12/02/2011

L'oeil d'Osiris, Malte / El ojo de Osiris, Malta

                          Edward Caruana Dingli.jpg                        

Pourquoi Malte ? D’abord parce que, comme les Baléares, c’est un archipel qui tout au long de l’histoire a été convoité par tous, envahi, colonisé : il semble que les îles Baléares constituent un point stratégique de contrôle de l’entrée dans la Méditerranée depuis l’Atlantique ; l’archipel de Malte l’est tout autant vers le Moyen Orient.

Ensuite parce que, à part l’histoire des chevaliers de Malte, les séjours anglo- linguistiques qu’y font certains jeunes gens et son appartenance à L’union Européenne, j’ignorais tout le reste.

 

bateau-malte.jpg

Fortifications, bords de mer dangereux et pêche aventureuse (là-bas les bateaux ont l’œil d’Osiris peint sur la proue pour les protéger) sont le lot des deux archipels pendant des siècles. Les habitants vivent plus volontiers,  plus en sécurité, à l’intérieur des terres et la cuisine traditionnelle en est le témoin. Ici à Malte j’ai trouvé « une soupe de la veuve » faite de légumes et fromage de chèvre fondu et puis le plat le plus apprécié, le lapin. (Il y a bien sûr des poissons et une forte influence de la cuisine italienne, la Sicile est à deux pas.)

 

 

 

Edward-Caruana-Dingli-horse-cart.jpg¿Por qué Malta? Primero porque, al igual que las Baleares, es un archipiélago que a lo largo de su historia ha sido codiciado, invadido, colonizado: parece ser que las islas Baleares son un punto estratégico para el control de la entrada en el Mediterráneo desde el Atlántico; el archipiélago de Malta no lo es menos hacia el Oriente Medio.

Después porque, aparte de la historia de los caballeros de Malta, de las estancias anglo-lingüísticas que realizan algunos jóvenes allí y su pertenencia a la Unión Europea; lo demás, lo ignoraba.

Edward Caruana Dingli - Maltese Womens National Dress.jpgFortificaciones, costas peligrosas y pesca venturosa (allí los barcos tiene el ojo de Osiris pintado en la proa para protegerlos) son el destino de los dos archipiélagos durante siglos. Los habitantes eligen vivir en terrenos más resguardados, seguros, en el interior de las tierras y la cocina tradicional lo refleja: Aquí en Malta he encontrado una “sopa de la viuda” hecha con verduras y queso fresco de cabra fundido y el plato más apreciado que es el conejo. (Por supuesto hay pescado y una fuerte influencia de la cocina italiana, Sicilia está a dos pasos.)

 

Les illustrations sont du peintre maltais Edward Caruana Dingli

Las ilustraciones son del pintor maltés Edward Caruana Dingli.

 

Et pour terminer un poème triste et beau écrit en maltais par Oliver Friggieri et traduit en français par Martine Vanhove.

 

Y para terminar un poema triste y bonito  escrito en maltés por Oliver Friggieri , traducido al francés por Martine Vanhove y al español, por MA y yo.

 

   LE RITUEL DU CRÉPUSCULE

 

 

 Le désir pénètre chevauchant la vague,

chacun l'observe et le salue,

mon coeur sur la jetée attend

comme à l'appel du crépuscule :

l'espoir lui fait délier les filets et voir le contenu,

l'amour lui a appris à ne rien demander et il se tait,

l'angoisse lui a enseigné que la prise n'est pas pour lui.

 

El ritual del crepúsculo

 

El deseo penetra cabalgando la ola,

todos le observan y le saludan,

mi corazón en el malecón espera

como cuando suena el crepúsculo:

la esperanza le hace desatar las redes y ver el contenido,

el amor le ha enseñado a no pedir nada y se calla,

la angustia le ha enseñado que para él no es lo cogido.

(trad. MA y Colette)

 

 

 

Commentaires

Bonjour Colette,

Le voyage du samedi. Toujours attendu avec plaisir. L'image de votre blog est du soleil qui entre dès qu'elle apparaît.

Beau poème, d'une si grande simplicité, et si expressif. La simplicité expressive dans l'écriture est un vrai travail. Un travail sur les mots, le choix et le rythme, mais aussi sur sa propre pensée ou vision.

J'aime aussi les illustrations, elles transportent là-bas.

Merci pour ce bonheur du samedi!
Bonne et belle journée.

Écrit par : hommelibre | 12/02/2011

Bonsoir Homme Libre, bien contente que ces voyages vous fassent rêver....
La simplicité, ne garder que l'essentiel, que c'est difficile en effet.

Ce billet sur Malte marque la fin de la première partie de ce tour poétique en Méditerranée. Mais nous poursuivrons, la Jordanie me tente beaucoup comme prochaine escale, il va me falloir travailler!

Merci de votre enthousiasme, joyeux dimanche.

Écrit par : colette | 12/02/2011

Je suis contente toujours de venir chez toi amie lointaine car à chaque fois c'est un rivage, à chaque fois c'est un voyage. L'oeil d'Osiris, un ami Egyptien m'en a offert un que j'ai accroché dans mon entrée, et il paraît qu'il éloigne les mauvais oeil et protége. C'est des croyances qui font du bien au moral. J'aime ces tableaux remplis de poésie et j'aime aussi se poême de l'amoureux transi. Je te fais une big biz et te souhaite une excellente semaine. Merci d'avoir essayé ma recette, j'aime beaucoup les recettes espagnoles, riches et conviviales comme mon plat du jour, des recettes de partage.

Écrit par : Véb | 15/02/2011

Chère Veb, tes petits mots me font bien plaisir.
L'oeil d'Osiris...une amie me dit que les bateaux de pêche portugais en seraient décorés aussi, je suppose que c'est vrai et utile donc!!!
Bonne semaine, je t'embrasse.

Écrit par : colette | 16/02/2011

Les commentaires sont fermés.