n et s), mais difficile à appliquer dans la conversation. Il y a une chose semblable dans le catalan de Barcelone, mais cela concerne seulement certaines voyelles.

Ah, le majorquin! Je me souviens des très beaux textes de Carme Riera, difficiles à lire, même si je parle la variante valencienne, mais lorsque je trouvais "sa" à la place de "la", c'était quelque peu déconcertant.

Écrit par : Inma Abbet | 02/07/2012

Tiens, je n'avais pas pensé au cinéma muet, mais oui, tu as raison.

Ce qui est amusant dans ces "variations" (pour ne pas les fâcher en parlant de dialectes) c'est que les majorquins comprennent parfaitement les catalans, mais que l'inverse n'est - disent ces derniers - pas vrai...
Carme Riera, oui, une fort belle écriture. Elle traduit, ou plutôt réécrit elle-même ses textes en castillan, intéressante démarche.
Belle journée Inma.

Écrit par : colette | 03/07/2012

Les commentaires sont fermés.