15/10/2011

Gouttelettes de brume / Gotitas de bruma


La récolte a été bonne, mon panier est plein.
Il y avait des coings et des kakis, trop lourds ou sucrés, alors j'ai ramené des perles, des larmes de brume. Du nord au sud, la terre en était semée.

La cosecha fue buena, se llenó mi cesta.
Había membrillos y kakis, demasiado pesados o dulces, entonces traje unas perlas, lágrimas de bruma. Del norte al sur, la tierra estaba sembrada.


Venu du nord, voici un haïku composé par le nouveau prix Nobel, Tomas Tranströmer.

Gnolar i dimman..............Fredonne dans la brume.
En fiskebåt långt ute...... Au loin un bateau de pêche -
trofé på vattnet...............trophée sur l´eau

Tomas Tranströmer La grande énigme 45 haïkus. Adaptés du suédois par Jacques Outin. Préface de Petr Krâl (Le castor Astral, 2004)

Canturrea en la bruma
A lo lejos un barco de pesca -
trofeo en el agua (trad Colette)

Passons par la Belgique, murmures de craquellements, mais une brume joliment colorée.


La brume est comme une prune.
La peau résiste.
Si elle se fissure, le paysage s'éparpille en gouttelettes... JEA


La boira és com una pruna.
La pell resisteix.
Si es fissura, el paisatge s'espargeix en gotetes...
(trad. catalan Anaïs, gracias)

 

 

 

De forêts en toiles d'araignées, nous voici au Portugal avec VITOR CINTRA et ses mélancoliques silences. Grâce à Armando la traduction en français est... magique.

Nas brumas dos meus silêncios
Nascem visões encantadas,
Com ninfas, bruxas e fadas,
Sonhos de amor, sempre densos.

Nas brumas dos meus silêncios,
Onde os mistérios são nadas,
Surgem paixões exaltadas,
Feitas desejos, imensos.(...)

do livro " Pedaços do Meu Sentir "

Dans les brumes de mes silences
Naissent des visions enchantées,
Il y a des nymphes, sorcières et fées,
Rêves d'amours, toujours denses.

Dans les brumes de mes silences
Où les mystères ne sont rien,
Surgissent des passions exaltées,
Faites de désirs immenses.



Partir puis revenir chez soi, non sans passer par l'Andalousie et Federico.

Otra canción de OtoñoF, García Lorca.

¡El sueño se deshizo para siempre!
En la tarde lluviosa mi corazón
aprende la tragedia otoñal
que los árboles llueven.
-----------
¡Cómo me dice el agua
que el sueño se deshizo para siempre!
¿El sueño es infinito?
La niebla lo sostiene
y la niebla es tan sólo
cansansio de la nieve. (...)



Une autre chanson d'automne F. García Lorca

Le rêve s'est pour toujours défait!
Dans la soirée pluvieuse
mon cœur apprend
la tragédie de l’automne
qui fait les arbres pleuvoir.

------------------

Comme l'eau me dit
que le rêve s'est pour toujours défait!
Le rêve est-il infini?
La brume le prétend
et la brume n'est que
fatigue de la neige. (...)
(Trad.: Colette)
Foto 1: captainjpslog.blogspot.com
Fotos 2-3: Colette

Commentaires

Waow... Très beau Colette. Très bon pour commencer une journée de brume et de soleil, d'automne et de lumière pastel.

Tragédie ou plénitude du coeur, le rêve trouve toujours sa place...

Très belle journée pour vous dans les perles et les larmes de brume.

Écrit par : hommelibre | 15/10/2011

Merci Homme Libre, vous ensoleillez mes samedis!
Comment éviter de voir la brume politico-socio-économique qui règne du nord ou sud? Surtout au sud.
J'ai lu que vous êtes de La Louvière, figurez-vous que ma mère y était née, quelle coïncidence! Mais elle n'était pas chasseresse -:))
Bon weekend, plein de rêves pastels.

Écrit par : colette | 15/10/2011

C'était mon père, mais du coup je connais un peu. Mais ce billet n'était pas du meilleur goût, la critique que j'ai reçue était justifiée.

Merci pour ce que vous dites. Moi je vous attends chaque week-end. Vous êtes une personne avec laquelle je laisse tomber mes armes. (Euh... je vous l'ai peut-être déjà dit... je me répète...)

:-)

Écrit par : hommelibre | 15/10/2011

Les commentaires sont fermés.