14/04/2011

Le plaisir de l'orchidée / El placer de la orquídea

Une balade autour de chez moi, des herbes et fleurs folles et surtout la découverte d’orchidées-abeille sauvages.

 

 Un paseo alrededor de mi casa, hierbas y flores “al natural” y sobretodo el descubrimiento de orquídeas-abeja salvajes.

orchideas 014.jpg

 

 

 

“Nous sommes des architectes de la pensée. Nous vivons dans de grandes transes.

Et nous sommes souvent devenus animal. Nous avons déjà parlé aux brins d’herbe et aux grands arbres.

Nous sommes dans l’éclosion du printemps.

Nous suivons le rythme des saisons. Nous savons reprendre des forces. Et nous savons répandre notre énergie.

Nous sommes dans la palpitation des corps et des choses. » (Extrait de La Vie de Fabrice Caravaca découvert ici)

 

 

 

orchideas 011.jpg« Somos arquitectos del pensamiento. Vivimos en grande trances.

Y a menudo nos hemos vuelto animales.

Ya hemos hablado a las briznas de hierba y a los árboles grandes.

 Estamos en la eclosión de la primavera.

Seguimos el ritmo de las estaciones.

 Sabemos recobrar fuerzas. Y sabemos difundir nuestra energía.

Estamos en la palpitación des los cuerpos y de las cosas.” (Extracto de “La Vie de Fabrice Caravaca. Trad. Colette)

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 Música
En la selva se oye la música de la barca subiendo
por el río.
A una orquídea le da por gritar de placer.
Muchos árboles están furiosos. No duermen bien
sus hojas,
sacuden con rabia las raíces y le gritan a la barca
de la música.
A mi madre la Anaconda no le importa.
Ella vive muy ocupada dándole vueltas a la tierra,
cargando en su barriga los árboles, los animales y
la gente.

 

Poema de Juan Carlos Galeano encontrado aquí.

 

orchideas 012.jpg

 

 

Musique

Dans la jungle on entend la musique de la barque qui remonte

le fleuve.

Une orchidée se met à crier de plaisir.

Beaucoup d’arbres sont furieux. Leurs feuilles

ne dorment pas bien,

ils secouent avec rage les racines et ils engueulent  la barque

de la musique.

Ma mère l’Anaconda ne s’en fait pas.

Elle vit fort occupée à faire des tours de la terre

et charge dans son ventre les arbres, les animaux et

les gens.

J.C. Galeano

(Trad : Colette)

 

 

Juan Carlos Galeano (Caquetá, Colombia, 1958). Poeta, traductor y profesor universitario. Miembro fundador de la revista de poesía Ulrika. Ha publicado: Baraja inicial (Poesía, 1986), El pollo sin cabeza de Charles Simic (traducción, 1999), Los muertos y los vivos de Sharon Olds (traducción, 2001), Polen y escopetas (ensayo, 1997) y Amazonia (poesía, 2003).

Commentaires

Bonjour Colette,

Vous nous emmenez aujourd'hui dans une poésie aux échos chamaniques! Elle entre bien en résonance avec le soleil éclatant qui nous accompagne ici.

Et ces photos: quels trésors juste sous les yeux!

Cela me fait penser aux avantages de la technologie: prendre une photo, la mettre en ligne, communiquer, partager. Je me suis d'abord demandé si le fait de voir l'image m'enlève ou non mon imaginaire. Car vous pourriez la décrire en mots et je devrais la reconstituer. Mais non: mon imaginaire se double de l'observation de l'image, et j'y ajoute tout ce qui est hors du cadre de l'image.

Belle journée.

Écrit par : hommelibre | 14/04/2011

Homme Libre, je suis plongée dernièrement dans la poésie centre et sud américaine et je découvre des images, des poèmes comme des contes ou des fables, des vers magiques...je pense parfois à "cent ans de solitude".
Une nature si présente.
En un mot, c'est un délice pour l'imagination.
Bonne fin de semaine, pourvu que l'Anaconda ne vous trouve pas.

Écrit par : colette | 14/04/2011

J'aime le printemps et son renouveau celui de l'éveil de la végétation et des traductions de poémes de Colette remplies de douceurs. Elle l'architecte des pensées, qui nous fait partager-aimer sa passion en toute modestie (celle des grands). Biz bien cordiale amie lointaine et te souhaite une bonne fin de semaine

Écrit par : veb | 14/04/2011

Merci Veb pour tous tes messages. Oui, la nature...qu'ajouter? Je m'y sens si bien, enfin, moins en été, mais le reste de l'année..
Muchos besos.

Écrit par : colette | 15/04/2011

Les commentaires sont fermés.