25/06/2011

BIGOTE

Cette fois, pas besoin de traduire le titre. Curieux n’est-ce pas ?

 

 Les francophones qui me lisent auront pensé à une dévote. Les hispanophones, (qui le prononcent « bigoté »), à une moustache. Pas de rapprochement apparent si ce n’est pour des esprits retors qui…

miro-joan-1893-1983-spain-peinture-l-homme-a-la-moustach-949314.jpg
Joan Miró, L'homme à la moustache

 

Piquée par la curiosité j’ai consulté des dictionnaires étymologiques français et espagnols. Les éminents philologues sont prudents, l’origine est incertaine. Le mot semble néanmoins dater du 12º siècle, après l’époque des invasions normandes. Ces grands gaillards, appelés aussi Vikings, employaient volontiers  l’interjection « Be Gode ! »,  Par Dieu !

Je vous épargne les détails de l’évolution mais il semble que les ibères aient retenu de ces envahisseurs leurs gigantesques et effrayantes moustaches, et les gaulois, eh bien,  l’attachement au ciel.

 

Une autre idée me traverse cependant l’esprit …et si les dieux avaient un penchant pour les poils ?

 (source photo, voir bas de page)jarnac-champagne, charente maritime.jpg

 

 

Esta vez no hace falta traducir el título. Curioso, ¿no?

 

Los francófonos (lo pronuncian “bigot”) que me leen  habrán pensado en una devota. Los españoles en un mostacho. Ningún parentesco aparente si no es para mentes retorcidas que…

 

Viking Rurik.jpgLlevada por la curiosidad consulté diccionarios etimológicos franceses y españoles. Los eminentes filólogos son prudentes, el origen es incierto. La palabra parece sin embargo datar del siglo 12, después de las invasiones normandas. Estos tiarrones, también llamados Vikingos, empleaban a menudo la interjección “Be Gode!”, o sea ¡Por Dios!

Os ahorro los detalles de la evolución, pero parece que los iberos se hayan quedado con…los gigantescos y temibles bigotes, mientras que los galos se fijaban en sus lazos con el cielo.

 

Sin embargo otra idea  me pasa por la mente… ¿Y si los dioses tuvieran una querencia hacia el vello?

 

 

 

(Saviez-vous qu'il existe des championnats mondiaux de moustaches et barbes? regardez!) (¿Sabíais que existen unos campionatos mundiales de bigotes y barbas?, ¡mirad!)

 

Trêve de trop de plaisanterie, je vous recommande le roman « La moustache » de Tahsin Yücel  (Acte sud) qui allie humour et  questionnement sur le passé, l’identité turque. Une belle chronique à lire ici.

(Que yo sepa esta novela « El Bigote » de Tahsin Yücel no está todavía traducida al español, lo siento)

 

Et puis ce texte exquis  de Maupassant, “La moustache”, où le rôle de cet ornement dans l’amour est porté à son comble ; pas d’amour sans moustache… à lire et relire ici.

Y este  exquisito texto de Maupassant, « El bigote » donde el papel de ese ornamento en el amor es llevado a su colmo; no hay amor sin mostacho… para leer una y otra vez, aquí:

 

ET enfin l’incontournable Brel, « Les bigotes »

 

 

 

 

 

 

Photo église: http://web.me.com/joel.jalladeau/gens/page2/page2.html

Commentaires

Et bien Colette, c'est un amusant voyage que vous nous proposez aujourd'hui!

Inattendu et de nature à bien commencer cette journée ensoleillée.

Bon week-end!

Écrit par : hommelibre | 25/06/2011

**Homme Libre, ah...je me disais bien que les frissons, les frôlements de moustache vous plairaient!

Passez une joyeuse journée, temps délicieux ici aussi.

Écrit par : colette | 25/06/2011

Les commentaires sont fermés.