08/01/2011

La voix de la fée / La voz del hada

 

Paul-Gauguin-Fatata-Te-Miti-.jpg

Pour commencer l’année, deux courts  poèmes de l’ Iranienne Forough Farrokhzad

Para empezar el año, dos poemas cortos de la iraní Forough Farrokhzad

 

 

Moi
Je connais une petite fée triste
Qui demeure dans un océan
Et joue son coeur dans un pipeau de bois
Doucement doucement
Une petite fée triste
Qui la nuit venue d'un baiser meurt
Et à l'aube d'un baiser renaît.

 

Yo

Conozco una pequeña hada triste

Que vive en un océano

Y toca su corazón en una flauta de madera

Suavemente suavemente

Una pequeña hada triste

Quien, venida la noche, de un beso muere

Y al alba de un beso resucita. (trad Colette)


Forough Farrokhzad (poète iranienne 1935-1967)

`

Tanha sedast ke mimanad - Il n’y a que la voix qui reste- Sólo queda la voz

 

La voix, la voix, seulement la voix

La voix du désir de l’eau de couler

La voix de l’écoulement de la lumière sur la féminité de la terre

La voix de la formation d’un embryon de sens...

 

La voz, la voz, sólo la voz

La voz del deseo de correr del agua

La voz del discurso de la luz sobre la feminidad de la tierra

La voz de un embrión de sentido… (trad. Colette)

Foroukh Farrokhzâd

 

Poèmes trouvés sur : http://www.pierdelune.com/farrok3.htm

 Illustration: Gauguin. Fatata te Miti

 

Commentaires

Bonsoir Homme Libre,

Toujours à la recherche d'une certaine sérénité, d'un embryon de sens...
Amicalement.

Écrit par : colette | 08/01/2011

J'aime tes recherches qui t'ont amené jusqu'en Iran pour nous avoir déniché ces deux pépites. Je te souhaite une belle soirée chère amielointaine et à bientôt. Biz cordiale

Écrit par : veb | 12/01/2011

Les commentaires sont fermés.