11/06/2011

Anges clandestins / Ángeles clandestinos

Si ce que je te montre et ce que je te donne te semblent moindres que ce que je te cache, ma balance est pauvre, ma glane est sans vertu.

Les Matinaux (1950)

René Char

 

Si lo que te enseño y lo que te doy te parecen menos importante que lo que te escondo,

mi balanza es pobre, mi búsqueda sin virtud.

Los Matinales, René Char

 

 

 

fleurs insectes 040.jpg

 

        Si las nubes no anticipan... de Raúl Gómez Jattin (Colombien)


Si las nubes no anticipan en sus formas la
historia de los hombres
Si los colores del río no figuran los designios del
Dios de las Aguas
Si no remiendas con tus manos de astromelias las
comisuras de mi alma
Si mis amigos no son una legión de ángeles
clandestinos Qué será de mí

 

Si les nuages n’anticipent…R. Gómez Jattin

 

Si les nuages n’anticipent dans leurs formes

l’histoire des hommes

Si les couleurs du fleuve ne figurent les desseins du

Dieu des Eaux

Si tu ne raccommodes de tes mains d’astromelia les

commissures de mon âme

Si mes amis ne sont une légion d’anges

clandestins Qu’en sera-t-il de moi (Trad. Colette)

 

 

 

fleurs insectes 010.jpgNuages et éclaircies ; le buddléia en fleurs a lancé des invitations tous azimuts. Sans distinction de taille ni de couleur, les convives se livrent dès l’aube, qui gaiement, qui lascivement, qui laborieusement à un festin sans nom. Il y en a même qui en profitent pour faire une sieste. Je les ai observés des heures durant.

 

 

 

 

 fleurs insectes 024.jpg

Nubes y claros; el buddleia en flor ha lanzado invitaciones « todos azimut ».

Sin distinción de talla ni de color, los convidados se dedican desde el alba, quien alegremente, quien lascivamente, quien laboriosamente a un festín sin nombre. Los hay incluso que aprovechan para echar una siesta. Los he observado durante horas.

 

.

 

 

fleurs insectes 043.jpg

 

fleurs insectes 042.jpg

 

 

Commentaires

Que c'est beau la nature...
Merci de nous faire partager ces beaux moments !

Écrit par : Eulalie | 11/06/2011

Ah Colette, le buddléia!

Quand j'habitais à la campagne dans une ferme il y a une vingtaine d'années il y avait un jardin autour. J'avais planté 4 buddléia, cet arbre à papillons, qui sauf erreur porte aussi le nom de lilas d'été, en entourant la maison. Ainsi il y avait des papillons partout pendant la durée de la floraison.


René Char fait partie de mon roman: il est cité par l'une des héroïnes. Cette phrase déjà:

« Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience. »

Et ce très court poème, étrangement adapté au roman puisqu'il cite le lieu où l'histoire commence:

« Ne cherchez pas dans la montagne ;
mais si, à quelques kilomètres de là,
dans les gorges d’Oppedette,
vous rencontrez la foudre au visage d’écolier,
allez à elle,
oh, allez à elle et souriez-lui
car elle doit avoir faim,
faim d’amitié. »

Bon week-end (ici plutôt doux et ensoleillé).

Écrit par : hommelibre | 11/06/2011

@ C'est avec plaisir Eulalie...la nature, si vivante, comment s'en lasser?
Bon weekend à vous.

@Bonsoir Homme Libre et merci.
Curieusement les papillons sont peu attirés, ou peu nombreux ici en ce moment. C'est vrai qu'il ne fait toujours pas beau!
Votre livre est commandé, pas encore arrivé, je me réjouis d'y retrouver René Char, vraiment!
La faim d'amitié n'est-elle pas universelle?
Je vous envoie un sourire, bonne soirée.

Écrit par : colette | 11/06/2011

Les commentaires sont fermés.