24/03/2012

Un si profond mal être / un malestar tan profundo

Je me souviens des noirs matins du soleilAlejandra Pizarnik.jpg

Quand j'étais fillette

Recuerdo las negras mañanas de sol

Cuando era niña

 

La poésie d'Alejandra Pizarnik est faite de silences, de miroirs, d'ombres inquiétantes, de jardins, de murs fissurés, de blessures mortelles...

Comme le dit Angèle Paoli (Terres de femmes – poèmes en espagnol) dans un superbe texte, tout en délicatesse et nuances, on s'attache à ses mots et essaye de trouver où se raccrocher, une lueur.

Curieux qu'elle soit si peu connue par ici, elle qui est presque vénérée en Argentine. Alejandra a pourtant passé plusieurs années de sa vie à Paris et a traduit Bonnefoy, Artaud, Michaux et Aimé Césaire.

Peut-être effraye-t-elle trop?

Vous trouverez sa biographie, des poèmes en français et une excellente analyse de ses mots sur le blog Esprits Nomades.

 

Alors j'ai cherché une lueur, j'en ai trouvé une dans l'érotisme.

 

AMANTES

Una flor

no lejos de la noche

mi cuerpo mudo

se abre

a la delicada urgencia del rocío

De "Los trabajos y las noches" 1965

Amants

Une fleur

pas loin de la nuit

mon corps muet

s'ouvre

à la délicate urgence de la rosée.

(Traduction: Colette)

 

Plus sombres ces mots extraits d'un de ses recueils, “L'arbre de Diane”.

Más oscuras, estas palabras de uno de sus libros “El árbol de Diana”.

 

7

Salta con la camisa en llamas

de estrella a estrella,

de sombra en sombra.

Muere de muerte lejana

la que ama al viento.

Saute la chemise en feu

d'étoile en étoile,

d'ombre en ombre.

Meure de mort lointaine

celle qui aime le vent.

11
ahora

en esta hora inocente

yo y la que fui nos sentamos

en el umbral de mi mirada

maintenant

en cette heure innocente

moi et celle que je fus nous asseyons

sur le seuil de mon regard.



37
más allá de cualquier zona prohibida

hay un espejo para nuestra triste transparencia

au-delà de toute zone interdite

il y a un miroir pour notre triste transparence.

 

van_gogh_noche_estrellada.jpg

Et quelques vers d'un poème.

 

Exilio

Exil

A Raúl Gustavo Aguirre


(...)
¿Y quién no tiene un amor?

¿Y quién no goza entre amapolas?

¿Y quién no posee un fuego, una muerte,

un miedo, algo horrible,

aunque fuere con plumas,

aunque fuere con sonrisas?

Siniestro delirio amar a una sombra.

La sombra no muere.

Y mi amor

sólo abraza a lo que fluye

como lava del infierno:

(...)

Et qui n'a un amour?

Et qui ne jouit parmi les coquelicots?

Et qui ne possède un feu, une mort,

une peur, quelque chose d'horrible,

même s'il y a des plumes,

même s'il y a des sourires?

 

Sinistre délire que d' aimer une ombre.

L'ombre ne meurt.

Et mon amour

n'embrasse que ce qui coule

comme lave de l'enfer:

(…)

(Trad: Colette)


Pour terminer, cet extrait d'une interview d'Alejandra qui donne un éclairage supplémentaire à cette personnalité si particulière et émouvante.
Para terminar, ese extracto de una entrevista a Alejandra que da un luz más a esta personalidad tan particular y conmovedora.

A.P. - Entre otras cosas, escribo para que no suceda lo que temo; para que lo que me hiere no sea; para alejar al Malo (cf. Kafka). Se ha dicho que el poeta es el gran terapeuta. En este sentido, el quehacer poético implicaría exorcizar, conjurar y, además, reparar. Escribir un poema es reparar la herida fundamental, la desgarradura. Porque todos estamos heridos.

AP- Entre autres choses j'écris pour que n'arrive pas ce que je crains; pour que ce qui me blesse ne soit pas; pour éloigner le Malin (cfr Kafka). On a dit que le poète est le grand thérapeute. En ce sens, l'affaire poétique impliquerait exorciser, conjurer et, de plus, réparer. Écrire un poème est réparer la blessure fondamentale, la déchirure. Car nous tous sommes blessés.


M.I.M. - (…) creo, casi con certeza, que el viento es uno de los principales autores de la herida, ya que a veces se aparece en tus escritos como el gran lastimador.*

M.I.M.- (…) je crois, je suis presque certaine, que le vent est l'un des principaux auteurs de la blessure, car il apparait parfois dans tes écrits comme le grand “blesseur”.


A.P. - Tengo amor por el viento aun si, precisamente, mi imaginación suele darle formas y colores feroces. Embestida por el viento, voy por el bosque, me alejo en busca del jardín.

A.P: – J'ai de l'amour pour le vent même si, précisément, mon imagination lui donne souvent des formes et couleurs féroces. Agressée par le vent, je vais dans les bois, je m'éloigne à la recherche du jardin.

 

M.I.M.- ¿En la noche?
A.P. - Poco sé de la noche pero a ella me uno. Lo dije en un poema: Toda la noche hago la noche. Toda la noche escribo. Palabra por palabra yo escribo la noche.*

M.I.M. - La nuit?

A.P. Je sais peu de la nuit mais je m'unis à elle. Je l'ai dit dans un poème: Toute la nuit je fais la nuit. Toute la nuit j'écris. Mot à mot j'écris la nuit.

 

M.I.M.- En un poema de adolescencia también te unís al silencio.
A.P. - El silencio: única tentación y la más alta promesa. Pero siento que el inagotable murmullo nunca cesa de manar (...). Por eso me atrevo a decir que no sé si el silencio existe.

M.I.M.- Dans un poème d'adolescence tu t'unis aussi au silence.

A.P.- Le silence: unique tentation et la plus haute promesse. Mais je sens que l'inépuisable murmure jamais ne cesse de surgir. (…) . C'est pour cela que j'ose dire que je ne sais si le silence existe.

 

Entrevista a Alejandra Pizarnik (extracto)

Por Marta Isabel Moia [*]

Entrevista de Martha Isabel Moia, publicada en El deseo de la palabra, Ocnos, Barcelona, 1972.

 

Commentaires

Bonsoir Colette,

Je partage bien ce qu'elle dit dans l'interview:

"Entre autres choses j'écris pour que n'arrive pas ce que je crains; pour que ce qui me blesse ne soit pas; pour éloigner le Malin (cfr Kafka). On a dit que le poète est le grand thérapeute. En ce sens, l'affaire poétique impliquerait exorciser, conjurer et, de plus, réparer. Écrire un poème est réparer la blessure fondamentale, la déchirure. Car nous tous sommes blessés."


J'avais fait un comm pour "Quand les mots s'ouvrent" et je pense que j'ai dû quitter Firefox avant de l'envoyer... et maintenant je ne sais plus ce que c'était... raaahhh...

:-)

Bonne soirée.

Écrit par : hommelibre | 24/03/2012

Bonjour Homme Libre,

Votre avis de thérapeute m'intéresse bien sûr et je me demandais si parfois vous incitiez les "blessés" à écrire des poèmes. J'ai lu votre beau texte qui recommande la danse pour "exorciser" douleurs et larmes; une voie corporelle, indissociable des mots, des peines.

Est-il tôt ou tard? Ces changements horaires font douter!!!
Belle journée à vous.

Écrit par : colette | 25/03/2012

Bonjour Colette,

Oui cela m'est arrivé de suggérer d'écrire, pas simplement écrire comme une chronique mais avec cette liberté de transmutation que permet la poésie. Peu importe la logique, la cause à effet, l'important est de trouver une manière de dire qui libère un peu, qui redonne au moins le pouvoir des mots - dont vous connaissez l'importance.

Le résultat, je ne peux le quantifier. D'ailleurs c'est plus l'acte d'écriture qui compte que le résultat lui-même. Il y a des blessures avec lesquelles nous devons nous contenter d'apprendre à vivre.

Le texte d'hier m'était nécessaire pour voir plus clair. Il m'a fait réaliser un peu plus l'importance du corps dans l'ancrage et l'évolution intérieurs.


Belle journée à vous aussi Colette.

Écrit par : hommelibre | 25/03/2012

Les commentaires sont fermés.